/finance
Navigation

Le mur d’acier de Trump made in Terrebonne?

Le Groupe ADF envisage de participer à la construction d’une éventuelle barrière

Le président américain Donald Trump veut maintenant ériger un mur fait d’acier plutôt que de béton. La barrière de métal pourrait ressembler à celle-ci, installée près de San Diego, en Californie.
Photo AFP Le président américain Donald Trump veut maintenant ériger un mur fait d’acier plutôt que de béton. La barrière de métal pourrait ressembler à celle-ci, installée près de San Diego, en Californie.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir contribué à la reconstruction du World Trade Center, le Groupe ADF de Terrebonne lorgne désormais le mur que veut bâtir le président Trump à la frontière mexicaine.

« Comme pour n’importe quel autre projet, on va étudier le projet de mur. On n’a pas à prendre position pour ou contre le mur de M. Trump, pour nous, s’il y a un projet qui a du mérite, on va être intéressé », a indiqué le chef de la direction financière de l’entreprise, Jean-François Boursier, en entrevue avec Le Journal.

Fondée en 1956, l’entreprise de Terrebonne est aujourd’hui un chef de file nord-américain dans la fabrication et l’installation de charpentes métalliques complexes et de composantes lourdes en acier, notamment. Groupe ADF inc. réalise aujourd’hui plus de 90 % de son chiffre d’affaires aux États-Unis.

Aucun projet concret n’est sur la table et aucun travail n’a été entrepris par la société. Mais les récentes déclarations du président Trump ont piqué la curiosité de l’équipe de direction d’ADF.

Le président américain a en effet laissé entendre hier soir lors d’une importante adresse à la nation que le mur qu’il souhaite construire pour étanchéifier la frontière américano-mexicaine sera composé de panneaux d’acier plutôt que de pans de béton.

« [Les démocrates] n’aiment pas le béton, nous leur donnerons de l’acier. L’acier marche bien. L’acier est en réalité plus cher que le béton, mais il sera beau et solide. C’est vraiment plus fort », avait aussi déclaré dimanche M. Trump à Camp David.

Des déclarations qui ne sont pas passées inaperçues à Terrebonne.

« Béton ou acier, c’est un débat constant. Nous, on pousse beaucoup pour l’acier, on voit les avantages au niveau de la durabilité, de la solidité, du coût. La logique s’applique aussi pour les murs », dit M. Boursier.

La division d’ADF à Grand Falls, au Montana, serait tout indiquée pour un tel projet d’envergure. Il y a fort à parier que M. Trump insisterait pour que le mur soit construit par des travailleurs américains.

De l’intérêt

« Tout ouvrage en acier présente un intérêt » pour le Groupe ADF. Certains secteurs de la frontière présentent déjà de tels murs en acier, précise M. Boursier.

Un autre groupe présent au Canada et aux États-Unis, la multinationale LafargeHolcim, avait déjà exprimé de l’intérêt à construire ce mur anti-clandestins en 2017. Mais le PDG Eric Olsen avait fait volte-face en raison des réactions qu’avaient suscitées ses commentaires, notamment de la part du président français d’alors, François Hollande.