/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Les résolutions de fin d'année: c'est bon pour l'économie

Coup d'oeil sur cet article

Après la période des Fêtes, c’est l’occasion de se refaire une santé physique, amoureuse et financière. Les uns et les autres s’engagent dans leurs résolutions à entamer la nouvelle année sous un autre jour. Et cela peut cacher des opportunités insoupçonnées.

Vers la mi-décembre, on commence à penser à nos résolutions, on les couche sur papier et on se dit « le 1er janvier, c’est un nouveau moi qui se lance dans la vie ».

Crédit : Unsplash

 

Comme une majorité de nos congénères, on veut apprendre une nouvelle langue, épargner de l’argent, faire plus d’exercice ou arrêter de fumer.

Il n’est jamais trop tard pour prendre des initiatives.

Ceci dit, comme 90% des humains (selon les études, ce chiffre peut varier) qui prennent des résolutions, il se peut qu’on échoue lamentablement au bout de quelques mois.D’après Statistiques Canada, les ventes de cigarettes ont diminué de 31% entre décembre 2017 et janvier 2018, avant de reprendre fortement en mars.

On reviendra donc à notre routine en laissant le même sentiment de culpabilité nous regagner progressivement.

Chaque journée d’exercice manquée, chaque kilo pris, chaque bouffée de fumée inhalée, chaque transaction payée à crédit nous rappellera notre échec. Et pour nous consoler, on mangera plus, fumera plus, consommera plus.

Jusqu’en décembre prochain quand renaitra notre espoir. C’est un cycle auquel on ne peut échapper.

Mais ne nous décourageons pas.Comme nous, il y en a des millions qui prennent des résolutions et ne les respectent pas.

Grâce à nous, l’économie fonctionne, elle prospère.

 

Aux États-Unis, 68% des femmes prévoient dépenser plus de 500 dollars pour appliquer leurs résolutions de fin d’année. Ça en fait du capital dans l’économie.

Notre échec forge la réussite des petits producteurs bios, des gyms, des libraires et des bars. On est la raison de leur continuité. Pour eux, on est des héros.

Les ateliers d’ébénisterie, d’horticulture ou de yoga chaud vivent de nos engagements manqués à vivre de nouvelles expériences.

Même les sites de rencontre profitent de nos élans vers l’âme sœur. Certains sites connaissent des envolées d’adhésions de plus de 40% entre fin décembre et début janvier.

Pour la business comme pour nous, n’abandonnons pas nos rêves d’amour.

Crédit : Unsplash

 

Le 10%

On peut aussi faire partie des 10% de marginaux qui tiennent leurs résolutions, vont au gym toute l’année, se font de nouveaux amis, économisent et voyagent plus. Ça existe, mais rien ne sert de se mettre la pression.

Certains pessimistes voudront nous dissuader d’espérer. « Ça ne sert à rien, les résolutions », « tu perds du temps et de l’argent avec ces niaiseries ».

Faux ! Ça sert l’économie. En 2017, des sites d’achat en ligne ont connu une augmentation de 740% de trafic le 3 janvier.

Alors, ne changeons pas. Prenons nos résolutions même si on ne les respecte pas. On aura toujours l’année prochaine pour nous reprendre.Les résolutions de fin d'année: c'est bon pour l'économie.

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux