/news/society
Navigation

Les employés des PME se disent plus heureux

Les employés des PME se disent plus heureux
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois qui travaillent dans des entreprises de moins de 50 employés s’estiment nettement plus heureux au travail, notamment parce qu’ils s’y réalisent davantage et y ont plus de responsabilités, selon des experts.

Ainsi, leur Indice de bonheur Léger au travail (IBL-T) se chiffre à 75 sur 100, soit beaucoup plus que celui des travailleurs des grandes entreprises qui est de 69,3 sur 100.

C’est le constat d’un sondage mené auprès de 1000 travailleurs québécois par la firme Léger Marketing qui met en lumière la perception des Québécois relativement à plusieurs aspects de leur emploi.

« C’est très intéressant pour une économie de PME comme le Québec. Ainsi, même si les petites entreprises nous disent toujours qu’ils n’ont pas les moyens des grandes entreprises, elles ont l’avantage de la proximité qui joue pour beaucoup », commente la présidente de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, Manon Poirier.

S’accomplir au travail

Si de plus en plus de travailleurs accordent une importance aux conditions de travail, elles restent cependant secondaires dans l’atteinte du bonheur au travail, estime le consultant et formateur Mario Côté.

« On parle beaucoup des conditions de travail attrayantes que les entreprises tentent de mettre en place pour attirer des travailleurs, la conciliation travail/famille, mais cela n’a rien à voir avec l’équilibre qu’on tente d’atteindre au travail. En fait, si j’offre la possibilité aux gens de s’accomplir, de se développer dans leur emploi, alors là, j’ai plus de chance de les retenir », précise-t-il.

Pas surprenant donc que le facteur « accomplissement au travail » arrive au premier rang des variables qui influencent le plus le bonheur des Québécois au travail.

Moins heureux au travail

Ce coup de sonde révèle également que les Québécois s’estiment en moyenne légèrement moins heureux une fois leur quart de travail commencé puisqu’ils estiment leur bonheur général à 74,2 sur 100. « Ce n’est pas un gros écart. Ce n’est pas comme si on allait à la guerre quand on entre au travail, mais ça montre qu’on y est moins heureux que dans la vie en général », explique l’auteur du sondage et expert en marketing, Pierre Côté.

Le travail occupe pourtant une place centrale dans la vie des Québécois qui y consacraient toujours 34,4 heures par semaine en 2017, selon les données de l’Institut de la statistique du Québec.

1 La réalisation de soi

Le fait de se réaliser dans son travail est le facteur qui permet le mieux de prédire si un employé sera heureux ou non. « Le concierge d’un hôpital peut passer la vadrouille et s’en plaindre, mais il peut aussi se dire qu’il permet de prévenir les contaminations croisées, et ainsi considérer qu’il a un rôle équivalent à celui d’un médecin », explique le professeur Jacques Forest.

Dans quelle mesure votre travail permet-il de vous réaliser, de vous accomplir sur une échelle de 1 à 100 ?

♦ Taille de l’entreprise 

  • - de 50 employés | 73,1
  • + de 300 employés | 69,0

♦ Secteur

  • Public/parapublic | 75,5
  • Privé | 71,8

► Les travailleurs des petites entreprises (moins de 50 employés) se réalisent plus que ceux des grandes entreprises (300 employés et plus).

« Il y a les conditions artificielles que l’entreprise met en place, comme un salaire alléchant ou des congés, qui peuvent attirer des gens. Mais si j’offre la possibilité aux gens de se développer, de s’accomplir, là, il y en a plus qui vont rester. » – Mario Côté

2 La responsabilité

Les travailleurs québécois estiment visiblement avoir assez de responsabilités dans leurs entreprises puisqu’ils donnent un bon score à cette variable. « Les patrons sensibles vont donner [à leurs employés] des mandats en fonction de leurs compétences », précise le conférencier Mario Côté.

Face aux responsabilités qui vous incombent dans votre travail et en regard de vos compétences, comment évalueriez-vous votre niveau de responsabilités sur une échelle de 1 à 100 ?

♦ Taille de l’entreprise

  • - de 50 employés | 79,6
  • + de 300 employés | 72,1

♦ Domaine

  • Enseignement/service de garde | 82,7
  • Commerce de détail | 73,0

3 La civilité/le respect

Outre quelques incidents malheureux qui font les manchettes, la civilité et le respect se portent bien dans les entreprises québécoises. « De façon générale, les gens sont courtois et ont du plaisir au travail. Combien de fois entend-on que c’est la gang qui nous tient, qui fait que l’on reste dans un emploi ? », commente Manon Poirier.

