/opinion/columnists
Navigation

Une prière de Noël

Coup d'oeil sur cet article

Ceux qui n’aiment la nuit de Noël qu’à travers la poésie du Noël blanc devront passer leur tour, cette année : il sera gris, pluvieux et mouillé. Faut-il croire pour autant qu’il sera triste ? Car la fête de Noël, qu’elle se passe sous la tempête ou sous les tropiques, est la plus belle des fêtes.

Réconciliation

Elle est certes écrasée par le matérialisme débile, et pourtant, sa signification profonde n’est jamais complètement effacée. Qu’on soit croyant ou non, sa signification peut encore nous émouvoir : l’espoir de l’humanité prend le visage d’un enfant innocent, venu au monde pour inviter chaque homme à voir dans son prochain un semblable, auquel tendre la main. Je ne connais pas plus belle histoire. Elle ne sauve peut-être pas l’être humain, mais le pousse à chercher son salut.

La société contemporaine est disloquée comme jamais. Les liens humains les plus intimes se sont déchirés sous la pression de l’individualisme. Chacun s’enferme dans sa niche. Et pourtant, malgré tout, à Noël, même les familles éclatées cherchent à s’unir, comme si elles voulaient, le temps d’un repas, surmonter leur fracture. Ce soir, un père et son fils en froid depuis des mois se serreront peut-être la main. Une mère et une fille incapables de se comprendre se chuchoteront qu’elles s’aiment.

Il y aura un malaise, même des tensions. Plusieurs maudiront cette nuit à la manière d’une comédie invivable. Et pourtant, ils se prêteront au jeu dans l’espoir secret que se répare ce qui n’aurait jamais dû se briser.

Prière

Noël demeure ce moment de grâce où les hommes et les femmes peuvent faire remonter ce qu’ils ont de meilleur entre eux. Noël est une chance donnée à l’être humain. S’il est une prière à faire ce soir ou cette nuit, c’est bien celle-là : de réunir ceux que la vie n’aurait jamais dû séparer.

Joyeux Noël.