/sports/hockey
Navigation

Predators de Nashville: Austin Watson s’ouvre sur son alcoolisme

Predators de Nashville: Austin Watson s’ouvre sur son alcoolisme
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant des Predators de Nashville Austin Watson s’est ouvert sur son problème de consommation d’alcool, vendredi, sur son compte Instagram, et est revenu sur les événements qui ont mené à son arrestation l’été dernier.

«Je compose avec des problèmes d’anxiété, de dépression et d’alcoolisme depuis que j’ai l’âge de 18 ans. J’ai été sobre pendant 23 mois avant le milieu du mois de mai 2018, puis j’ai recommencé à boire», a confié l’Américain de 26 ans qui a défrayé la manchette l’été dernier. 

View this post on Instagram

As my 26th year comes to an end in a couple days, I’ve found myself reflecting lately. In doing so, I’ve felt a deep urge to be a bit more open. After lots of prayer and contemplation, I’ve found that there’s one thing I need to share that’s been a part of my life and anyone else’s life that’s been close with me for quite some time. With Jennifer’s permission to use the word “we” in certain places, the picture above is a note that’s been sitting in my phone for what seems like ages. It’s a condensed version of some words I’d had gone back and forth with releasing as a statement as I returned to the ice. While I won’t go into any more of my family’s and my personal life, because it still isn’t the right time for us and to not create another individual distraction in the midst of our team’s season, I found it only fair to share briefly of my story. Mental Illness runs rampant in the world today. In my experience it can often feel lonely, consuming, and at times unbearable. Please know that you are not alone. There are so many of us who seem to have the picture perfect life, no problems in the world. Yet I deal and I battle just as much as and no more than the next person. I’ve been blessed with many obstacles, traumas and hard times to overcome. Doing the next right thing doesn’t always seem easy, but it’s worth it. Perspective is everything to me, and when I look at the beautiful and downright amazing things in my life that I feel unworthy of, I realize how fortunate I am to be me. If you’re feeling alone today, you’re not. If you feel like no ones cares, I do. If there doesn’t seem to be any chance of it getting better, believe me it will. I hope I’ve helped someone today the way others who’ve shared have helped me. P.S. to the esteemed members of the local and national media, I still won’t touch on either matter past what I’ve said above at this time. Thank you for your courtesy, respect and understanding. On a lighter note I’ve also accompanied this post with Jennifer and I’s beautiful #adidas model. She puts a smile on my face every time 😊. #mentalhealth #mentalhealthawareness #mentalillness #hope #grateful #thisisus #giveback #longwinded 🤦‍♂️

A post shared by Austin Watson (@watson_austin92) on

Le joueur des Predators avait été arrêté le 16 juin par la police de Franklin, au Tennessee, à la suite d’une altercation entre lui et sa conjointe, qui s’est produite dans le stationnement d’une station-service. Watson a fait face à des accusations de violence conjugale et a été suspendu pour une période de 27 matchs par la Ligue nationale de hockey (LNH). 

Il n’a pas contesté les accusations pesant contre lui et sa suspension a ensuite été réduite à 18 matchs par un arbitre indépendant. 

«Après les événements du 16 juin, je suis volontairement entré dans le programme de réhabilitation de la LNH. Je suis maintenant sobre et déterminé à maintenir un style de vie sain pour pouvoir être le père, le conjoint, le coéquipier et la personne que je veux être», a écrit Watson sur compte Instagram. 

Le contexte

Par le biais de ce message publié vendredi, l’athlète voulait préciser le contexte entourant les événements qui ont mené à son arrestation, sans pour autant se déresponsabiliser. 

«Comme Jennifer (sa conjointe) l’a déjà indiqué dans une déclaration antérieure, elle souffre aussi d’alcoolisme. Dans le mois précédent l’incident, nous avions tous les deux rechuté et notre relation était tendue. Le 16 juin, nous avons une altercation enflammée qui n’était pas physique. J’ai mal géré la situation, mais je ne lui ai pas causé de blessure (...) 

«Je prends l’entière responsabilité de mon implication dans cette altercation. J’ai appris de cette situation et j’ai pris les mesures nécessaires pour m’assurer qu’une chose pareille ne se reproduise plus jamais», a ajouté Watson.