/lifestyle/psycho
Navigation

Bonne et heureuse année...avec ou sans résolution!

Dancing into the New Year
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Elles sont nombreuses ces chaumières où les résolutions de l’année occupent les discussions du temps des Fêtes.

Saviez-vous que cette tradition remonte à 4000 ans av. J.-C., où les Babyloniens profitaient du Nouvel An pour payer leurs dettes ? Dans l’Antiquité, les Romains tenaient également des résolutions en promettant de devenir de meilleurs citoyens et en portant allégeance à l’empereur. Aujourd’hui, les résolutions arrivent en bout de piste d’une période marquée par l’abondance et les excès. Qu’en est-il au plan psychologique ?

Le besoin de contrôle

Le temps des Fêtes est l’occasion de se gâter, de faire abondance et d’abuser des dépenses. On se permet de franchir des limites, d’être déraisonnable. Or, l’être humain ayant besoin de sécurité et de balises, les résolutions du Nouvel An signent le désir de reprise du contrôle sur notre vie. Il n’est pas étonnant de constater que la majorité des résolutions concernent l’hygiène de vie : faire plus d’activité physique, cesser de fumer, diminuer sa consommation de sucre ou d’alcool, etc. Après un temps des Fêtes où l’on se sent un peu coupable d’avoir délaissé ses saines habitudes de vie, il est normal que le besoin de contrôle reprenne le dessus.

Comment tenir une résolution ?

Les résolutions sont rarement tenues, car elles sont trop ambitieuses. Elles correspondent davantage à un idéal à atteindre qu’à la réalité. Vous le constaterez, les salles d’entraînement physique sont bondées en janvier... et presque désertes quelques mois plus tard . Pour tenir un engagement, il faut définir des objectifs réalistes pouvant s’inscrire facilement dans le quotidien. Au lieu de vouloir s’entraîner tous les jours, pourquoi ne pas commencer par une à deux fois par semaine ? En restant prudent et en commençant graduellement à changer nos habitudes de vie, on aura de meilleures chances de respecter l’engagement que l’on prend envers soi-même. Les objectifs excessifs, bien qu’ils soient teintés de fort bonnes intentions, se soldent par des échecs et malheureusement, par de la déception et de la culpabilité. Mieux vaut concentrer les énergies sur le fait de marcher plus ou de bouger plus, une résolution qui peut se bonifier au courant de l’année.

Introspection et résolutions

Certains profitent du Nouvel An pour formuler des résolutions en lien avec leurs comportements, leur attitude, leurs relations, leurs valeurs. Ça y est, c’est décidé, vous pensez laisser votre conjoint ? Il est peut-être temps de mettre fin à votre relation amoureuse, mais sachez que le meilleur moment pour faire le point dans nos vies, c’est lorsque nous vivons une accalmie... ce qui est loin du tourbillon des Fêtes. Vous avez pris la résolution de prendre le transport en commun ? Les mêmes conseils s’appliquent : fixez-vous des objectifs réalistes et ne vous blâmez pas si vous prenez votre voiture de temps en temps !

En conclusion, ne soyez pas déçu si vous manquez votre coup le 1er janvier... Rappelez-vous que tous les jours de l’année sont susceptibles de marquer une remise en question et des changements d’attitude ou de comportement.