/weekend
Navigation

Les livres de l’année à lire ou à offrir

Coup d'oeil sur cet article

Voici tous les romans d’ici et d’ailleurs qu’on a adorés depuis le début de l’année. Alors si vous vous demandez encore quoi offrir en cadeau, profitez-en !

Mykonos

<b><i>Mykonos</i></b><br/>Olga Duhamel-Noyer<br/>Héliotrope, 114 pages
Photo courtoisie
Mykonos
Olga Duhamel-Noyer
Héliotrope, 114 pages

Quatre jeunes hommes partent en vacances sous le soleil aveuglant de la Grèce. La fête continuelle les étourdit, on sent que ça finira mal, mais quand, et comment ? L’auteure nous mène à la finale avec un détachement remarquable de maîtrise, qui rend à la superficialité toute son essence. Un roman court, mais puissant. (J.B)

Leurs enfants après eux

<b><i>Le cœur blanc</i></b><br/>Catherine Poulain<br/>Éditions de l’Olivier, 256 pages
Photo courtoisie
Le cœur blanc
Catherine Poulain
Éditions de l’Olivier, 256 pages

Un Goncourt accessible à tous qui commence en 1992, dans un bourg de l’est de la France gangréné par le chômage, l’ennui et l’alcool. Cet été-là, Anthony, 14 ans, collectionnera les bêtises pour impressionner Steph, la petite bourge dont il est tombé amoureux. Et au cours des étés 1994, 1996 et 1998, on comprendra peu à peu quel genre de vie l’attend. Un bouquin au style vif et imagé qui a réussi à nous toucher en plein cœur. (K.V)

Khalil

<b><i>Khalil</i></b><br/>Yasmina Khadra<br/>Éditions Julliard, 260 pages
Photo courtoisie
Khalil
Yasmina Khadra
Éditions Julliard, 260 pages

L’écrivain algérien Yasmina Khadra, auteur du best-seller Les hirondelles de Kaboul, s’est glissé dans la peau d’un jeune kamikaze impliqué dans les attentats de novembre 2015 à Paris pour écrire Khalil, un roman d’une extrême lucidité. Le terroriste qu’il décrit passe de l’endoctrinement haineux à la prise de conscience. (M-F.B)

Brasier noir

<b><i>Brasier noir</i></b><br/>Greg Iles<br/>Aux Éditions Actes Sud, 1056 pages
Photo courtoisie
Brasier noir
Greg Iles
Aux Éditions Actes Sud, 1056 pages

Même s’il est aussi lourd que volumineux, ce très noir roman nous a accom­pagné pendant toute la durée de nos vacances estivales et sincèrement, on ne l’a pas regretté un seul instant. À Natchez, Mississippi, le début des années 1960 a en effet été marqué par la formation d’une cellule ultra-secrète du Ku Klux Klan qui ne tardera pas à avoir une bonne douzaine de meurtres racistes à son actif. Et jusqu’à ce que le fils d’un médecin du coin se mette en tête de les débusquer, aucun de ces Chevaliers Blancs ne sera inquiété... (K.V)

Malek et moi

<b><i>Malek et moi</i></b><br/>Alain Beaulieu<br/>Éditions Druide, 224 pages
Photo courtoisie
Malek et moi
Alain Beaulieu
Éditions Druide, 224 pages

Grâce à une architecture sans faille et une imagination débridée, Alain Beaulieu nous entraîne dans l’invraisemblable rencontre entre un écrivain et une écorchée vive qui raconte son histoire. Une femme étrange à qui on n’avait jamais dit qu’il était possible de mourir deux fois. Un roman déroutant, à lire absolument. (M-F.B)

La disparition de Stephanie Mailer

<b><i>La disparition de Stephanie Mailer</i></b><br/>Joël Dicker<br/>Éditions de Fallois, 640 pages
Photo courtoisie
La disparition de Stephanie Mailer
Joël Dicker
Éditions de Fallois, 640 pages

Avec le rythme rapide et les nombreux rebondissements inattendus que ses lecteurs ont connus dans La vérité sur l’affaire Harry Quebert, Joël Dicker a mis plus de deux ans à écrire cette nouvelle histoire extrêmement addictive. Et terriblement efficace : une fois commencée, rien à faire, on est happés dedans. (M-F.B)

