/investigations/truth
Navigation

Le conservateur Andrew Scheer exagère

Andrew Scheer Sheer
Photo d'archives, Boris Proulx

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine. 

L’ÉNONCÉ 

« Année après année, le gouvernement fédéral doit payer plus en frais d’intérêt sur la dette. Dans cinq ans, le gouvernement va payer presque autant en frais d’intérêt que ce que l’on dépense pour la santé », a dit le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, dans une entrevue de fin d’année accordée cette semaine à La Presse +

Il s’inquiétait de ce que les frais d’intérêts sur la dette fédérale atteignent des sommets comparables aux sommes qu’envoie Ottawa aux provinces et territoires pour le financement de la santé. 

LES FAITS 

Les chiffres donnent tort à M. Scheer. 

Selon la récente mise à jour économique du ministère des Finances, les frais d’intérêts sur la dette s’élèveront à 23,8 milliards $ à la fin de l’année financière 2018-2019. Les montants transférés aux provinces et territoires pour leurs soins de santé totaliseront pour leur part 38,6 G$. 

Il y a donc un écart de près de 15 milliards $ entre les deux. 

Tentant sans doute d’y aller d’une affirmation percutante, M. Scheer a toutefois comparé les chiffres de deux années différentes : les intérêts sur la dette en 2023-2024 et les transferts en santé pour 2018-2019. Même en acceptant cette contorsion, l’Heure juste constate un écart de 4 G$. 

Notons toutefois qu’il est vrai que le montant de la dette s’alourdit depuis des années et que le gouvernement Trudeau n’a pas prévu de plan de retour à l’équilibre budgétaire.

Sur le même sujet