/weekend
Navigation

Bye bye 2018 avec le groupe trad Vishtèn

Coup d'oeil sur cet article

Comme le lancerait Richard Séguin, plusieurs formations trad canadiennes mènent une « double vie ».

Vishtèn

Photo courtoisie

★★★

Horizons

Prenons le cas du projet acadien Vishtèn.

Si le cliché veut que la musique trad ne fasse surface sur les chaînes populaires que lors de ce laps de temps entre Noël et le jour de l’An, plusieurs artisans du genre font – fort heureusement – bande à part.

Par exemple, Visthèn, qui faisait paraître Horizons en septembre 2018, passera l’essentiel du mois de janvier 2019 sur les routes du Royaume-Uni. Quand même !

D’où l’idée de revisiter ce disque paru en septembre dernier, histoire de prolonger l’engouement trad de quelques jours dans les grands médias.

Un groupe d’exception

Ce qui happe dès la première écoute : les harmonies des interprètes et musiciennes Pastelle et Emmanuelle LeBlanc.

Cette fusion est d’ailleurs bien mise de l’avant sur Horizons et distingue Vishtèn de plusieurs de ses frères d’armes.

À titre de références : les fans de Galant, tu perds ton temps, demeurent en terrain connu.

Ambassadeurs du genre ?

Au risque de froisser certains inconditionnels : l’approche très « pop » de Horizons – voix dominantes, mélodies souvent enjouées, etc. – fait également en sorte que l’œuvre est une porte d’entrée de choix pour ce style musical fédérateur, mais diablement mésestimé de monsieur et madame Tout-le-Monde de nos jours !

À écouter avant, pendant et après les Fêtes, donc.

Artistes variés

Photo courtoisie

★★

Global Citizen EP. 1

Initiative pour épauler la fin de la pauvreté extrême avant 2030, Global Citizen accompagne son festival annuel de cette compilation lancée il y a quelques semaines. Nature caritative oblige (les profits sont remis à l’organisme), le maxi rassemble de grands noms, dont Los Unidades (Coldplay, en fait), David Guetta, Pharrell Williams et... Nelson Mandela qui est échantillonné sur une pièce. Malgré l’objectif louable, le projet très pop électro tient cruellement de la musique anodine entendue dans les salles d’entraînement. Dommage.

AFI

Photo courtoisie

★★½

The Missing Man

Un an à peine après la parution d’un 10e album plutôt bien reçu, le combo rock poursuit sur sa lancée avec un maxi étonnant où la troupe menée par le chanteur Davey Havok flirte avec de nouveaux horizons sonores qui plairont, notamment, aux admirateurs de Linkin Park... pour le meilleur comme pour le pire. Bien qu’on y retrouve un projet revitalisé et aventureux, The Missing Man demeure un brin barbant. En gros : c’est bien fait, certes, mais pas essentiel à la discographie du groupe culte. Pour les inconditionnels d’AFI, surtout.

Martel Solo

Photo courtoisie

★★★½

Jambe de botte

Deux mois à peine après avoir lancé Michel, son meilleur album en carrière (à mon humble avis, du moins), le troubadour du web glisse en catimini Jambe de botte sur la Toile. Auparavant disponible que sur son site, ce premier maxi profite finalement d’une diffusion plus large via sa page Bandcamp. C’est minimaliste, c’est livré dans l’urgence (en exutoire à une tragédie familiale, pour la petite histoire), mais – près d’une décennie plus tard – ça demeure toujours aussi intéressant comme parution. Les fans de Daniel Johnston vont adorer. À revisiter sur martelsolo.bandcamp.com.

Coup de coeur

ARTISTES VARIÉS

Photo courtoisie

★★★★

ZOO 3

L’étiquette indépendante locale Slam Disques bouclait l’année avec une troisième édition de sa délirante compilation ZOO. Au programme, une reprise – en français et acoustique, svp ! – de The Decline de NOFX, une pièce-fleuve de plus 20 minutes. Ici, c’est le chanteur folk Noé Talbot qui s’y frotte. Autres chansons qui se distinguent : une relecture très intéressante de Y va toujours y avoir de Richard Desjardins par O Linea ainsi qu’un hommage punk rock (oui, oui) au classique Qui sait ? de Daniel Lavoie ainsi qu’un clin d’œil fiévreux à François Pérusse via Feuyemobil. C’est inégal (assortiment oblige), mais la découverte l’emporte sur ce bémol. À écouter sur slamdisqueslabel.bandcamp.com.