/sports/hockey/canadien
Navigation

Aaron Ekblad a oublié le coup de poing de Max Domi

Aaron Ekblad (5)
Photo d'archives, Martin Chevalier Aaron Ekblad (5)

Coup d'oeil sur cet article

SUNRISE | « Les comptes seront réglés à une date ultérieure. » Aaron Ekblad avait réagi ainsi après la suspension de cinq matchs préparatoires de Max Domi pour le coup de poing sournois qu’il lui avait infligé le 21 septembre au Centre Bell.

À la veille du premier duel régulier cette saison entre le Canadien et les Panthers, Ekblad a adouci ses propos. Il ne cherchera pas noise à Domi.

« Je n’y pense plus, a dit Ekblad à sa sortie d’un entraînement des Panthers, jeudi. J’avais parlé sous le coup de l’émotion après la rencontre. Tu dis parfois de mauvaises choses en raison de la frustration. Mais aujourd’hui, je peux dire que j’ai oublié cet incident. Je me prépare à jouer contre le Canadien, pas contre Domi, même si je me retrouverai souvent sur la glace contre lui. »

Pas salaud

« Je ne suis pas un joueur salaud, je ne sortirai pas de mon jeu et je n’écoperai pas d’une suspension à mon tour, a-t-il continué. Ce n’est pas moi. Je défends mon territoire avec férocité, mais c’est tout. C’est un match de quatre points. Nous pourchassons le Canadien afin d’entrer dans le portrait des séries. Les points sont plus importants que tout. »

À l’image de son défenseur, Bob Boughner a aussi passé l’éponge.

« Je n’ai pas encore parlé à Aaron, mais je le ferai le matin même du match [vendredi], a expliqué l’entraîneur-chef des Panthers. Ça fait longtemps et c’était juste une partie préparatoire. Je crois que les deux équipes ont oublié cet incident. Nous devons nous concentrer sur les points et non pas sur une revanche pour Aaron. Ça fait partie du passé. »

Ekblad s’en était sorti avec un bon œil au beurre noir après le coup de poing de Domi. Il n’a manqué aucun rendez-vous des Panthers cette saison, récoltant 13 points (7 buts, 6 passes) en 35 rencontres.

Autre mauvais départ

Lors de la visite des Panthers à Montréal durant le calendrier préparatoire, Boughner avait mentionné que son équipe devait apprendre du mauvais départ de la saison précédente. À ses yeux, c’était impératif de partir du bon pied. Les Panthers n’ont visiblement pas compris ce principe. Ils ont ouvert la saison avec seulement deux victoires à leurs 10 premières parties (2-5-3).

« Oui, il y a beaucoup de frustration avec notre mauvais départ, a précisé Boughner. Nous ne pouvions pas prévoir que Roberto [Luongo] s’absenterait sur une longue période en début d’année, mais ce n’est pas une excuse.

« La blessure à Vincent Trocheck a aussi fait mal, a-t-il enchaîné. Je suis toutefois heureux puisque nous recommençons à voir la lumière au bout du tunnel. »

Les Panthers ont repris espoir avec quatre victoires à leurs cinq dernières sorties.