/finance/business
Navigation

Airbus a obtenu au moins 11 M$ en subventions

Coup d'oeil sur cet article

Airbus a réussi à soutirer au moins 8 millions $ US en subventions, soit près de 11 millions $ CA, pour la construction à Mobile, en Alabama, d’une nouvelle ligne d’assemblage pour les avions A220, autrefois connus sous le nom de Bombardier C Series.

La Ville et le Comté de Mobile verseront chacun 4 M$ US à Airbus sur une période de 10 ans, a révélé hier le site d’information AL.com.

Ce n’est pas tout. La Ville de Mobile consentira également à Airbus une réduction de diverses taxes et l’élimination de frais administratifs. De plus, l’État de l’Alabama se prépare à dévoiler ses propres subventions à l’intention du géant européen.

Enfin, Airbus n’aura pas à payer le terrain sur lequel sera érigée la future ligne d’assemblage de l’A220, a indiqué l’automne dernier au Journal le PDG de l’Autorité aéroportuaire de Mobile, Chris Curry. L’entreprise exploite déjà une usine d’avions A320 juste à côté.

Plus de 400 emplois

Selon l’engagement pris par Airbus auprès des autorités de Mobile, la future usine doit créer 432 nouveaux emplois d’ici 2021. L’A220 donne déjà du travail à environ 2000 personnes à Mirabel.

L’investissement prévu à Mobile s’élève à 210 M$ US (279 M$ CA), soit moins que les 300 M$ US projetés par Bombardier à la fin de 2017. Rappelons que c’est la multinationale québécoise qui doit acquitter cette somme en vertu de l’entente conclue avec Airbus en 2017 pour la cession de la C Series.

La première pelletée de terre aura lieu mercredi prochain en présence d’élus de l’Alabama et de hauts dirigeants d’Airbus.

Le premier A220 doit sortir des installations de Mobile en 2020. À terme, tous les appareils destinés aux clients américains, parmi lesquels on compte Delta et JetBlue, y seront assemblés.

Rappelons qu’au moment où Airbus et Bombardier se sont engagés à installer une ligne d’assemblage en Alabama, Boeing pressait Washington d’imposer des droits de douane prohibitifs sur les avions C Series produits au Canada. Cette demande a finalement été rejetée.