/opinion/blogs/columnists
Navigation

Deux jumeaux, ce n’est pas beaucoup

Coup d'oeil sur cet article

« Lu quelque part : trois jumeaux sont nés », nous rapporte une lectrice, Amanda L. « Dites-moi, ça ne se dit pas ! Des jumeaux ne peuvent être que deux, non ? » Eh bien si, cela se dit ! Et cela se vit. D’accord, on emploie généralement le mot jumeaux quand il est question d’une double naissance. Mais les quadruplés, les quintuplés (arrêtons-nous là !) sont aussi des jumeaux... nés au nombre de quatre ou de cinq. On parlera donc de quadruplés, de quintuplés ou de quatre ou de cinq jumeaux. La phrase « la cousine de Chantal a mis trois jumeaux au monde », bien qu’employée... rarement, est donc tout à fait correcte. Statistiques : les jumeaux et les triplés formeraient 2 % de la population. Un tiers des jumeaux sont monozygotes (vrais jumeaux). Les vrais jumeaux partagent le même patrimoine génétique, ils ont les mêmes groupes sanguins et tissulaires, ce qui permet des transfusions ou des greffes d’organes normalement sans rejet.