/news/currentevents
Navigation

Arrêté deux fois en cinq jours pour alcool au volant

La deuxième fois, l'homme de Mont-Tremblant s'est présenté saoul au poste de police

bloc Police urgences urgence

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de Mont-Tremblant s'est fait arrêter deux fois en cinq jours pour alcool au volant durant le temps des Fêtes, la deuxième fois directement au poste de police alors qu'il venait récupérer son véhicule remisé.

«C'est courant que les gens viennent chercher leur voiture, avec un accompagnateur, pour éviter de payer les frais de fourrière. Mais monsieur s'est présenté seul et avec un taux d'alcoolémie dépassant la limite permise par la loi», explique l'agent Éric Cadotte, du Service de police de la Ville de Mont-Tremblant. 

Le premier événement s'est déroulé le 23 décembre, dans la nuit, après qu'un citoyen ait signalé sa conduite erratique. Il a été intercepté vers 1h30 par des patrouilleurs, où il a soufflé dans un appareil de détection et échoué. 

Amené au poste, l'homme de 54 ans a toutefois été relâché parce qu'il a été impossible de mesurer son taux d’alcool avec un éthylomètre, test reconnu par le tribunal, dans un délais raisonnable, puisqu'aucun agent formé était disponible à ce moment. Il s'en est donc sorti sans accusation.

«Ça n'arrive pratiquement jamais. Lorsqu'il n'y a aucun agent disponible, on fait appel à la Sûreté du Québec, et même de leur côté il n'y avait personne», précise l'agent Cadotte.

Véhicule remisé

Le véhicule de l'homme a tout de même été remisé. Le 27 décembre, vers 17h15, il s'est présenté avec une autre voiture au poste de police de Mont-Tremblant afin de le récupérer. 

Les policiers sur place ont constaté des signes d'intoxications et une odeur d'alcool. Ils ont décidé de lui faire passer l'éthylomètre, qu'il a échoué avec un taux de 0,110 mg par 100 ml de sang.

«Devant cette récidive en une si courte période de temps, les policiers ont pris la décision de le maintenir en détention jusqu’à sa comparution, le lendemain», a indiqué Éric Cadotte. 

L'homme, qui n'avait aucun antécédent criminel, sera de retour devant le juge au palais de justice de Saint-Jérôme le 19 février prochain pour répondre du deuxième événement d'alcool au volant. Entretemps, il lui est interdit de consommer de l'alcool et son permis a été suspendu pour une période de 90 jours.