/entertainment/tv
Navigation

«5e rang» : Maude Guérin à la ferme

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau souffle dans sa carrière. Voilà comment Maude Guérin qualifie son rôle de Marie-Luce dans 5e rang, nouvelle fiction des auteurs Sylvie Lussier et Pierre Poirier (L’auberge du chien noir, 4 et demi...), qui prendra l’antenne d’ICI Radio-Canada Télé le 8 janvier.

 

Revêtir les habits élimés de la vaillante Marie-Luce, fermière, jeune veuve mère de deux filles adultes et aînée d’un clan de cinq sœurs toutes prénommées «Marie», comportait plusieurs défis pour la comédienne, qui incarne pour la première fois le personnage pivot d’une série annuelle.

Mais 5e rang a aussi été source de plusieurs bonheurs pour elle, dont celui de tourner sur une véritable ferme, à Saint-Chrysostome, en Montérégie. Dans l’émission, le village est rebaptisé Valmont.

«On sent vraiment la ferme, on est à l’aise avec les animaux, dépeint Maude Guérin. On ne sent pas que les animaux font de la figuration, qu’ils sont placés juste pour les besoins de la caméra. Pour moi, c’était important d’être crédible comme fermière, que ce soit vrai et senti. Mes proches me font même remarquer que je suis un peu plus masculine dans mon attitude. J’ai changé mon style, je m’habille moins en robe. Je traîne un peu de Marie-Luce à la maison!»

L’artiste affirme même avoir dorénavant du mal à manger du veau, du porc et de l’agneau depuis qu’elle a pris soin des bêtes qui lui ont été prêtées pour les besoins de la production.

Le cœur jeune

Dans 5e rang, Maude Guérin côtoie un entourage d’acteurs de tous les âges, dont font partie François Papineau, Geneviève Brouillette, Muriel Dutil et Luc Senay.

Bien qu’accusant la cinquantaine, elle dit entretenir une relation spéciale avec ses collègues de la génération des millénaux – Catherine Brunet, Simon Pigeon, Frédéric Millaire-Zouvi, etc. – qui incarnent ses enfants et ses neveux et nièces dans l’histoire.

«Je les appelle "mes ados", même s’ils sont dans la vingtaine. On "niaise" ensemble, je ris beaucoup avec ma "gang" de jeunes. Ils m’ont inscrite sur Instagram. C’est très drôle. Je les trouve très allumés, beaucoup plus qu’on l’était à l’époque. Ils sont curieux, ils lisent, ils vont au cinéma, ils prennent la caméra et tournent toutes sortes d’affaires. Nous, on n’était pas comme ça. On voulait juste être interprètes, et c’est tout.»

5e rang, le mardi, à 21 h, à Radio-Canada, dès le 8 janvier.