/lifestyle/columnists
Navigation

Il y a une limite à l’aide aux aînés

Coup d'oeil sur cet article

Ma mère était atteinte de la maladie d’Alzheimer et elle est décédée des suites d’une mauvaise grippe après 10 ans de soins prodigués par mon père et la panoplie d’aide qu’il avait déployée autour d’elle. Manque de chance, deux ans après avoir fermé ce dossier, lui-même, rendu à 90 ans, commence à perdre la mémoire d’une façon accélérée. Ma sœur qui s’occupe de lui souhaite lui donner autant de soins qu’il a prodigués à notre mère.

Mon frère et moi sommes en désaccord. Mais comme c’est elle l’aînée qui est nommée sur le mandat en cas d’inaptitude, on cherche un moyen juridique pour qu’elle ne dépense pas autant d’argent de notre patrimoine pour lui offrir des soins dont il n’a déjà plus vraiment connaissance. Comme on ne sait pas à qui adresser une telle demande, une suggestion de votre part serait appréciée.

Deux frères solidaires

Peut-être solidaires, mais surtout pas généreux ni empathiques. Vous me rappelez une lettre semblable reçue il y a quelques années et qui m’avait horripilée. Votre père fut bien inspiré de nommer votre sœur sur son mandat en cas d’inaptitude... Il devait se douter...