Une fille comme elle

<b><i>Une fille comme elle</i></b><br/>Marc Levy, Illustrations de Pauline Lévèque<br/>Éditions Robert Laffont/Versilio, 376 pages
Photo courtoisie
Une fille comme elle
Marc Levy, Illustrations de Pauline Lévèque
Éditions Robert Laffont/Versilio, 376 pages

Établi à New York depuis plusieurs années, l’écrivain à succès propose une superbe comédie romantique, pleine d’humanité, dans son 19e roman. Avec une héroïne en fauteuil roulant, un vieux liftier indien et son neveu mystérieux, il explore avec brio les différences qui séparent... et unissent les gens. (M-F.B)

La vraie vie

<b><i>La vraie vie</i></b><br/>Adeline Dieudonné<br/>Aux Éditions L’Iconoclaste, 270 pages
Photo courtoisie
La vraie vie
Adeline Dieudonné
Aux Éditions L’Iconoclaste, 270 pages

Une belle surprise, parce qu’on ne s’atten­dait vraiment pas à aimer autant ce premier roman ! En revanche, on ne sera sûrement pas les seuls à en détester les parents, le père passant son temps à boire ou à chasser, et la mère apathique se fondant carrément dans le décor. Et c’est dans ce très terne contexte familial que la narratrice essaiera d’aider son petit frère à retrouver le sourire avant qu’il ne soit trop tard... (K.V)

La femme à la fenêtre

<b><i>La femme à la fenêtre</i></b><br/>A.J. Finn<br/>Les Presses de la Cité, 520 pages
Photo courtoisie
La femme à la fenêtre
A.J. Finn
Les Presses de la Cité, 520 pages

Le jeune éditeur américain A.J. Finn a fait une entrée fracassante dans l’univers des thrillers avec La femme à la fenêtre, son premier roman. Vendu dans plus de 38 pays, le livre traitant du trouble bipolaire apparaît déjà comme un phénomène éditorial planétaire. L’adaptation cinématographique par Fox est en cours. (M-F.B)

Le meurtre du Commandeur

<b><i>Le meurtre du Commandeur</i></b><br/>Haruki Murakami<br/>Aux Éditions Belfond, livres I et II
Photo courtoisie
Le meurtre du Commandeur
Haruki Murakami
Aux Éditions Belfond, livres I et II

Avec ce nouveau Murakami qui se compose de deux tomes, on fera la connaissance d’un peintre récemment divorcé dont les portraits reflètent parfaitement la personnalité de ses sujets. Ce qui l’amènera, dans des circonstances très particulières, à faire celui d’un riche homme d’affaires cachant de nombreux secrets. Fidèle à lui-même, le célèbre écrivain japonais nous offre ici une troublante et magnifique histoire empreinte de fantastique difficile à oublier. (K.V)

4 3 2 1

<b><i>4 3 2 1</i></b><br/>Paul Auster<br/>Éditions Actes 
Sud / Leméac, 1024 pages
Photo courtoisie
4 3 2 1
Paul Auster
Éditions Actes Sud / Leméac, 1024 pages

Un autre pavé qui vaut son pesant d’or, le génial Paul Auster racontant ici avec moult précisions ce qui arrivera au jeune New-yorkais d’origine juive Archibald Isaac Ferguson si... Un « si » qui se déclinera ensuite en quatre destins totalement différents et qui, d’un scénario à l’autre, se termineront tantôt bien, tantôt de façon tragique. Divertissant à souhait ! (K.V)

Le cœur blanc

<b><i>Le cœur blanc</i></b><br/>Catherine Poulain<br/>Éditions de l’Olivier, 256 pages
Photo courtoisie
Le cœur blanc
Catherine Poulain
Éditions de l’Olivier, 256 pages

Après l’immense succès de son premier roman, Le grand marin — en cours d’adaptation cinématographique —, Catherine Poulain a tout autant attiré l’attention pour son deuxiè­me roman, Le cœur blanc. Cette histoire poignante se déroulant dans le monde agricole pointe du doigt l’injustice sociale et le racisme. (M-F.B)

La route sauvage

<b><i>La route sauvage</i></b><br/>Willy Vlautin<br/>Aux Éditions
 Albin Michel, 320 pages
Photo courtoisie
La route sauvage
Willy Vlautin
Aux Éditions Albin Michel, 320 pages

