/finance
Navigation

L’homme de 40 M$ de la NFL

Les revenus de la NFL ont augmenté de 4,9 % sous la gouverne du commissaire Roger Goodell

Roger Goodell
Photo AFP Roger Goodell

Coup d'oeil sur cet article

Dans ce qui semble être maintenant devenu une tradition annuelle, voire mensuelle en certains moments, on réclame la démission ou le congédiement du commissaire de la NFL, Roger Goodell.

Cette plus récente vague d’indignation survient après un autre cas de violence envers une femme impliquant cette fois Kareem Hunt, des Chiefs de Kansas City. Hunt a été libéré par son équipe et suspendu indéfiniment par la ligue. Or, les médias et les partisans s’indignent surtout du fait que la ligue était au courant de la situation depuis février, mais qu’elle n’a pas agi avant que le média à potins TMZ diffuse une vidéo de l’incident.

Mais les patrons de Roger Goodell, en l’occurrence les propriétaires des 32 équipes de la NFL, ne risquent pas de lui montrer la porte de sortie de sitôt.

Malgré sa gestion laissant parfois à désirer de certains dossiers, Goodell est d’abord et avant tout en poste pour faire en sorte que les revenus générés par la NFL croissent d’année en année. Et à ce chapitre, il ne fait aucun doute qu’il répond à l’attente.

Sous sa gouverne, la NFL est devenue un empire titanesque générant des milliards de dollars en revenus et auquel diffuseurs, équipementiers, entreprises de télécommunication et autres commanditaires rêvent de s’associer. Les compagnies se livrent de féroces luttes pour avoir le privilège de devenir un partenaire officiel de la NFL et d’obtenir la visibilité qui s’y rattache.

Sécurité d’emploi béton

Cette augmentation ininterrompue des revenus annuels des grandes ligues sportives nord-américaines explique en partie la grande stabilité que l’on observe au poste de commissaire de ces mêmes ligues. En poste depuis 2006, Roger Goodell a succédé à Paul Tagliabue, qui avait été commissaire de 1989 à 2006. Avant Tagliabue, Pete Rozelle a occupé le poste de 1960 à 1989.

On retrouve une situation similaire du côté de la Ligue nationale de hockey. Même si ses chances de remporter un concours de popularité auprès des partisans sont plutôt minces, le commissaire Gary Bettman est bien en selle depuis 1993, et sous sa gestion, les revenus de la ligue ne cessent d’augmenter.

À preuve, lorsque Bettman est entré en poste, la ligue générait des revenus annuels de 400 millions de dollars. Vingt-cinq ans plus tard, ces revenus se chiffrent aujourd’hui aux environs de 4,5 milliards $ annuellement. Pas plus tard que cette semaine, la ligue acceptait officiellement une nouvelle équipe dans ses rangs en échange de 650 millions $ en frais d’expansion.

Pour revenir à Goodell, les propriétaires doivent juger qu’il est le gestionnaire qui leur permettra de s’enrichir davantage puisqu’ils lui ont consenti un nouveau contrat de cinq ans l’an dernier, contrat assorti d’une rémunération annuelle de 40 millions $, une augmentation de 8 millions $ par rapport aux années précédentes. Il s’agit d’un salaire similaire à celui des PDG de compagnies comme Nike, Walt Disney et IBM.

Forte croissance en vue

Uniquement l’an dernier, les revenus de la NFL ont augmenté de 4,9 %. Et dans quelques années, on peut s’attendre à des hausses spectaculaires puisqu’il sera bientôt déjà temps de renégocier les contrats de diffusion, qui arrivent à échéance en 2022.

Source majeure de revenus pour la NFL, ces contrats de plusieurs milliards avec les diffuseurs NBC, CBS, Fox et ESPN seront encore plus faramineux après 2022 avec l’arrivée dans le portrait de nouveaux joueurs comme Amazon, Netflix et Google pour l’obtention de ces droits fort sollicités.

 

Revenus de la NFL en milliards $

  • 2013 : 6,0
  • 2014 ; 6,7
  • 2015 : 7,1
  • 2016 : 7,8
  • 2017 : 8,2

Source : Bloomberg

 

Le chiffre de la semaine : 60 millions $

Roger Goodell
Photo d'archives, AFP

Le diffuseur Fox verse en moyenne 60 millions de dollars par match à la NFL pour avoir le privilège de diffuser chaque match du jeudi soir. Cette entente d’une durée de cinq ans a été conclue plus tôt cette année. Il s’agit d’une importante augmentation comparativement à l’entente précédente entre la ligue et CBS, qui déboursait 45 millions $ par match pour le match du jeudi soir.