/news/currentevents
Navigation

Seul dans l’auto qu’il ne conduisait pas?

Plusieurs pompiers et policiers ont attesté qu’il n’y avait personne d’autre dans la voiture qui a tué une mère

Anthony Bélanger
Photo d’archives La Kia grise a défoncé le mur de la résidence le 26 octobre 2014 avant de terminer sa course dans la chambre à coucher des parents de trois enfants.

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | Un homme de 29 ans tente de convaincre un juge qu’il ne conduisait pas la voiture qui a embouti une maison et tué une mère de famille, alors qu’il était seul dans l’habitacle au moment du drame.

Le 26 octobre 2014, une voiture a foncé dans une résidence de Saint-Alexis-de-Montcalm dans Lanaudière. La Kia a traversé un mur pour finir sur un lit, tuant sur le coup Rachel Middleton, 36 ans, une mère de famille qui dormait.

Son conjoint, Joël Ricard, a été grièvement blessé. Les trois enfants du couple étaient dans la résidence au moment du drame.

Enseveli

Or, plusieurs policiers et pompiers qui sont intervenus ont affirmé au procès d’Anthony Bélanger, 29 ans, que ce dernier était seul dans la voiture.

Anthony Bélanger<br>
<i>Accusé</i>
Photo Geneviève Quessy
Anthony Bélanger
Accusé

Selon leurs témoignages, Anthony Bélanger se serait débattu de longues minutes pour tenter de sortir de la voiture qui était encastrée dans les décombres de la chambre, de nombreux débris obstruant les portières.

Ce n’est qu’une fois qu’ils ont pu dégager la mère et le père de famille pris sous la voiture que les premiers répondants ont entrepris de libérer l’accusé de la voiture, qui en est sorti, seul.

Bélanger avait alors deux fois la limite d’alcool permise dans le sang. Il a été accusé de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort et des lésions.

Pas lui qui conduisait

Or, Bélanger a témoigné lundi pour sa défense et affirme que ce n’est pas lui qui conduisait la voiture.

Il a rapporté lundi à la cour qu’au moment de son arrestation, un policier l’interrogeait dans l’ambulance qui l’emmenait à l’hôpital pour ses légères blessures. Il aurait alors déclaré avoir consommé.

« Je lui ai dit que j’avais pris trois grosses bières et un gros joint », a dit Anthony Bélanger.

Et quand le policier l’a questionné à savoir s’il était le conducteur de la voiture, il aurait dit non, a-t-il dit au juge Jean Roy.

Un expert en ingénierie automobile et sécurité routière est venu témoigner pour la défense d’Anthony Bélanger.

« Tout m’indique qu’il y avait deux occupants dans la voiture, puisque les deux coussins gonflables se sont déployés au moment de l’impact », a dit Olivier Bellavigna-Ladoux.


► Le témoignage de Bélanger se poursuit mardi au palais de justice de Joliette.