/opinion/blogs/columnists
Navigation

Trudeau nous surveille

Débattre de l'immigration est légitime

POL-BILAN-TRUDEAU
Photo Agence QMI, Matthew Usherwood

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau a annoncé il y a quelques jours qu’il «surveillerait» dans les temps à venir ceux qui se montrent à son avis exagérément critique à l’endroit de l’immigration. La formule n’était pas anodine: surveiller n’est pas critiquer. Il ne s’agira pas seulement de répondre aux arguments de ceux qui s’opposent à la politique d’immigration canadienne mais de les transformer en danger pour la démocratie. En d’autres mots, le multiculturalisme représenterait l’accomplissement de la démocratie, et on ne pourrait condamner le premier sans condamner la seconde. L'immigration massive serait consubstantielle à la définition d'une société moderne et ouverte.

Trudeau s’inquiète des groupuscules militants assimilés généralement à l’extrême-droite. Sans le moindre doute, ces groupuscules sont exaspérants et souvent inquiétants. Ils utilisent une rhétorique incendiaire en plus de relayer des théories complotistes qui heurtent l’intelligence et le bon sens, en plus d’adopter un comportement milicien. Ces groupuscules, en fait, font le jeu de l’idéologie diversitaire dans la mesure où ils lui servent de repoussoir idéal. Mais il faut un immense culot et beaucoup de mauvaise foi pour croire que ces groupuscules caricaturaux représentent autre chose que des marges idéologiques dont ils ne devraient pas sortir.

Le scepticisme de la très grande majorité des Québécois devant l’immigration massive n’a rien d’extrémiste et est aussi rationnel que raisonnable. On peut imaginer qu’il s'exprimerait encore plus ouvertement s’il n’était pas criminalisé par le discours médiatique dominant. Les Québécois s’inquiètent par exemple de l’anglicisation de la métropole. Ils savent que dans l’histoire du Canada, l’immigration massive a toujours servi à noyer les francophones et à diminuer leur poids démographique et politique. Faut-il rappeler que c’est en misant sur l’immigration massive qu’Ottawa est parvenu à créer au fil du temps au Québec une minorité de blocage qui a su empêcher l’indépendance lors du dernier référendum?

Les Québécois refusent aussi avec raison d’accepter le détournement à grande échelle du droit d’asile par des immigrés illégaux qui sont soutenus par les tenants du sans-frontiérisme, qu’il soit libéral ou d’extrême-gauche. Ils se laissent de moins en moins intimider par la rhétorique des «engagements internationaux» à la Louise Harbour visant à étouffer l’expression de la souveraineté populaire et de la souveraineté nationale, par exemple. Ils se demandent par ailleurs dans quelle mesure l’islam peut parvenir à s’intégrer vraiment dans notre civilisation, comme partout ailleurs en Occident, on se le demande aussi, et pour des raisons très compréhensibles.

Toutes ces critiques et inquiétudes sont rationnelles. On peut ne pas les partager, on peut les croire exagérées, ou mal formulées, mais on ne peut les balayer du revers de la main comme si elles relevaient d’un dangereux délire. Elles sont investies au cœur de la vie démocratique contemporaine par de grands pans de la population qui ressentent une profonde insécurité culturelle. La peur de devenir étranger chez soi est désormais centrale dans la vie politique occidentale, et on aurait tort de l’associer à une pulsion xénophobe. Devant cela, Justin Trudeau devrait être plus respectueux de ses concitoyens et éviter de les traiter comme de dangereux déséquilibrés à surveiller et à rééduquer.