/en5minutes
Navigation

Pourquoi ça nous pique?

Gratter quand ça nous pique oscille entre petit geste mécanique qui soulage et véritable enfer sur terre.

Pourquoi ça nous pique?

Coup d'oeil sur cet article

Gratter quand ça nous pique oscille entre petit geste mécanique qui soulage et véritable enfer sur terre; mais pourquoi ça nous démange en premier lieu?  

Une démangeaison, à la base, est une sensation provoquée par l’irritation des cellules de la peau ou des nerfs cutanés. Mais les causes de cette irritation sont multiples, à un tel point qu’il est difficile d’en faire un portrait homogène.      

Pourquoi ça arrive?      

On peut classer les sources des démangeaisons en quatre grandes catégories: une sécheresse de la peau (maudit air sec!), des réactions allergiques (maudits maringouins!), diverses maladies (maudit psoriasis!) et les autres, qui semblent arriver de nulle part (maudit... euh... rien?).      

Lorsque des nerfs sensibles aux démangeaisons sont activés par certains agents réagissant à l’inflammation, à la sécheresse ou à d’autres types de dommage à la peau, ils envoient un signal au cerveau via la moelle épinière qui dit de gratter à un endroit précis du corps.      

Cette sensation peut d’ailleurs être si violente et soudaine qu’on en a un spasme. Et elle peut être particulièrement obsédante. Essayez de ne pas penser à gratter votre bobo qui guérit et qui pique, juste pour le fun. Pas facile, hein?   

Même James Bond doit se gratter. Ce qu’il arrive à faire avec classe.  

À quoi servent les démangeaisons?      

Mais pourquoi diable les démangeaisons surviennent-elles? Est-ce une punition divine, la fatalité du destin ou un dérèglement dans la position des étoiles?      

Évidemment, rien de tout ça. Les démangeaisons sont un formidable signal que notre peau nous envoie pour nous signifier qu’il y a «quelque chose qui se passe». Ça reste dans le flou, car souvent il nous faut davantage de détails pour saisir de quoi il s’agit.      

Ce «quelque chose qui se passe» peut être grave, comme des parasites (!) ou de l’eczéma. Ce peut être bénin, comme un cheveu qui traîne sur notre peau. Ce peut même être une bénédiction déguisée, comme la démangeaison d’un moustique (dans ce cas, ça nous pique car notre corps émet une substance, de l’histamine, qui nous protège de l’anticoagulant sécrété par le moustique).      

Quoi qu’il en soit, le corps privilégie la prudence en déclarant des démangeaisons sans crier gare.      

ÇA ME PIQUE ICI!   

Aussi, cette manière de procéder est en quelque sorte un vestige de l’évolution. La peau est un organe très grand (entre 1,5 et 2 m2), et elle est directement exposée aux éléments extérieurs. Pour qu’on puisse réagir rapidement aux risques et attaques, la peau a évolué pour être très sensible aux démangeaisons.      

D’ailleurs, on se gratte parfois par mimétisme, un peu comme on bâille. Il est bien probable qu’une partie complètement aléatoire de votre corps se soit mise à piquer depuis le début de la lecture de cet article. Encore une fois, ce mécanisme serait hérité de nos ancêtres. Imaginez: un de vos comparses de tribu a des poux et il se gratte la tête. Vous vous la grattez aussi, anticipant les poux à venir. (Hélas, ce n’est pas en se grattant que les poux meurent. Si seulement c’était aussi simple.) Cette excentricité explique quelques-unes de ces démangeaisons «fantômes» causées par rien en particulier.      

Pourquoi ça soulage autant, se gratter?      

Vous avez probablement déjà remarqué ce phénomène contradictoire: se gratter quand ça pique vraiment beaucoup est un pur délice, mais se gratter quand ça ne pique pas, ça fait mal.      

Se gratter envoie un message de douleur au cerveau, message qui masque et annule la sensation de démangeaison. Vous avez peut-être déjà remarqué que pincer la peau qui pique, ou y enfoncer un ongle, réduit fortement la démangeaison. C’est la même logique à l’œuvre.      

Mais attention, il y a un piège!      

  

Se gratter beaucoup fait certes du bien, mais peut endommager et irriter la peau... causant encore plus de démangeaisons.      

Comme l’alcool et la lecture de commentaires sur les réseaux sociaux, il vaut mieux se gratter... avec modération.      

Pour en savoir plus sur les démangeaisons, vous pouvez lire cet article du Scientific American, et regarder ces vidéos de TED-Ed et de It’s Okay to be Smart.    

*En 5 minutes, c’est l’actualité scientifique expliquée autrement: vidéos, infographies, reportages, quiz, réalité virtuelle. Suivez-nous sur Facebook.