/news/politics
Navigation

Legault n’aurait pas investi dans une cimenterie

Francois Legault
Photo Agence QMI, Simon Clark François Legault
Premier ministre

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Même en Gaspésie, le premier ministre François Legault continue de dénoncer l’investissement du gouvernement du Québec dans la cimenterie de Port-Daniel.

« Une cimenterie où le gouvernement a investi 400 millions $ pour 200 emplois, deux millions de dollars par job. Moi, je pense que si on avait donné 400 millions $ aux Gaspésiens, ils auraient pu faire mieux que 200 jobs », a lancé le premier ministre devant des élus de la Gaspésie réunis lundi dans une usine de transformation de la crevette à L’Anse-au-Griffon pour une annonce.

Le premier ministre a répété son message lors d’un dîner-conférence devant les gens d’affaires de Gaspé.

Depuis 2014, M. Legault n’a jamais raté une occasion de pourfendre le projet. À l’époque, le gouvernement péquiste de Pauline Marois avait annoncé l’injection de fonds publics dans la cimenterie.

« Oui, il faut créer des emplois en Gaspésie, et il faut le faire de façon intelligente », dit-il aujourd’hui alors que la région a le taux de chômage le plus élevé au Québec.

Appui

Même s’il dénonce la cimenterie depuis cinq ans, le premier ministre devra composer avec l’un des projets les plus polluants au Québec.

« La cimenterie étant construite aujourd’hui, on va l’appuyer », déclare le chef du gouvernement.

Un pôle des technologies vertes est en émergence dans la MRC du Rocher-Percé où se trouve la cimenterie. Le premier ministre se dit prêt à travailler avec le milieu pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) du complexe industriel.

Pêche et aéroports

François Legault a par ailleurs procédé à deux annonces lundi, en Gaspésie.

Québec versera une contribution de 12,8 millions $ dans un Fonds pour les pêches dans une annonce conjointe avec Ottawa qui investit de son côté 30 millions $.

Ce fonds mettra l’accent sur les possibilités de croissance de ce secteur important dans l’Est-du-Québec tout en étudiant les impacts des changements climatiques sur les espèces marines.

Les aéroports de Rocher-Percé, Gaspé, Sainte-Anne-des-Monts et Matane se partageront 21,7 millions $ pour divers travaux sur leurs pistes d’atterrissage et la modernisation d’infrastructures techniques.