/investigations
Navigation

La Ville s’attaque aux boîtes à clé servant à du Airbnb illégal

Les travaux publics couperont les boîtes cadenassées sur le mobilier urbain

Le conseiller du Mile End Richard Ryan montre une boîte à clé sur le boulevard Saint-Laurent qui sert pour les logements Airbnb.
Photo Dominique Cambron-Goulet Le conseiller du Mile End Richard Ryan montre une boîte à clé sur le boulevard Saint-Laurent qui sert pour les logements Airbnb.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal vient d’ajouter une arme dans sa lutte contre l’exploitation illégale de gîtes de type Airbnb. Les boîtes à clé installées sur le mobilier urbain seront désormais enlevées par les employés municipaux.

Dans le centre-ville et dans le Plateau-Mont-Royal, de plus en plus de boîtes à clé, fermées avec un code numérique, se retrouvent sur des poteaux de parcomètre ou des supports à vélo.

Selon le conseiller municipal Richard Ryan, celles-ci servent aux hôtes de résidences de tourisme illégales qui souhaitent demeurer dans l’anonymat.

« C’est un système extraordinaire parce que l’intermédiaire n’a pas le besoin de se déplacer. Il peut être n’importe où et gérer ses appartements à distance, expose le responsable du dossier des résidences de tourisme dans l’administration de la mairesse Valérie Plante. Et comme une bonne partie des résidences de tourisme sont gérées dans l’illégalité, le fait d’installer [la boîte] sur le domaine public est très pratique pour rester confidentiel. Ce n’est pas relié à un numéro d’appartement ou une adresse. »

Illégal

L’élu du Mile End en remarque de nouvelles pratiquement à chacune de ses marches dans son quartier.

« Il y a vraiment un phénomène. On en voit beaucoup sur les artères comme Saint-Laurent, Mont-Royal et du Parc. Mais c’est encore plus un problème dans Ville-Marie que dans le Plateau », ajoute Richard Ryan.

M. Ryan prend désormais en note le lieu et demande aux employés municipaux de les couper. « Si tu n’as pas de permission, c’est illégal, alors on va les enlever et ça finit là », indique-t-il.

Dans une publication Facebook, le conseiller municipal a même demandé aux citoyens de lui signaler les cache-clés.

« On peut soupçonner que les gens qui sont rendus à mettre des cache-clés, ce ne sont pas les personnes qui louent leur propre logement pendant leurs deux semaines de vacances », ajoute Richard Ryan.

Depuis six mois, c’est Revenu Québec et non plus le ministère du Tourisme qui est responsable de faire respecter la loi sur les résidences de tourisme.

Plus d’attentes

Joint par Le Journal, Revenu Québec n’était pas en mesure de donner le nombre d’enquêtes en cours vendredi. Toutefois, en date du 31 août, aucun constat d’infraction n’avait encore été remis.

M. Ryan espère que ces enquêtes donneront lieu à des sanctions et permettront de remettre des logements sur le marché. « Si on pouvait en récupérer entre 2000 et 5000, ça serait fantastique », déclare Richard Ryan, qui rappelle qu’il y a plus de 8000 logements en location dans les arrondissements du Plateau et de Ville-Marie sur la seule plateforme Airbnb.

C’est d’ailleurs pour freiner la perte de logements que depuis le 1er janvier, les résidences de tourisme légales ne sont permises que sur les rues Saint-Denis et Saint-Laurent dans le Plateau.