Dans mon milieu de travail, le niveau de politesse, de courtoisie et de savoir-vivre à mon égard est excellent, sur une échelle de 1 à 100.

♦ Taille de l’entreprise

  • - de 50 employés | 82,2
  • + de 300 employés | 78,5

♦ Secteur

  • Finance/comptabilité | 86,2
  • Commerce de détail | 76,9

​ « Le bonheur est quelque chose de personnel dont chaque individu est responsable, mais les entreprises doivent les aider là-dedans. Elles ont tout à y gagner, afin de retenir leur personnel étant donné la pénurie de main-d’œuvre » – Nicolas Seve

4 Le climat de travail

Si les Québécois estiment la civilité et le respect comme très bons sur leur lieu de travail, le climat y obtient toutefois un moins bon score. « Dans la recherche, c’est assez clair : le bonheur ne vient pas seul, mais en faisant des choses. Il est important de donner aux employés des mandats qui ne vont pas contre leurs valeurs », explique le conférencier Mario Côté.

Quelle note accorderiez-vous au climat ou à l’ambiance qui règne dans votre milieu de travail sur une échelle de 1 à 100 ?

♦ Taille de l’entreprise

  • - de 50 employés | 77,3
  • + de 300 employés | 72,2

♦ Statut

  • Non syndiqué | 74,5
  • Syndiqué | 71,4

5 La reconnaissance

Quelle note accorderiez-vous à votre employeur ou à votre supérieur par rapport à la reconnaissance démontrée face à votre travail sur une échelle de 1 à 100 ?

♦ Taille de l’entreprise :

  • - de 50 employéss | 75,2
  • + de 300 employés | 67,4

♦ Secteur :

  • Public/parapublic | 66,0
  • Privé | 70,2

6 La rémunération

Les travailleurs québécois semblent accorder une certaine importance à leur rémunération, mais attention, celle-ci ne garantit pas d’être heureux. « Les bonis au travail, ça peut faire du bien, mais, au-delà d’un certain seuil, ça peut s’accompagner d’un certain stress », explique Mario Côté.

En fonction du poste que vous occupez et du travail que vous effectuez, comment évaluez-vous votre rémunération sur une échelle de 1 à 100 ?

♦ Statut

  • Syndiqué | 72,8
  • Non syndiqué  | 67,8

♦ Secteur

  • Finance/comptabilité | 76
  • Commerce de détail | 64,8

7 Le sentiment d’appartenance

Il s’agit d’un facteur pour lequel les employés des petites entreprises donnent une meilleure note, parce qu’ils se sentent près de la mission de l’organisation.

Quelle note accorderiez-vous à votre sentiment d’appartenance face à votre employeur sur une échelle de 1 à 100 ?

♦ Taille de l’entreprise

  • - de 50 employés | 75,3
  • + de 300 employés | 66,3

♦ Âge

  • 55 ans et plus | 72,7
  • 18-24 ans | 67,8

« Les résultats sont une bonne nouvelle dans notre économie québécoise de PME. Bien sûr, ils n’ont pas les moyens de la grande entreprise, mais ils ont l’avantage de la proximité » – Manon Poirier

8 Les possibilités d’avancement

Les possibilités d’avancement sur une échelle de 1 à 100, évaluez les possibilités d’avancement que votre employeur vous offre en regard de vos performances et de votre implication.

♦ Taille de l’entreprise

  • - de 50 employés | 62,5
  • + de 300 employés | 56,8

♦ Statut

  • Non syndiqué | 62,9
  • Syndiqué | 56,7

9 La conciliation travail/vie personnelle

Mon employeur me permet de concilier mon travail avec ma vie familiale et personnelle. Évaluez cette affirmation sur une échelle de 1 à 100.

♦ Taille de l’entreprise

  • - de 50 employés | 80,5
  • + de 300 employés | 70,9

Des experts interrogés

Mario Côté

Les employés des PME se disent plus heureux
Photo courtoisie

Consultant, formateur et conférencier

Manon Poirier

Les employés des PME se disent plus heureux
Photo courtoisie

Directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA)

Dominique Migneault et Nicolas Seve

Les employés des PME se disent plus heureux
Photo courtoisie

 

Les employés des PME se disent plus heureux
Photo courtoisie

Fondateurs de l’entreprise C3PH

MÉTHODOLOGIE

► Sondage national sur le bonheur des Québécois réalisé par Léger auprès de 1003 Québécois représentatifs sur la base de l’auto-évaluation que chacun fait de son état personnel réalisé en juillet/août 2018. √ À titre comparatif, un sondage probabiliste de 1003 répondants aurait une marge d’erreur de 3,1 %, dans un intervalle de confiance de 95 %.