/weekend
Navigation

Nos 50 coups de cœur culturels de l’année

Coup d'oeil sur cet article

Nos journalistes ont passé l’année à fréquenter les salles de spectacle et les cinémas de la province, à visionner les téléséries de l’heure, et à écouter les nouveaux albums. Toute l’année, ils ont vécu déceptions et coups de coeur. Avec vous, ils partagent maintenant les 50 événements culturels qui les ont le plus marqués en 2018.

Spectacles de l’année

Voici les 20 spectacles, toutes catégories confondues, qui ont le plus marqué nos journalistes en 2018.

Elton John Farewell Yellow Brickroad Tour au Centre Vidéotron et au Centre Bell

Elton John
Photo Didier Debusschère
Elton John

Pouvait-il quitter la scène de plus élégante façon ? Sir Elton a remis au goût du jour le guide du parfait spectacle d’adieu. Au menu : tous ses plus grands hits, quelques raretés et de l’émotion. Pas pour rien que les billets pour ses concerts à Montréal et Québec étaient les plus recherchés cette année. (CB)


Lorde au FEQ

Lorde
Photo Didier Debusschère
Lorde

Déjà, on craquait pour la pop tout en finesse de ses deux albums. Sur scène, la Néo-Zélandaise a achevé de faire fondre nos cœurs en offrant une performance en décalage complet avec ce que font toutes les autres stars de la pop. Le tout avec une bonne humeur contagieuse. (CB)


Foo Fighters au FEQ

Dave Grohl
Photo Agence QMI, Simon Clark
Dave Grohl

Cette fois, la pluie nous a épargnés. En lieu et place, c’est un mémorable déluge rock de deux heures trente que Dave Grohl et sa furieuse bande ont servi à des dizaines de milliers de patients mordus des Foo Fighters sur les plaines d’Abraham. (CB)


Brigitte Boisjoli Signé Plamondon

Brigitte Boisjoli
Photo courtoisie
Brigitte Boisjoli

L’énergie contagieuse de Brigitte Boisjoli nous fait souvent oublier les prouesses vocales dont elle est réellement capable. Elle revient au talent brut qui lui avait permis de se démarquer à l’époque de Star Académie avec Signé Plamondon, un tour de chant mettant en lumière autant son charisme indéniable que sa voix impressionnante. (BL)


Chilly Gonzales à la Maison symphonique

Chilly Gonzales
Photo courtoisie, Alexandre Isard
Chilly Gonzales

Deux ans après son superbe spectacle à la salle Wilfrid-Pelletier, l’artiste coloré, et véritable bête de scène, a remis ça avec son public québécois, cette fois-ci à la magnifique Maison symphonique. Comique comme pas un, le musicien nous a emmenés avec brio dans son univers. Une soirée magique. (RGM)


Les Cowboys Fringants avec l’OSM et l’OSQ

Les Cowboys Fringants
Photo Jean-Francois Desgagnés
Les Cowboys Fringants

Rarement a-t-on vu une Maison symphonique aussi festive. Les Cowboys étaient en grande forme pour le premier de leurs quatre spectacles en compagnie de l’OSM (ils ont remis ça à Québec en décembre). Une soirée haute en émotions, parfois cabotine, mais qui nous a montré le meilleur du groupe, actif depuis plus de 20 ans. (RGM)


Neil Young au FEQ

Neil Young
Photo Didier Debusschère
Neil Young

Entouré du groupe du fils de Willie Nelson, Neil Young n’a pas raté son coup lors de son passage sur les plaines d’Abraham. De la passion, d’énormes jams et de la distorsion, on savait, après les Like an Inca, Fuckin’ Up, Cortez the Killer et Rockin’ in the Free World, livrés coup sur coup, que ce serait une grande soirée. (YL)


