/news/politics
Navigation

Trudeau fera connaître son «premier trio»

Un remaniement ministériel fédéral aura lieu lundi

<b>Scott Brison</b></br>
<i>Président du Conseil du trésor</i>
Photo Agence QMI, Maxime Huard Scott Brison
Président du Conseil du trésor

Coup d'oeil sur cet article

 OTTAWA | Le remaniement ministériel prévu lundi par Justin Trudeau lui permettra de former son « premier trio » de candidats en vue des élections d’octobre prochain, croient des experts. 

« C’est assez régulier de voir un remaniement dans la dernière année d’un gouvernement [...] “Élections 2019” est écrit en lettres de feu dans le bureau du premier ministre lorsqu’il choisira les personnes qu’il va nommer lundi, parce que tu veux faire connaître ton premier trio dans les prochains mois », analyse le président de la firme de relations publiques Tesla RP et ancien employé politique au gouvernement fédéral, Louis Aucoin. 

Démission 

L’opportunité de faire un remaniement à neuf mois des élections est survenue après la démission surprise jeudi matin de Scott Brison du poste de président du Conseil du trésor. Le quinquagénaire a également indiqué qu’il ne se représenterait pas après une carrière de près de 22 ans comme élu fédéral, pour des raisons familiales. 

Autant les experts que des sources libérales contactées par Le Journal ont témoigné de leur étonnement devant ce départ soudain d’un ténor du parti.  

« Ç’a été une onde de choc chez les employés politiques. Non seulement il tenait un poste important, mais 22 ans d’expérience comme député, ça ne se remplace pas facilement », a laissé tomber une source libérale qui a demandé l’anonymat afin de parler librement. 

Pour sa part, le premier ministre Trudeau a louangé le travail de M. Brison, tout en confirmant le remaniement de lundi. 

Au Parti conservateur, on soupçonne plutôt que son départ serait lié au fait qu’il devra probablement témoigner au procès pour abus de confiance du vice-amiral Mark Norman. Ce dernier est soupçonné d’avoir divulgué de l’information secrète au chantier maritime Davie, à Lévis, pour l’attribution d’un important contrat fédéral. 

« M. Brison a passé une majeure partie de sa carrière dans les bancs de l’opposition, et même la deuxième opposition. Soudainement, il se retrouve au pouvoir comme ministre et il quitte après seulement un mandat ? C’est inhabituel », ajoute l’associé chez HATLEY conseillers en stratégie et ancien attaché de presse pour l’ex-premier ministre Stephen Harper, Carl Vallée. 

Le Québec 

Si on ne s’attend pas à un remaniement majeur lundi, il est fort à parier que le Québec aura une place de choix dans cette ultime (probablement) mouture du cabinet d’ici l’automne, croient les experts. 

La raison : le gouvernement Trudeau voudra présenter un cabinet électoral qui représentera bien les communautés et les régions où il croit pouvoir conserver ou même faire des gains de sièges. 

« Le but sera de mettre de l’avant le meilleur cabinet possible d’ici l’élection, et le premier ministre va sûrement passer un message fort à certains groupes électoraux, analyse le stratège libéral Greg MacEachern. Selon moi, la route vers la réélection passe par des gains au Québec et en Colombie-Britannique, tout en conservant les sièges en Ontario. »