/lifestyle/family
Navigation

Ma magie de Noël à moi

Les hauts et les bas de la vie de maman, racontés avec franchise et autodérision

Concept Of Christmas Holiday Stress
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Quand est-ce que la période la plus festive de l’année est devenue aussi stressante ?

Probablement au même moment où on a commencé à m’appeler « maman ». Parce que, maintenant que les Fêtes ne se limitent plus simplement à mon mari et moi, quelques responsabilités s’y sont ajoutées. Et pas mal plus que je pensais.

Au moment d’écrire ces lignes, je la vois du coin de l’œil, cette satanée To-Do liste qui s’allonge de minute en minute. Et j’avoue que ça m’essouffle un brin.

Liste interminable

Le sapin est fait, la couronne est sur la porte, Michael Bublé met de l’ambiance à grand coup de Bébé, y fait frette dehors. Pas de doute, Noël arrive ! J’aimerais peut-être en profiter un tantinet. Mais, en plus de l’habituelle gestion des affaires du quotidien (eh non, pas de pause pour les Fêtes, hein !), décembre arrive avec son lot d’obligations supplémentaires.

Envoyer des cartes de Noël, trouver des petits kits cutes aux garçons pour le réveillon (en plus du mien !), mettre la main sur un cadeau funny pour l’échange familial, préparer des petites attentions pour les éducatrices du CPE, faire le sapin, pimper la maison, planifier un menu festif pour le party d’amis, essayer de trouver tous les cadeaux avant le 24, emballer tous les cadeaux avant le 24, cuisiner les présents gourmands pour les hôtes et hôtesses, essayer de ne pas perdre la boule, et cetera, et cetera.

Et, oh ! Ne pas oublier la magie des Fêtes, tsé. Appelez-moi donc la Fée des étoiles !

Mon cerveau me fait penser à l’atelier du père Noël : les lutins accumulent les heures supplémentaires, s’activant frénétiquement dans un chaos le plus total à finaliser tous les détails d’un Noël parfait, alors que l’usine à jouets boucane d’un usage abusif. Tellement de choses se passent en même temps que je ne m’entends plus penser.

Ma propre mère l’a pourtant fait pendant des années, ne laissant jamais deviner tout le travail qu’impliquent créer des traditions de Noël et fabriquer les souvenirs impérissables qui resteraient dans le cœur de ses enfants. Maintenant que c’est à mon tour, j’aurais peut-être aimé qu’on me dise à quel point fêter la naissance du petit Jésus c’est intense et demandant.

Ou peut-être pas.

Parce que, quand j’y pense, je suis tellement reconnaissante pour toutes ces années d’ignorance, à voir toute cette belle magie de Noël se dérouler sous mon petit regard d’enfant.

Souvenirs magiques

Grâce à cela, le Noël de mes souvenirs est magique et merveilleux, rempli de moments de joie, d’amour et d’allégresse. C’était vraiment le most wonderful time of the year. Juste pour ça, je sais ce que je veux que mes enfants vivent : exactement la même chose.

Est-ce que ça veut dire que je dois renoncer à la magie des Fêtes parce que je suis celle qui la crée ? Ou est-ce que j’ai, moi aussi, droit à une petite part d’émerveillement ? J’aime penser que oui.

Alors, j’essaie de pratiquer le lâcher-prise. Si un détail me stresse plus qu’il me rend le cœur léger, je laisse tomber. Si c’est pour faire sourire mes enfants et leur offrir un souvenir à ranger précieusement dans un tiroir de leur mémoire, sans hésiter, je resterai debout toute la nuit pour y arriver.

Depuis que je suis maman, Noël est d’abord et avant tout pour mes enfants. Je sais qu’ils préfèrent une maman heureuse qui leur chante Mon beau sapin en faussant pendant qu’on cuisine ensemble des gâteries festives, farine sur les joues, chocolat partout, plutôt qu’un Noël digne de Pinterest.

Alors, les étoiles dans leurs yeux, ce sera ça, ma magie de Noël à moi.