Paul McCartney au Centre Vidéotron et au Centre Bell

Paul McCartney
Photo Agence QMI, Simon Clark
Paul McCartney

Un rendez-vous historique et mémorable. Pendant trois heures, l’infatigable Paul McCartney nous a fait revivre tout un pan de l’histoire de la musique britannique, avec les plus grands succès des Beatles et des Wings. La légende a laissé un souvenir précieux dans nos cœurs avec les Let It Be, A Hard Day’s Night, Band On The Run et une version de presque huit minutes de Hey Jude. Incroyable de constater que son charme, sa générosité et sa fougue sont toujours aussi intacts après 60 ans de carrière. (SG)


Patrice Michaud carte blanche au FEQ

André Sauvé
Photo Agence QMI, Simon Clark
André Sauvé

À la hauteur de la réputation de bête de scène qui lui colle à la peau, Patrice Michaud a pris d’assaut les plaines d’Abraham avec un concert réjouissant, créé spécialement pour le Festival d’été, réunissant de nombreux musiciens et invités. Avec des milliers de spectateurs devant lui, on l’a vu ému à plusieurs reprises de se retrouver sur l’immense scène. (SG)


Isabelle Boulay En vérité

Isabelle Boulay
Photo Jean-Francois Desgagnés
Isabelle Boulay

Il n’y a pas plus incarnée et authentique qu’Isabelle Boulay en tant qu’interprète, et elle l’était plus que jamais au cours de la tournée En vérité, titre de son dernier album, qui nous a offert des bijoux de chansons. Après son détour chez Reggiani­­­, elle nous a touchés droit au cœur avec un concert bien ficelé, cohérent, raffiné, qui nous a fait voyager entre Nashville et Paris. (SG)


Katherine Levac Velours

Katherine Levac
Photo Jean-Francois Desgagnés
Katherine Levac

Les attentes étaient plutôt grandes pour ce premier one-woman-show de Katherine Levac. Et elle s’est avérée à la hauteur. Sa première proposition comique est pleinement assumée et plaira assurément aux jeunes de sa génération, mais aussi aux spectateurs plus âgés. Un premier spectacle très réussi. (RGM)


Les 7 doigts de la main Réversible

Les 7 doigts de la main
Photo courtoisie
Les 7 doigts de la main

Avec Réversible, la troupe Les 7 doigts de la main a offert un moment de très grande beauté à l’occasion du Carrefour international de théâtre, à Québec. Une prestation inventive, brillante et tout simplement parfaite, soutenue par une superbe trame musicale. Un spectacle où je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. (YL)


André Sauvé Ça

André Sauvé
Photo Pascal Huot
André Sauvé

André Sauvé nous est revenu cette année avec les meilleurs numéros de sa carrière. Non seulement son troisième one-man-show, Ça, prouve hors de tout doute qu’il est un conteur exceptionnel, mais il nous a autant fascinés qu’il nous a fait rigoler. De l’humour intelligent et raffiné à son meilleur. (BL)

Spectacles de l’année

Cirque du Soleil Hommage aux Colocs

Cirque du Soleil <i>Hommage aux Colocs</i>
Photo Agence QMI, Andréanne Lemire
Cirque du Soleil Hommage aux Colocs

Après avoir touché à l’univers de Beau Dommage, Robert Charlebois et Luc Plamondon à Trois-Rivières, le Cirque du Soleil a rajeuni son public de brillante façon en abordant l’œuvre de Dédé Fortin. Encore une fois réarrangée par Jean-Phi Goncalves, la musique du défunt groupe a connu une nouvelle vie, le temps d’un été. (RGM)


Les Grandes Crues Su’l gros vin

Les Grandes Crues
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean
Les Grandes Crues

Oui, elles sont « crues ». Mais Ève Côté et Marie-Lyne Joncas sont surtout hilarantes. Elles en font la preuve avec Su’l gros vin, une première tournée qui devrait leur permettre de s’imposer comme un des meilleurs duos d’humoristes que le Québec ait connus. Car, bien franchement, on a rarement ri aussi fort – et aussi souvent – qu’en compagnie des deux comiques aussi rafraîchissantes qu’un rosé en plein été. (BL)


