/news/politics
Navigation

Cadeau de Noël pour l’industrie pétrolière

Ottawa annonce une aide de 1,6 milliard de dollars

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les groupes environnementaux et les oppositions ont tiré à boulets rouges mardi sur le gouvernement Trudeau qu’ils ont accusé de tenir un double langage, après qu’Ottawa ait annoncé une aide de 1,6 milliard de dollars pour le secteur pétrolier et gazier au pays.

« Quelques jours après la conférence des Nations unies sur le climat, le gouvernement Trudeau montre son vrai visage en offrant un nouveau cadeau aux riches pétrolières, alors qu’il s’était engagé à cesser de les subventionner », a dénoncé le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, dans un échange de courriels.

Deux ministres fédéraux ont annoncé en grande pompe mardi, à Edmonton, ce soutien financier, dont la part du lion est constituée de prêts commerciaux remboursables.

Ce soutien vise, entre autres, à aider les entreprises du secteur à trouver de nouveaux débouchés pour leurs produits à l’extérieur des États-Unis, à acheter de l’équipement et à investir dans de nouvelles technologies plus propres.

Ottawa souhaite du coup venir en aide à l’industrie qui vit de graves difficultés.

Le ministre des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, s’est défendu de subventionner la production de combustibles fossiles et a réitéré l’engagement de son gouvernement à les éliminer éventuellement.

Pas en arrière

Mais les groupes environnementaux ne l’entendent pas ainsi. Il s’agit d’un « autre pas en arrière » au moment même où le Canada s’apprête à rater ses cibles de réductions de gaz à effet de serre (GES), s’est inquiété M. Bonin de Greenpeace.

« Au retour de la COP24 [la conférence des Nations unies sur le climat] où le Canada s’est voulu le promoteur des objectifs ambitieux pour tous, il est plus qu’incompréhensible que des investissements visant à augmenter l’exportation d’une source d’énergie sale soient encore considérés sur le plan national », a dénoncé la porte-parole d’Équiterre, Annie Bérubé, sur Twitter.

Une indignation partagée par les troupes néo-démocrates et bloquistes aux Communes.

L’opposition conservatrice a, elle aussi, dénoncé le « double langage » du gouvernement Trudeau qui dit vouloir aider les travailleurs du secteur pétrolier, mais ne prend pas de véritables mesures pour ce faire, selon elle. Toutefois, les conservateurs ne croient pas que la lutte aux changements climatiques doive se faire en réduisant la production pétrolière canadienne.