/opinion/blogs/columnists
Navigation

Papa a raison

Papa a raison

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début du nouveau millénaire, 12 individus différents ont pris le contrôle du ministère de l’Éducation. Ironie du sort, à l’époque de l’apocalyptique bogue de l’an 2000, un certain François Legault dirigeait ce ministère.

Une rétrospective des événements nous permettrait sans doute de remarquer un fait troublant : la présence d’idées fixes chez la plupart de ces gens au pouvoir.

En somme, l’illustration d’un certain mépris pour les sciences de l’éducation. L’enchaînement de plusieurs décisions fondées sur des opinions ou des hypothèses douteuses. Du rapiéçage improvisé selon l’humeur du moment.

La passion avant la raison. L’idéologie avant la patrie.

À chacun son plan

À tire de père spirituel des plans de réussite et des contrats de performance en éducation, François Legault a ouvert la voie à la gestion axée sur la performance. Ainsi, il a su imposer sa vision comptable de l’éducation. Avec fierté, on gère maintenant l’éducation d’un peuple comme on gère une grosse entreprise.

Il n’y a pas si longtemps, c’est le ministre Proulx qui effectuait son « trip ».

Il a habilement prescrit un cours d’éducation financière; son illumination pour sauver les jeunes d’un futur désastre. Il a créé le fameux Lab-École. Mais sa plus grande idée fixe ? Le plan d’action numérique. Une dépense de 1,2 milliard de dollars afin de développer « les compétences du 21e siècle » chez nos élèves. Une phrase vide de sens. Une action sans impact sur les taux de réussite.

Aujourd’hui, c’est au tour du ministre Roberge : dossier de la gratuité scolaire à clarifier, ajout de classes spécialisées, instauration massive des maternelles 4 ans, transformation des commissions scolaires en centres de services, école obligatoire jusqu’à 18 ans, ajout d’une heure d’activité parascolaire par jour, etc.

Depuis au moins 20 ans, dans la grande famille de l’éducation, on pourrait dire que Papa veut toujours avoir raison.

S’il a plusieurs idées, il tente souvent de me convaincre qu’il détient la vérité; la clé qui ouvre la porte d’un quelconque paradis à ma portée.

Et si je ne suis pas d’accord ?

Papa tente de me manipuler.

Des exemples ?

Le ministre Proulx affirmait : « Il faut cesser de voir les changements comme des menaces. Il faut les voir comme des tremplins. Pour cela, il faut du courage. Pour faire face aux immobiles dans un premier temps et pour expliquer une décision controversée ou difficile dans un second temps. »

Le ministre Roberge, quant à lui, disait récemment : « Mes amis, on est au début de quelque chose. On va en faire, des changements, mais ça va déranger, je vous le garantis. Plus tu arranges, plus ça dérange ! »

Je sais. L’humilité ne semble pas la qualité première chez les chefs de la famille.

Bof ! La vie est ainsi beaucoup plus simple. Avec un gros ego, inutile de se remettre en question.

Papa a toujours raison.

Point.

Vœu pieux

Pour un amateur de physique classique, l’inertie est proportionnelle à la masse d’un corps. Plus celle-ci est grande, plus la force requise pour modifier son mouvement sera importante.

Un concept que l’on peut utiliser afin d’illustrer la résistance aux changements : plus le nombre d’individus concernés par un changement est élevé, plus l’inertie sera grande.

Néanmoins, n’en déplaise à Papa, cette résistance n’est pas corrélée à la pertinence des changements qu’il propose.

Il est facile de se faire du capital politique en agitant le spectre du « you're either with us, or against us. »

Paradoxalement, il s’agit d’un discours démagogique dans un monde où devrait régner la pédagogie.

Quel est mon souhait en cette nouvelle année ?

Je souhaite qu’enfin un ministre de l’Éducation dirige avec une vision à long terme. J'aimerais qu'il agisse comme s'il était certain d'être ministre pour les 20 prochaines années.

Qu'il réponde à l’invitation lancée par Normand Baillargeon dans son excellent texte Aux futurs ministres de l’Éducation.

Qu’il inscrive son nom dans l'histoire, non pas pour un autre rapiéçage insignifiant, mais à titre de celui qui aura commandé une commission Parent 2.0 ; celui qui aura également mis à exécution la lourde commande de doter le Québec d’une structure solide pour des dizaines d’années.

Je veux un véritable prof idéaliste.

Pas un idéologue comme prof.