/opinion/columnists
Navigation

L’unité canadienne à sens unique

Coup d'oeil sur cet article

La dispute politique autour du pétrole albertain est prise. Pas de père Noël cette année pour l’industrie des sables bitumineux. Le conflit est en fait une triade. Le premier joueur est le premier ministre François Legault, admonesté par le Canada anglais pour avoir qualifié ce pétrole d’« énergie sale ».

Le deuxième est la première ministre albertaine Rachel Notley, scandalisée par ces propos. Le troisième est le premier ministre canadien Justin Trudeau. Pris en étau entre les deux – et à moins d’un an du prochain scrutin fédéral –, il va même jusqu’à verser dans la thérapie de groupe réconciliatrice.

« Je trouve que ce ne sont pas des commentaires qui contribuent à l’unité canadienne », lance-t-il. Sortez vos mouchoirs. La franchise brutale de François Legault a fait de la grosse pe-peine aux Albertains.

Inouï

L’unité canadienne ? C’est tout de même inouï de sortir ce vieux lapin pour défendre du pétrole aussi polluant que celui-là. En 1982, le Canada a pourtant imposé une constitution au Québec sans sa signature. Pas de problème pour l’unité canadienne.

Et le rejet de l’Accord du lac Meech en 1990 ? Toujours pas de problème pour l’unité canadienne. Bizarre.

Réciproque

Hier, M. Trudeau implorait même les Québécois d’« être là » pour les autres Canadiens lorsqu’ils en ont besoin. Dans ce cas-ci, pour les Albertains. Or, plus personne n’implore les autres Canadiens d’« être là » pour reconnaître officiellement le Québec au sein de la fédération canadienne.

L’« unité canadienne » en sortirait pourtant grande gagnante. Après tout, quand vient le temps de renforcer l’« unité », le miel est nettement préférable au vinaigre.

Et la morale de cette histoire ? La voilà. Lorsqu’on quémande l’empathie du Québec pour une autre province, sa sympathie viendrait sûrement plus vite si elle avait déjà été réciproque. Pour ce qui est de l’Alberta, qu’elle diversifie enfin son économie et hausse ses taxes. Sa propre « unité » ne s’en portera que mieux.