/investigations
Navigation

Assassiné en plein stationnement

Le trafiquant Sébastien Beauchamps, 44 ans, est lié au groupe de motards depuis de nombreuses années

Assassiné en plein stationnement
Photo Agence QMI, Marc Alain Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

L’homme atteint mortellement par balles hier dans une station-service du nord de Montréal aurait été victime d’une purge interne des Hells Angels, autorisée en haut lieu.

Le trafiquant Sébastien Beauchamps, 44 ans, est lié au groupe de motards depuis de nombreuses années. Il aurait été soupçonné par ses pairs d’avoir été un informateur pour la police par le passé, selon des documents de cour du projet Mastiff. Celui qui était surnommé Bass était l’une des cibles de cette enquête antidrogue, mais il n’a jamais été accusé.

« Ça pourrait s’insérer dans la purge des motards au niveau des sous-trafiquants. Mais peut-être que Beauchamps parlait trop en même temps », nous indique une source ayant requis l’anonymat.

Le règlement de compte contre l’ancien membre des Rockers, défunt club-école des Hells très actif lors de la guerre des motards, aurait nécessairement été autorisé en haut lieu, puisqu’il s’agit d’un individu ayant une certaine influence dans le milieu criminel.

Plusieurs coups de feu

1. Plusieurs coups de feu ont été tirés sur le terrain de cette station-service du boulevard Langelier, dans l’arrondissement de Saint-Léonard à Montréal. 2. Le véhicule de la victime, Sébastien Beauchamps, a été atteint d’une balle à la hauteur de la tête, du côté passager. 3. Trois véhicules de citoyens, dont celui-ci, ont été touchés par des projectiles. 4. Un pistolet, muni d’un silencieux, a été abandonné sur les lieux de l’attaque.
Photos Agence QMI, Marc-Alain Trudeau et captures d’écran TVA Nouvelles
1. Plusieurs coups de feu ont été tirés sur le terrain de cette station-service du boulevard Langelier, dans l’arrondissement de Saint-Léonard à Montréal. 2. Le véhicule de la victime, Sébastien Beauchamps, a été atteint d’une balle à la hauteur de la tête, du côté passager. 3. Trois véhicules de citoyens, dont celui-ci, ont été touchés par des projectiles. 4. Un pistolet, muni d’un silencieux, a été abandonné sur les lieux de l’attaque.

C’est vers 14 h 40 hier que les services d’urgence ont été appelés à intervenir pour plusieurs coups de feu à la station-service Ultramar du boulevard Langelier, dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

Le véhicule de la victime a été atteint du côté passager. La balle a traversé à la hauteur de la tête. Trois autres véhicules de citoyens ont été touchés, ce qui laisse croire que Beauchamps se serait défendu. L’enquête permettra de déterminer s’il y a réellement eu un échange de coups de feu.

La victime, Sébastien Beauchamps, a été trouvée inconsciente non loin de sa voiture, un Jeep Cherokee noir loué.
Captures d’écran TVA Nouvelles
La victime, Sébastien Beauchamps, a été trouvée inconsciente non loin de sa voiture, un Jeep Cherokee noir loué.

Beauchamps a été trouvé inconscient non loin de sa voiture, un Jeep Cherokee noir loué. Après avoir été transporté dans un état critique à l’hôpital, il décédé en soirée. Il est le seul blessé dans cette affaire.

Un pistolet, muni d’un silencieux, a été abandonné sur les lieux, typique des règlements de compte dans le milieu.

Témoins rencontrés

Un large périmètre de sécurité a été déployé par les forces de l’ordre, ce qui a compliqué la circulation dans le secteur. Les enquêteurs des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont été dépêchés pour inspecter la scène au peigne fin.

« Le maître-chien a été envoyé sur les lieux pour récolter le plus d’informations possible. Les policiers rencontrent les témoins puisque plusieurs personnes passaient à ce moment-là », a précisé Benoit Boisselle, porte-parole du SPVM.

Les images de caméra de surveillance de la station-service seront aussi analysées.

Beauchamps est un individu avec un important passé criminel. Il a de nombreux antécédents judiciaires, comme importation de stupéfiants, voies de fait graves et possession d’arme.

En 2004, il a écopé d’une peine d’emprisonnement de sept ans et neuf mois pour trafic de stupéfiants et gangstérisme. Il avait été arrêté le 28 mars 2001 dans le cadre de l’opération Printemps 2001.

Il est également connu pour une célèbre phrase prononcée lors d’une conversation avec un autre membre des Rockers qui fut enregistrée par la police lors du projet Printemps 2001 : « Je regarde le monde qui se lèvent à 7 h le matin, qui restent pognés dans le trafic pour 10 piastres de l’heure, pis qui reviennent le soir... C’est eux autres les fous... »

– Avec la collaboration de Jonathan Tremblay


♦ Il s’agit du 30e homicide à survenir à Montréal cette année. La police ne rapportait aucune arrestation hier.

 

Une relation intime avec une employée de la police

Félix Séguin
Bureau d'enquête

Sébastien Beauchamps aurait entretenu une relation intime avec une employée de la police de Montréal, a appris notre Bureau d’enquête.

Celle-ci, que nous ne nommerons pas, aurait pu avoir accès à des renseignements sensibles et les transmettre à ce trafiquant lié de près aux Hells Angels. Elle sera rencontrée par les enquêteurs.

La femme en question est une employée civile du service de stationnement de la police.

« Une bombe»

« Oui, c’est une bombe ! Juste le fait que cette employée a été en relation avec lui, c’est une brèche importante dans le système de sécurité que les Hells Angels essaient d’infiltrer », a avoué une source au sein de la police montréalaise.

On ignore combien de temps a duré cette relation, si elle était toujours en cours ou si elle était terminée.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a réagi laconiquement hier à nos informations.

« Les enquêteurs sont en train de recueillir l’ensemble des faits. Aucune piste n’est écartée », a indiqué Jonathan Martel, commandant de la Division des communications du SPVM.

– Avec la collaboration d’Antoine Lacroix