/sports/hockey/canadien
Navigation

Un 300e match pour Deslauriers

Karl Alzner affrontera également les Blues

Un 300e match pour Deslauriers
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

SAINT LOUIS | À une époque où les bagarres sont pratiquement révolues et où le jeu robuste est en perte de vitesse, la longévité des joueurs qui pratiquent ce style est en péril. Voilà pourquoi le 300e match que disputera Nicolas Deslauriers ce soir revêt un cachet particulier.

«Quand je suis arrivé dans la Ligue, je ne pensais pas devenir ce genre de joueur là. C’est le style que j’ai développé, a raconté Deslauriers, en matinée. Beaucoup de gens disent que ce style-là s’en va. C’est pour ça que je profite de chaque été pour m’entraîner et développer des habiletés.»

Repêché par les Kings de Los Angeles, en tant que défenseur, au troisième tour du repêchage de 2009, l’attaquant a mis quatre ans avant de disputer son premier match dans la LNH, avec les Sabres de Buffalo.

La route aura donc été sinueuse pour Deslauriers qui reconnaît devoir lutter à chaque camp d’entraînement pour garder son poste dans la LNH.

«Quand tu vois des vétérans jouer leur 1000e match ou leur 600e match, tu te dis qu’il t’en manque encore beaucoup. C’est un petit nombre comparativement à eux, mais j’espère qu’il y en aura plusieurs autres.»

Une première depuis le 24 novembre

Le retour de Deslauriers dans la formation, ainsi que celui de Michael Chaput, signifie que Charles Hudon et Matthew Peca retourneront sur la passerelle.

«On affronte une formation lourde ce soir. Alors, on a besoin de plus gros gabarits pour les contrer. C’est la raison pour laquelle ces gars-là seront dans la formation», a expliqué Claude Julien.

C’est également la raison pour laquelle Karl Alzner disputera un premier match avec le Canadien depuis le 24 novembre. Rappelé du Rocket de Laval le 26 décembre, après un mois dans la Ligue américaine, le défenseur a regardé les sept matchs suivants depuis la passerelle de presse.

«On ramène toujours un joueur dans la formation pour les bonnes raisons, mais c’est certain que son attitude en dit beaucoup sur lui. Ce n’est pas facile d’être laissé de côté, a reconnu l’entraîneur du Canadien. J’aime son éthique de travail durant les entraînements. Je suis sûr que ça le gruge par en dedans, mais j’aime la façon dont il gère la situation.»

Pour le réinsérer dans la formation, Julien a choisi de retrancher Mike Reilly.

Loin d’être maîtres chez eux

Le Canadien aura une excellente occasion de rentrer de ce court voyage de deux rencontres avec un dossier parfait. Les Blues constituent l’équipe qui a subi le plus de défaites à domicile cette saison (15, dont deux en bris d’égalité).

Avant-derniers de l’Association de l’Ouest, ils n’ont remporté que deux de leurs sept derniers matchs au Enterprise Center.

Carey Price obtiendra le départ. Son vis-à-vis sera Jordan Binnington.