Cirque du Soleil Corteo

Cirque du Soleil  
<i>Corteo</i>
Photo Bruno Petrozza
Cirque du Soleil Corteo

Le Cirque du Soleil a souvent essayé dans le passé de transposer ses spectacles de chapiteau en version aréna. Avec plus ou moins de succès. Cette fois-ci, avec Corteo, l’adaptation est très réussie. La scène étant sur toute la longueur de la patinoire, on se retrouve plus près de l’action. (RGM)


Les Denis Drolet En attendant le beau temps

Les Denis Drolet
Photo courtoisie
Les Denis Drolet

C’est rien de moins que l’absurde à son meilleur que nous livrent Les Denis Drolet dans leur 4e spectacle, En attendant le beau temps, qui nous a fait rire à gorge déployée. Le tandem est déstabilisant, désordonné, imprévisible et n’a pas de fil conducteur, mais c’est exactement ce qu’on aime d’eux. (SG)


Fame

 <i>Fame</i>
Photo courtoisie, Laurence Labat
Fame

Après Mary Poppins et Footloose, Serge Postigo a encore une fois épaté cet été avec la comédie musicale Fame. Le numéro Ce sont mes enfants, livré de manière carrément irréprochable par Marie Denise Pelletier, est probablement le plus beau moment qu’il nous a été donné de vivre dans une salle de spectacle cette année. (BL)


Virginie Fortin Du bruit dans le cosmos

Virginie Fortin
Photo Agence QMI, Simon Clark
Virginie Fortin

Est-ce que le cosmos, le capitalisme et la surconsommation sont des sujets drôles ? À première vue, non, mais sous la plume de Virginie Fortin, certainement. À la fois engagée et sensible, efficace et déstabilisante, l’humoriste nous a agréablement surpris avec son premier one-woman-show, grâce à ses textes intelligents et son style d’humour bien à elle. (SG)


Notre Dame de Paris

<i>Notre Dame de Paris</i>
Photo Jean-François Desgagnés
Notre Dame de Paris

Vingt ans après sa création, on ne s’attendait pas à retrouver Notre Dame de Paris aussi puissante et émouvante. L’œuvre n’a pas pris une ride grâce à son déferlement de chorégraphies flamboyantes, ses chansons toujours aussi actuelles­­­ et vibrantes, et une distribution d’interprètes solidement en voix. Le retour au Québec a été triomphant. (SG)

Séries de l’année

Qu’elle soit ancrée solidement dans la réalité, ou qu’elle ait les deux pieds dans la fiction, la télévision d’ici et d’ailleurs nous en a fait voir de toutes les couleurs au cours des 12 derniers mois. Voici les 10 séries qui nous ont rivés à nos écrans cette année.

Pose FX

Pose
Photo courtoisie
Pose

Ryan Murphy nous a offert au cours de sa carrière certaines des plus grandes séries américaines. Mais cette année, il s’est carrément surpassé avec Pose, son dernier projet nous transportant en plein cœur des années 1980 pour y explorer la culture du bal, à l’époque fort prisée par la communauté LGBT. On a ri aux éclats, on a pleuré à chaudes larmes. Et on attend impatiemment la deuxième saison, prévue pour 2019. (BL)


Fugueuse TVA

Fugueuse
Photo courtoisie
Fugueuse

Présentée avec un réalisme incroyable et troublant, la descente aux enfers de Fanny a captivé le Québec durant 10 semaines. Le jeu de Ludivine Reding, la scène du viol collectif et les manigances de Damien ont provoqué mille et une réactions. On a hâte de voir la suite. (YL)


Demain des hommes Radio-Canada

Demain des hommes
Photo courtoisie
Demain des hommes

Nous nous doutions que le tandem formé de Guillaume Vigneault et Yves Christian Fournier (Tout est parfait) allait nous offrir une série de qualité. Mais pas à ce point ! Poussée par une excellente distribution, cette série plaira grandement aux amateurs de hockey avec des séquences sur la glace très réalistes. (RGM)


