/news/society
Navigation

Montréal déborde de sans-abri et personne ne sait pourquoi

Une centaine d’hommes font la file chaque jour aux portes de La Maison du Père

Stéphane l'itinérant
Photo Jonathan Tremblay Stéphane quêtait auprès des automobilistes aux coins de l’avenue De Lorimier et du boulevard De Maisonneuve, mercredi après-midi.

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de sans-abri a augmenté de façon évidente cette année à Montréal, mais les intervenants en itinérance en ignorent les raisons.

« Ça déborde de tous bords, tous côtés. On n’a pas vu ça depuis des années, dit l’abbé Claude Paradis, impliqué auprès des gens de la rue, à laquelle il a déjà fait partie. C’est un nouveau phénomène qu’on s’explique mal. L’hiver risque d’être long. »

Une centaine d’hommes ont fait la file devant le refuge La Maison du Père, mercredi après-midi, a constaté Le Journal.

Cela dure depuis l’été, affirment des sans-abri. Ils voient fréquemment leurs amis se tourner vers la rue pour dormir, malgré le froid.

Pour pallier la situation, des organismes montréalais ont annoncé la semaine dernière que l’Hôpital Royal-Victoria allait ouvrir 80 lits du 15 janvier au 15 avril.

Au moins deux organismes se résignent à accueillir temporairement des individus sur leur plancher de béton.

« Entre le béton, ici à l’intérieur, et le béton dans la rue, c’est encore mieux ici », explique Alexandre Paradis, président fondateur de SOS Itinérance. Son équipe nourrit 400 bouches de plus par mois qu’il y a cinq ans, dit-il.

« Le taux d’achalandage est au-delà des normes depuis cet été. On a voulu planifier des lits supplémentaires, explique Matthew Pearce, président de Mission Old Brewery. Faire dormir des gens sur le plancher de notre cafétéria, c’est porter atteinte à leur dignité. Mais on n’a pas le choix quand on affiche complet. On ne les laissera pas dehors. »

Santé mentale en cause

Selon l’abbé Paradis, Montréal traverse une période problématique au chapitre du traitement de la santé mentale.

« Les institutions diminuent leurs nombres de lits. Les gens se retrouvent à la rue sans ressources, dit-il. Ils seraient pourtant les premiers à s’en sortir. Ça coûterait moins cher de leur payer un appartement pendant un an. »

​« La situation est particulièrement désastreuse dans l’est de Montréal, reprend Alexandre Paradis. En réinsertion sociale, il faut aider les gens à se nourrir, à aller en thérapie et à se loger. »

Il manque de ressources à la sortie des centres d’accueil, des institutions et des prisons, déplore-t-il.

Stéphane, 48 ans, vêtu chaudement pour affronter l’hiver, croit que la société de consommation est à blâmer.

« C’est le coût de la vie qui pousse davantage de gens à la rue. J’aime mieux être dans la rue que dans un appartement plein de coquerelles », convient celui qui vit sans domicile fixe depuis cinq ans, loin de se plaindre de son sort.

En janvier, les résultats d’un dénombrement des personnes itinérantes à Montréal seront présentés. En 2015, la Ville avait estimé qu’ils représentaient 3016 personnes.