/news/politics
Navigation

Venezuela: le Canada ne reconnaît pas la légitimité du président Maduro

Le président vénézuélien Nicolas Maduro
Photo AFP Le président vénézuélien Nicolas Maduro

Coup d'oeil sur cet article

Le Canada ne reconnaît pas le gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro.

En compagnie de pays comme les États-Unis, le Brésil, le Mexique, la Colombie et le Chili, le Canada demande au président vénézuélien, qui entame jeudi son deuxième mandat de six ans, de céder le pouvoir à l’Assemblée nationale en attendant un nouveau scrutin.

Ils exigent aussi la libération de tous les prisonniers politiques.

«Le règne de Nicolas Maduro perd ses dernières allures de légitimité. Après s’être emparé du pouvoir au terme d’élections frauduleuses et antidémocratiques tenues le 20 mai 2018, le régime Maduro a maintenant totalement établi sa dictature. La souffrance du peuple vénézuélien ne fera qu’empirer s’il continue de s’accrocher au pouvoir illégitimement», a affirmé la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland.

Au cours d’une session extraordinaire sur la situation dans le pays sud-américain, l’Organisation des États américains (OEA) a pour sa part approuvé une résolution visant à déclarer «illégitime» le gouvernement de M. Maduro.

La résolution «appelle à de nouvelles élections présidentielles avec toutes les garanties nécessaires pour un procédé libre, juste, transparent et légitime», explique le texte adopté par 19 voix (6 contre, 8 abstentions et 1 absence).

De leur côté, les États-Unis avaient déjà annoncé de nouvelles sanctions financières contre des personnalités et des entreprises au Venezuela.

«Nous continuerons d’augmenter la pression sur ce régime corrompu, de soutenir l’Assemblée nationale démocratique et d’appeler à la liberté et à la démocratie au Venezuela», a écrit sur Twitter le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton.

Nicolas Maduro, 56 ans, a prêté serment jeudi devant le Tribunal suprême électoral et non devant le Parlement, seule institution aux mains de l’opposition.

– Avec l’AFP