Plan B (deuxième saison) Tou.tv

Plan B
Photo courtoisie
Plan B

Réussir à bouleverser autant après une première saison aussi forte a véritablement été un tour de force pour Plan B. Les six épisodes de la 2e saison se dévorent d’une seule traite. Sophie Lorain crève l’écran dans ce rôle d’une mère qui fera tout pour sauver sa fille, la jeune actrice Emi Chicoine, qui brille dans plusieurs scènes coup-de-poing. (SG)


Léo Club illico

Léo
Photo Bertrand Calmeau
Léo

Décalée et décapante à souhait, cette série humoristique de Fabien Cloutier qui se déroule dans un petit village (fictif) situé à quelques heures de Montréal apporte un véritable vent de fraîcheur dans l’univers de la télévision québécoise. Léo est authentique, drôle et touchant. Et certains épisodes nous ont fait pleurer de rire. (MD)


Révolution TVA

Révolution
Photo courtoisie
Révolution

Il y a plusieurs raisons d’aimer Révolution, à commencer par son concept inventif et ses maîtres capables de confronter un candidat qui n’offrait pas sa pleine mesure. Mais le plus grand mérite de Révolution aura été de révéler le talent formidable des danseurs québécois. (CB)


Faits divers 2 Radio-Canada

Faits divers 2
Photo courtoisie
Faits divers 2

Après une excellente première saison, on craignait un relâchement, mais non. Avec cette suite encore plus Fargo-esque, l’auteure Joanne Arseneau nous replonge au cœur du milieu du crime désorganisé, un univers truffé de personnages tragico-comiques et complexes. Mention extra spéciale à Luc Senay et Chantal Baril, alias Paulo et Francine, qui crevaient l’écran... avec ou sans vêtements. (MAL)


Schitt's Creek CBC (et Netflix)

Plus les années passent, plus cette comédie canadienne-anglaise gagne en profondeur. Après quatre saisons, les Rose sont beaucoup plus qu’une famille d’anciens riches excentriques. Ils ont du cœur. Jamais on n’aurait pensé qu’un groupe de personnages aussi nombrilistes puisse nous toucher autant. (MAL)


District 31 Radio-Canada

District 31
Photo courtoisie
District 31

Qu’une quotidienne nous tienne autant en haleine relève de l’exploit. Ne reculant devant aucun sujet tabou, Luc Dionne enfile les intrigues captivantes à vitesse grand V. Certes, on a hâte que Sophie Desmarais sorte du sous-sol de Patrice Godin, mais n’empêche. Personne ne s’ennuie au 31. (MAL)


Sharp Objects HBO

Sharp Objects
Photo courtoisie
Sharp Objects

Des mois plus tard, Sharp Objects nous habite toujours, gracieuseté d’une finale terrifiante et riche en rebondissements finement réalisée par Jean-Marc Vallée et brillamment rendue par trois actrices en état de grâce, Amy Adams, Patricia Clarkson et Eliza Scanlen. La série vient d’atterrir en DVD, mais « don't tell mama »... (MAL)

Chansons de l’année

Qu’ils soient pop, rock, rap ou encore country, plusieurs rythmes nous ont fait vibrer tout au long de l’année. Voici les 10 chansons qui ont joué en boucle chez les journalistes du Journal de Montréal et du Journal de Québec.

Prémonition Cœur de pirate

Cœur de pirate
Photo Pascal Huot
Cœur de pirate

« Comme une prémonition, on ne changera pas », chante Cœur de pirate sur le premier extrait de son album En cas de tempête, ce jardin sera fermé. Pourtant, Prémonition représente parfaitement bien l’évolution de la chanteuse qui était sur le point de nous offrir les meilleures pièces de sa carrière. (BL)


Kid Eddy de Pretto

Eddy de Pretto
Photo courtoisie, V. Ducard
Eddy de Pretto

Eddy de Pretto, l’étoile montante européenne, qu’on compare à Stromae et à Pierre Lapointe, a une plume brute et percutante. Dans Kid, on devine une relation père-fils acrimonieuse, qui dénonce les clichés de la masculinité et la « virilité abusive ». « J’accélérerai tes rides, pour que tes propos cessent et disparaissent », dit-il à son père. L’image est forte. (SG)


