/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Québec solidaire : la véritable opposition... à date

Bilan de la courte session parlementaire de Québec solidaire

Québec solidaire : la véritable opposition... à date

Coup d'oeil sur cet article

« Faire plus avec moins » : normalement, je déteste ce slogan. Trop souvent au cours des dernières années, on nous l’a servi pour nous faire avaler les coupes budgétaires dans les services publics québécois. Mais aujourd'hui je suis tenté de l’appliquer à Québec solidaire (QS) quand on pense à son bilan des deux semaines de travaux parlementaires qui viennent de s’achever à Québec. Dans les faits, jusqu'à maintenant, c'est QS qui se révèle la véritable opposition au gouvernement caquiste.   

En effet, QS a fait plus que tout autre parti d’opposition depuis la rentrée parlementaire. Mais avec moins de ressources que le PLQ et le PQ.        

Toujours avec un « staff » réduit   

Même si QS, avec ses dix député-e-s, est maintenant reconnu comme un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, il a vécu les deux premières semaines de travaux parlementaires avec les mêmes ressources qu’il avait avant le 1er octobre, alors qu’il était représenté par trois député-e-s.         

La reconnaissance de la formation politique de gauche est effectivement arrivée sur le tard, le 22 novembre, soit moins d’une semaine seulement avant le début de la 42e législature de l’Assemblée nationale. Pas le temps bien entendu d’embaucher tout le personnel qui appuiera les député-e-s solidaires au cours des quatre prochaines années.        

Québec solidaire a malgré cela su se démarquer. De nombreux commentateurs de la scène politique l’ont d’ailleurs remarqué.         

Pensions alimentaires, élèves en difficulté et clauses « orphelin »  

Bien sûr, l’habillement de Catherine Dorion a enflammé les réseaux sociaux et suscité sa part de couverture médiatique.        

Mais outre cela, les Solidaires ont marqué des points.        

Les grands médias en ont moins parlé que la camisole de la députée de Taschereau, mais ChristineLabrie, nouvelle députée solidaire de Sherbrooke, a fait adopter à l’unanimité une motion visant à ce que les pensions alimentaires cessent « d’être traitées comme un revenu pour le parent créancier dans le calcul des prestations d’aide sociale, ainsi que d’admissibilité à l’aide juridique, à l’aide financière aux études et au soutien au logement ».        

Christine Labrie
Photo Simon Clark
Christine Labrie

En compagnie de Gabriel Nadeau-Dubois, la députée Labrie a aussi obtenu l’engagement du nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, que les services aux enfants en difficulté ne soient pas diminués suite à la révision des indices de défavorisation dans les écoles .        

De son côté, Alexandre Leduc, député solidaire de Hochelaga-Maisonneuve, a aussi fait adopter une motion à l’unanimité, demandant au « gouvernement de déposer rapidement un projet de loi corrigeant la Loi sur les normes du travail (...) afin d’interdire réellement et pour de bon le recours à ces clauses », en parlant des clauses « orphelin » permettant des disparités entre les nouveaux salariés et les plus anciens en matière de retraite et d’avantages sociaux.      

Alexandre Leduc
Photo Ben Pelosse
Alexandre Leduc

 Transparence et dépenses des élus l’Assemblée nationale   

Le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a également déposé un projet de loi, le 6 décembre dernier, afin de changer la « culture » du secret à l’Assemblée nationale entourant les dépenses des élu-e-s.        

Le projet de loi solidaire vise à forcer les député-e-s à produire un rapport, deux fois par année, révélant leurs dépenses concernant entre autres leurs déplacements, le loyer de leur bureau de circonscription, le salaire de leur personnel et leurs frais de logement à Québec .        

On se rappellera d’ailleurs qu’en octobre dernier, peu après l’élection, Québec solidaire avait demandé « la coopération des parlementaires pour obliger le président de l’Assemblée nationale à publier ses dépenses ».         

Cette demande faisait suite aux critiques adressées à l’ex-président de l’Assemblée nationale, le libéral Jacques Chagnon, pour ses somptueuses dépenses lors de voyages à l’étranger en compagnie de député-e-s libéraux, caquistes et péquistes, à l’époque du gouvernement de Philippe Couillard.     

Il semblerait d'ailleurs que cette demande ne soit pas tomber dans l'oreille d'un sourd et que le nouveau président de l'Assemblée nationale, François Paradis, y soit sensible.       

Serait-ce que le discours des Solidaires commencent à porter fruit? Le temps nous le dira, mais il ne serait pas étonnant que le nouveau gouvernement veule éviter les mêmes critiques formulées à l’égard de son prédécesseur.        

QS : la véritable opposition   

Bien que cela puisse offusquer les Libéraux, voire même le PQ, Québec solidaire s’est illustré comme la véritable opposition au gouvernement Legault au cours des deux premières semaines de la nouvelle législature à l’Assemblée nationale.        

Qui peut me nommer deux motions des deux autres partis d’opposition qui ont été adoptées à l’unanimité depuis le retour des parlementaires en chambre et obtenues un engagement gouvernemental que ça va se faire?        

Qui peut me citer un projet de loi déposé par ces mêmes partis, depuis le 1er octobre, qui ait fait l’objet d’une couverture médiatique au moins similaire à celle accordée au projet de loi de GND sur la transparence?        

Plus encore, quelle question posée par un-e député-e du PLQ ou du PQ a eu plus de résonnance médiatique que celle posée par Sol Zanetti, député solidaire de Jean-Lesage, au sujet du 3ième lien à Québec au nouveau ministre des Transports, François Bonnardel ?        

Avec aussi peu de moyens à sa disposition au cours des deux dernières semaines, Québec solidaire a poursuivi sur sa lancée de la dernière campagne électorale. La formation menée par Manon Massé et GND a marqué des points. Qu’en sera-t-il lorsqu’elle pourra compter sur une équipe parlementaire complète au retour de la pause des Fêtes?