/lifestyle/family
Navigation

Il est où le bonheur?

bloc maman bébé mother with baby sleeping in bed
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

C’est la saison des bilans, ce moment où on réfléchit à ce que l’on souhaiterait améliorer pour commencer l’année du bon pied. Moi, en fin d’année, j’aime bien faire la liste des trucs pour l’année suivante. Voici ces petites choses qui me remplissent de bonheur, surtout depuis que je suis devenue maman fois deux.

Dormir

Connaissez-vous ça, vous, un parent de jeunes enfants qui ne s’ennuie pas des longues nuits de sommeil ininterrompu ? Moi non plus. Je suis en manque de sommeil comme un végane est en manque de fromage. Mon plus vieux, 3 ans, se réveille encore au moins une fois la nuit. On y était presque... jusqu’à ce qu’on décide d’en avoir un deuxième.

J’ai quand même de la chance ; à deux mois, le petit nouveau, après m’avoir privée de sommeil tout le 3e trimestre de la grossesse, a déjà compris que pour être une mère potable, j’ai besoin de dormir un minimum. J’ai déjà droit à 3, parfois 4 heures consécutives de repos. Imaginez ! Alors si, en plus, je peux faire la grasse matinée, gracieuseté de chéri qui me prend en pitié, j’appelle ça remporter le « jack pot ».

Un café bien chaud

Rien de moins ragoûtant qu’un café tiède. La caféine étant ce qu’elle est, une petite mère fatiguée n’a pas le privilège de jouer la fine bouche. Mes garçons semblent avoir un 6e sens en ce qui concerne la température de ma boisson de prédilection. Comme lorsque mon trois ans décide qu’il est affamé, ne pouvant patienter une nanoseconde de plus au risque de se consumer de l’intérieur, ou que le plus jeune nous fait un numéro deux si explosif que tout ce qui se trouve dans un rayon de moins de 3 pieds de lui doit être changé, lavé ou stérilisé.

La solitude

C’est tellement la chose qu’on tient le plus pour acquise avant les enfants. Faire une longue sieste ou prendre un bain, ou les deux. Terminer une tâche. Faire défiler son Instagram sans se sentir coupable. Écrire. Cuisiner. Faire le ménage. Depuis les enfants, je suis toujours sur une patte. À tout moment, l’un d’eux (ou les deux !) pourrait avoir besoin de moi, alors accomplir une tâche entièrement, du premier coup, relève de l’utopie.

Le silence

La vie avec les enfants, c’est souvent intense. Et bruyant. Parfois, le bruit est issu d’une joie immense, des rires, des chants. D’autres fois, c’est un tantinet moins plaisant. Comme lorsque la face de mon toddler rencontre brusquement un coin de table. Ou quand bébé réalise soudainement qu’il n’est plus dans les bras de maman. Tout ce bruit... Je ne crois pas avoir déjà apprécié autant le silence que depuis que je suis devenue maman. J’en savoure chaque seconde.