Fille de personne II Hubert Lenoir

Hubert Lenoir
Photo Annie T. Roussel
Hubert Lenoir

Mettez de côté vos préjugés. Pendant quatre minutes, oubliez les excentricités d’Hubert Lenoir, son Félix dans la gorge. Bref, ne soyez pas « wack » et appréciez simplement la meilleure chanson pop parue au Québec en 2018. (CB)


Human Being Robyn

Robyn
Photo courtoisie
Robyn

De toutes les pépites d’or extractibles du long jeu longtemps espéré de la pop star, Human Being est la plus scintillante. Désarmante par sa retenue et tout en douceur, comment résister à Robyn qui chante « je suis un être humain » ? Impossible. (CB)


Tasteless Shame

Shame
Photo AFP
Shame

Un camion d’attitude rock. Une mélodie gorgée de guitares juste assez abrasives. Des mots qui frappent. « Je t’aime mieux quand t’es pas là », répète inlassablement le chanteur Charlie Steen, porte-voix de la rage adolescente qui émane de cette troupe de jeunes Anglais. (CB)


Nothing Breaks Like A Heart Mark Ronson et Miley Cyrus

Mark Ronson et Miley Cyrus
Photo tirée de Twitter
Mark Ronson et Miley Cyrus

Mark Ronson conclut une (autre) année faste avec cette magnifique – et mélancolique – ballade pop aux accents country folk. Après avoir aidé Lady Gaga à retrouver le chemin du succès avec Shallow, le producteur britannique renoue avec Miley Cyrus, qui élève Nothing Breaks Like A Heart en livrant une interprétation riche, puissante et sentie. (MAL)


Cinq à sept Koriass

Koriass
Photo courtoisie
Koriass

Koriass s’adresse aussi bien à nos pieds qu’à notre tête avec cette chanson au beat d’enfer qui traite d’alcoolisme en évitant les clichés. Dotée d’une réalisation béton (et d’un shout-out à Saint-Eustache), Cinq à sept mérite de devenir un aussi grand succès radio que Toutes les femmes savent danser de Loud, une autre preuve de l’extraordinaire vitalité du hip-hop québécois en 2018. (MAL)


Better Now Post Malone

Post Malone
Photo Wenn
Post Malone

Chanson par excellence de l’été dernier, elle nous a prouvé une fois de plus à quel point le jeune rappeur new-yorkais de 23 ans est doué pour les mélodies accrocheuses. Difficile de ne pas bouger de la tête lorsqu’on entend l’artiste tatoué chanter Better Now. (RGM)


Fireworks First Aid Kit

First Aid Kit
Photo courtoisie
First Aid Kit

À ne pas confondre avec le Firework de Katy Perry, ce morceau du duo de sœurs suédoises nous prend immédiatement aux tripes dès la première écoute. Une pièce qui s’écoute très bien quand on est enlacé dans les bras de l’être aimé. (RGM)


One of Us Cher

Cher
Photo AFP
Cher

Un album entier dédié à l’œuvre d’ABBA ? La proposition de Cher nous a d’abord fait sourciller. Mais une seule écoute de One of Us, servie en préambule quelques jours avant la sortie de Dancing Queen, nous a convaincus. Servie sans les artifices vocaux usuels de la chanteuse, cette reprise n’a pas fini de nous faire frissonner. (BL)

Films de l’année

Certains nous ont fait rire. D’autres nous ont fait pleurer, voyager, ou encore fait peur. Mais ils nous ont tous marqués, chacun à leur manière. Voici nos 10 films coups de cœur de l’année.