Le jeune Charley Thompson vient de déménager à Portland­­­, Oregon, où il ne connaît personne. Et son père oubliant souvent de lui laisser assez d’argent pour manger, il commencera ainsi à travailler au noir dans un hippodrome, où il s’attachera rapidement à un vieux cheval sur le point d’être envoyé à l’abattoir. On vous laisse le soin de découvrir la suite, qui a tour à tour réussi à nous enchanter et à nous arracher des larmes. (K.V)

La ville allumette

<b><i>La ville allumette</i></b><br/>Maureen Martineau<br/>VLB éditeur, 384 pages
Photo courtoisie
La ville allumette
Maureen Martineau
VLB éditeur, 384 pages

Dans ce polar de catégorie supérieure, protection du patrimoine, revendications autochtones, violence dans les réserves et trafic de drogue s’emmêlent, avec Hull comme terrain de jeu. Avec la détective Judith Allison, nous plongeons dans l’histoire réelle d’une ville que politiciens et promoteurs ont défigurée. Aussi instructif que palpitant. (J.B)

Les prénoms épicènes

<b><i>Les prénoms épicènes</i></b><br/>Amélie Nothomb<br/>Éditions Albin Michel, 154 pages
Photo courtoisie
Les prénoms épicènes
Amélie Nothomb
Éditions Albin Michel, 154 pages

Dans son 27e roman, l’écrivaine à succès, membre de l’Académie française depuis 1999, a exploré les thèmes de la vengeance, de la préméditation et de la haine du père à travers le parcours étonnant d’une jeune femme prénommée Épicène. C’est l’occasion pour l’écrivaine d’évoquer brillamment Shakespeare. (M-F.B)

Le sang et le pardon

<b><i>Le sang et le pardon</i></b><br/>Nadeem Aslam<br/>Aux Éditions du Seuil, 384 pages
Photo courtoisie
Le sang et le pardon
Nadeem Aslam
Aux Éditions du Seuil, 384 pages

Ce magnifique roman empreint de poésie se déroule dans une ville du Pakistan que Nargis, une architecte de renom, sera rapidement obligée de fuir : son époux bien-aimé ayant été tué par un espion américain, l’attention des services du renseignement pourrait en effet bientôt être dirigée sur elle. Un problème de taille, le mensonge sur lequel elle a bâti toute son existence pouvant lui coûter la vie. (K.V)

Nous, les vivants

<b><i>Nous, les vivants</i></b><br/>Olivier Bleys<br/>Éditions Albin Michel, environ 200 pages
Photo courtoisie
Nous, les vivants
Olivier Bleys
Éditions Albin Michel, environ 200 pages

Dans ce nouveau roman bouleversant d’humanité, le talentueux écrivain français Olivier Bleys raconte comment un pilote d’hélicoptère tente de se tirer d’affaire après qu’une tempête eut immobilisé son appareil dans un lointain refuge de la cordillère des Andes. Un roman qui parle du chaos extérieur... et intérieur. (M-F.B)

Manuel de la vie sauvage

<b><i>Manuel de la vie sauvage</i></b><br/>Jean-Philippe Baril Guérard<br/>Éditions de Ta mère, 315 pages
Photo courtoisie
Manuel de la vie sauvage
Jean-Philippe Baril Guérard
Éditions de Ta mère, 315 pages

C’est un livre pour les gagnants à qui le narrateur veut donner ses trucs pour réussir, lui qui est devenu entrepreneur à succès avant ses 30 ans. C’est cynique, cruel, implacablement observé, avec des dialogues enlevés. Et toute ressemblance avec la réalité est complètement assumée ! Du bonbon... acidulé ! (J.B)

My Absolute Darling

<b><i>My Absolute Darling</i></b><br/>Gabriel Tallent<br/>Aux Éditions Gallmeister, 464 pages
Photo courtoisie
My Absolute Darling
Gabriel Tallent
Aux Éditions Gallmeister, 464 pages

