/investigations
Navigation

Ça se touchait sur le «Touch»: des images gênantes de l’ex-maire de Terrebonne émergent

Jean-Marc Robitaille s'est retrouvé sur le yacht de luxe d’un entrepreneur

Au son de Donna Summer, Jean-Marc Robitaille se trémousse, perché sur les épaules de la conjointe d’un ingénieur.
Photo courtoisie Au son de Donna Summer, Jean-Marc Robitaille se trémousse, perché sur les épaules de la conjointe d’un ingénieur.

Coup d'oeil sur cet article

Déguisement gênant, danses ridicules, commentaires grossiers et sexistes : voilà un aperçu des croisières bien arrosées de l’ex-maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, en compagnie d’entrepreneurs qui faisaient affaire avec la Ville, révèlent des images exclusives obtenues par notre Bureau d’enquête.

La scène captée en vidéo se déroule en mars 2008 sur le pont du Touch, le yacht de luxe de l’entrepreneur Tony Accurso. Elle sera présentée ce soir à 21 h à l’émission J.E., sur les ondes de TVA.

On voit ici le Touch, dont Accurso s’est départi en 2014. Il demandait 5 M$.
Photo courtoisie
On voit ici le Touch, dont Accurso s’est départi en 2014. Il demandait 5 M$.

Robitaille échappe à la grisaille de la fin de l’hiver québécois sous le soleil des tropiques, en compagnie notamment d’Accurso et d’un autre entrepreneur, Normand Trudel, ainsi que de l’ingénieur Aurèle Théberge.

Ces derniers ont tous un point en commun : ils décrochent des contrats municipaux à Terrebonne.

Torse nu et foulard noué sur la tête à la manière d’un prince saoudien, celui qui est alors maire d’une ville de 100 000 habitants en plein essor a visiblement beaucoup de plaisir.

« Je suis un objet d’amour », s’écrie le premier magistrat de Terrebonne, qui danse avec la conjointe d’un entrepreneur.
Photo courtoisie
« Je suis un objet d’amour », s’écrie le premier magistrat de Terrebonne, qui danse avec la conjointe d’un entrepreneur.

Jean-Marc Robitaille grimpe derrière la table pour se trémousser sur les épaules d’une femme, au son de She works hard for the money, de la légende américaine du disco Donna Summer.

Cette femme devient visiblement mal à l’aise lorsque sa tête est prise en sandwich par les cuisses du maire et brassée de gauche à droite. Trois verres de vin rouge sont posés devant les joyeux fêtards.

L’ex-maire se déplace à genoux, en suivant de très près la même femme.
Photo courtoisie
L’ex-maire se déplace à genoux, en suivant de très près la même femme.

« Montre tes culottes »

Dans un autre vidéo, la conjointe d’un entrepreneur qui participe à la croisière danse de manière suggestive.

La caméra zoome sur ses fesses.

– « Envoye, montre-le, ton derrière ! » lance Tony Accurso.

– « Montre tes culottes ! » ajoute l’entrepreneur.

– « Monte ta jupe ! Monte ta jupe ! » l’encourage-t-il encore.

Les haut-parleurs crachent le mégasuccès Kiss, de Prince.

« You don’t have to be rich to be my girl. You don’t have to be cool to rule my world », entend-on en trame de fond.

Mensonge

Ces images montrent le deuxième séjour de Robitaille sur le Touch. Il s’y était également prélassé en février 2006.

Questionné au sujet de ces voyages en novembre 2013, l’ex-maire avait menti, affirmant n’avoir séjourné qu’une fois sur le yacht de M. Accurso, et avoir payé le voyage de sa poche. En septembre 2014, il avait reconnu s’être rendu gratuitement sur le Touch à deux reprises.

Jean-Marc Robitaille, maire de 1997 à 2016, a été arrêté en mars 2018 dans une autre affaire, qui ne concerne pas ses voyages sur le Touch. Il est accusé de corruption dans les affaires municipales et d’abus de confiance, tout comme son ex-chef de cabinet, Daniel Bélec, et l’ex-directeur général de la Ville, Luc Papillon.

 

Accurso fait la « bombe »

Des images obtenues par notre Bureau d’enquête montrent Tony Accurso qui fait la « bombe » en se laissant lourdement tomber dans l’eau depuis le pont du Touch. Sa cascade est applaudie par des participants à la croisière.

Au son de Donna Summer, Jean-Marc Robitaille se trémousse, perché sur les épaules de la conjointe d’un ingénieur.
Photo courtoisie
Au son de Donna Summer, Jean-Marc Robitaille se trémousse, perché sur les épaules de la conjointe d’un ingénieur.
Photo courtoisie
Au son de Donna Summer, Jean-Marc Robitaille se trémousse, perché sur les épaules de la conjointe d’un ingénieur.
Photo courtoisie
Au son de Donna Summer, Jean-Marc Robitaille se trémousse, perché sur les épaules de la conjointe d’un ingénieur.
Photo courtoisie

 

« Dégoûté » par ce qu’il voit en vidéo

L’ex-procureur en chef de la commission Charbonneau, Denis Gallant, raconte avoir été « dégoûté » de voir l’ex-maire « à plat ventre devant Tony Accurso ».

« Ces gens-là [des élus], par appât du gain et du luxe [font] des choses qu’ils ne seraient jamais capables de se payer », observe-t-il en entrevue avec notre Bureau d’enquête.

À cette époque, Tony Accurso était l’un des entrepreneurs les plus prospères du Québec, lui dont l’empire compte plus de 4000 employés et un chiffre d’affaires annuel avoisinant le milliard de dollars.

Il a depuis été reconnu coupable de corruption à Laval et condamné à quatre ans de pénitencier, verdict qu’il a porté en appel.

En mai 2008, quelques semaines après le deuxième voyage du maire de Terrebonne sur le Touch, la firme de Tony Accurso avait obtenu un contrat de 43 M$ pour rénover l’usine d’eau potable qui dessert Terrebonne et Mascouche. L’ex-maire a toujours nié que ce contrat ait un lien avec les faveurs dont lui faisait bénéficier l’entrepreneur.