Love, Simon

Love, Simon
Photo courtoisie, Ben Rothstein
Love, Simon

Le film Love, Simon n’a pas eu de difficulté à se glisser parmi nos coups de cœur de l’année ; ce récit d’un adolescent dont l’homosexualité est révélée au grand jour est drôle, touchant, mais surtout particulièrement pertinent. Bref, un petit bijou rafraîchissant qui tranche avec les autres offrandes du genre, trop souvent vulgaires et caricaturales. (BL)


Suspiria

Suspiria
Photo Image Courtesy of Amazon Studios
Suspiria

Il fallait du courage, et même du front, pour s’attaquer au classique de Dario Argento. Pourtant, le cinéaste Luca Guadagnino est parvenu à nous faire redécouvrir avec plaisir ce chef-d’œuvre de l’horreur avec sa relecture qui, à bien des niveaux, parvient à surpasser l’original. Et ça, c’est tout un exploit. (BL)


Le Premier homme sur la Lune

Le Premier homme sur la Lune
Photo Ryan Gosling
Le Premier homme sur la Lune

Vous avez toujours été fasciné par l’exploration spatiale ? Le film Le Premier homme sur la Lune, avec sa superbe séquence lunaire tournée en format IMAX, en ramènera plusieurs à cette soirée du 20 juillet 1969, où ils ont vu, sur le petit téléviseur noir et blanc, Neil Armstrong mettre le pied sur la Lune et écrire une page d’histoire. (YL)


1991

1991
Photo courtoisie, Films Séville
1991

Après 1981 et 1987, Ricardo Trogi a conclu sa trilogie cet été avec 1991, un film drôle et touchant tourné en Italie. Les panoramas magnifiques sont le théâtre des péripéties qui s’enchaînent à vive allure pour Ricardo, toujours aussi maladroit et malchanceux. Son voyage et sa quête d’amour sont teintés par la rencontre de personnages colorés, et, surtout, par d’autres scènes épiques signées Sandrine Bisson. (SG)


Un coin tranquille

Un coin tranquille
Photo courtoisie
Un coin tranquille

Film d’horreur post-apocalyptique, thriller quasi muet ou drame familial poignant ? Peu importe. Habilement réalisé par John Krasinski, Un coin tranquille s’appuie sur une performance de haute voltige d’Emily Blunt. On veut une suite, mais on voit mal comment l’original pourrait être surpassé. (MAL)


Le grand bain

Le Grand Bain
Photo courtoisie
Le Grand Bain

Ce film français qui suit le cheminement d’un groupe d’hommes déprimés qui retrouvent une raison de vivre en s’adonnant à la nage synchronisée se démarque par la justesse de son ton et sa portée humaniste. Une comédie à la fois drôle, réjouissante et émouvante. (MD)


L’île aux chiens

L’île aux chiens
Capture d'écran
L’île aux chiens

Difficile de ne pas tomber sous le charme de ce film d’animation fantaisiste réalisé par le brillant et singulier Wes Anderson (L’Hôtel Grand Budapest). L’île aux chiens est un petit bijou de film, à la fois ludique, drôle, touchant et savoureux. (MD)


Si Beale Street pouvait parler

Si Beale Street pouvait parler
Photo courtoisie
Si Beale Street pouvait parler

Deux ans après avoir remporté l’Oscar du meilleur film avec son sublime Moonlight, le cinéaste afro-américain Barry Jenkins confirme son immense talent avec ce mélodrame élégant et poignant qui relate une histoire d’amour entre deux jeunes amants séparés par une injustice raciale. (MD)


Chien de garde

Chien de garde
Photo courtoisie
Chien de garde

Une des plus belles révélations de l’année au cinéma québécois, ce poignant premier long métrage de la jeune réalisatrice Sophie Dupuis surprend par sa mise en scène solide et parfaitement maîtrisée et par la justesse du jeu des trois acteurs principaux (Maude Guérin, Théodore Pellerin et Jean-Simon Leduc). (MD)


Roma

Roma
Photo courtoisie
Roma

Netflix a frappé fort en produisant ce film sublime et très personnel du cinéaste mexicain Alfonso Cuaron qui permet aujourd’hui au géant du streaming d’aspirer aux grands honneurs pour les prochains Oscars. Dès le magnifique générique d’ouverture filmé en plan fixe, le spectateur est happé par la beauté visuelle et la mise en scène élégante de ce drame qu’on a déjà envie de qualifier de chef-d’œuvre. (MD)