Alors là, il faut vraiment avoir les nerfs solides pour entrer dans le quotidien de Julia Alveston – alias Turtle –, une ado de 14 ans qui vit avec son père en Californie, dans un quasi-taudis éloigné de tout. Car pour survivre à la fin du monde – son paternel complètement tordu est en effet persuadé qu’elle devrait survenir sous peu –, Turtle a dû apprendre très jeune à se débrouiller sans l’aide de personne, à tirer sur tout ce qui bouge... et à supporter la douleur. À l’instar de Stephen King, c’est un livre qu’on a adoré. (K.V)

L’erreur de la marqueuse

<b><i>L’erreur de la marqueuse</i></b><br/>Nathalie Babin-Gagnon<br/>Éditions XYZ, 338 pages
Photo courtoisie
L’erreur de la marqueuse
Nathalie Babin-Gagnon
Éditions XYZ, 338 pages

Poussée par son père, Chloé, 13 ans, devient marqueuse au baseball. Et apprend par hasard que sa mère, si secrète, en faisait autant vingt ans plus tôt. Pourquoi ce silence ? Parce que sous la légèreté de l’été et l’envoûtement du sport, il y a eu un drame. Quelle délicatesse pour le révéler ! (J.B)

Les chars meurent aussi

<b><i>Les chars meurent aussi</i></b><br/>Marie-Renée Lavoie<br/>Éditions XYZ, 256  pages
Photo courtoisie
Les chars meurent aussi
Marie-Renée Lavoie
Éditions XYZ, 256  pages

Marie-Renée Lavoie raconte la vie quotidienne de Laurie, une étudiante de cégep de Québec, au début des années 1990. Fille d’un garagiste et d’une femme qui gagne sa vie en surveillant un stationnement d’hôpital, elle fait l’apprentissage de la vie d’adulte, entre ses études et son boulot de serveuse. (M-F.B)

Couleurs de l’incendie

<b><i>Couleurs de l’incendie</i></b><br/>Pierre Lemaitre<br/>Aux Éditions Albin Michel, 544 pages
Photo courtoisie
Couleurs de l’incendie
Pierre Lemaitre
Aux Éditions Albin Michel, 544 pages

Ça a été notre premier coup de cœur de l’année, et comme cette dernière est sur le point de se terminer, on peut maintenant se permettre d’ajouter qu’il a également été le plus gros. Faisant suite au superbe Au revoir là-haut – qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu ou vu au cinéma –, cette nouvelle histoire de vengeance met en scène une richissime veuve dont les infortunes ne tarderont pas à devenir aussi captivantes qu’un vrai bon polar. (K.V)

La femme de Valence

<b><i>La femme de Valence</i></b><br/>Annie Perreault<br/>Alto, 211 pages
Photo courtoisie
La femme de Valence
Annie Perreault
Alto, 211 pages

Claire, en vacances en famille à Valence, voit une femme enjamber la terrasse de son hôtel pour sauter dans le vide. Choc ! Des années plus tard, elle retourne à Valence et disparaît ; sa fille part à sa recherche. Déjà originale, cette intrigue est servie par une écriture somptueuse. Un grand roman du désarroi. (J.B)

Cadillac

<b><i>Cadillac</i></b><br/>Biz<br/>Éditions Leméac, 96 pages
Photo courtoisie
Cadillac
Biz
Éditions Leméac, 96 pages

En se glissant dans la peau d’un ex-joueur de hockey professionnel frappé à la fois par la malchance d’une retraite forcée et l’annonce d’un enfant à naître, Biz explore la résilience et la capacité de survie de l’Amérique francophone dans ce roman court, mais efficace comme un lancer frappé. (M-F.B)

N’essuie jamais de larmes sans gants

<b><i>N’essuie jamais de larmes sans gants</i></b><br/>Jonas Gardell<br/>Aux Éditions Alto, 832
Photo courtoisie
N’essuie jamais de larmes sans gants
Jonas Gardell
Aux Éditions Alto, 832

C’est le pavé qui a récemment réussi à faire pleurer toute la Suède, sa touchante histoire ayant là-bas été adaptée au petit écran sous forme de télésérie. Ses héros ? Deux jeunes homosexuels qui, en 1982, découvriront à leurs dépens que le verbe aimer peut facilement se conjuguer à l’imparfait lorsqu’autour d’eux, amis et amants occasionnels commenceront à être emportés par une mystérieuse maladie. Et oui, on a nous aussi rapidement dû sortir une boîte de mouchoirs. (K.V)