/news/currentevents
Navigation

Charlotte Bouchard harcelée: il venait de sortir de l’hôpital psychiatrique

L’homme qui aurait harcelé Charlotte Bouchard avait fait pareil avec une ministre

Charlotte Bouchard harcelée: il venait de sortir de l’hôpital psychiatrique
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

 Le Montréalais qui aurait harcelé la sœur d’Eugenie Bouchard venait d’être libéré de l’hôpital psychiatrique pour avoir inondé d’appels une ministre lorsqu’il aurait ciblé la jeune femme. 

 « Rien ne laisse présager qu’il présente un risque pour la sécurité d’autrui », écrivait au début de 2014 le Tribunal administratif du Québec à propos de Danny Arsenault. 

 Arsenault, 40 ans, venait de passer un peu plus de deux années en détention psychiatrique. Mais une fois libre, il n’aurait pas tardé à récidiver puisqu’en septembre de la même année, il aurait commencé à cibler Charlotte Bouchard sur le réseau social Instagram, ce qui lui a valu d’être à nouveau accusé de harcèlement. 

 Il était au palais de justice de Montréal jeudi pour le début de son enquête préliminaire, qui se poursuivra le mois prochain. 

Danny Arsenault, 40 ans, était lui aussi à la cour. Il a affirmé jeudi que, selon lui, « il n’y a rien d’agressif ni d’agressant dans ce qui s’est passé ».
Photo Chantal Poirier
Danny Arsenault, 40 ans, était lui aussi à la cour. Il a affirmé jeudi que, selon lui, « il n’y a rien d’agressif ni d’agressant dans ce qui s’est passé ».

 Ministre visée 

 Les premiers démêlés judiciaires d’Arsenault ont commencé en 2011 alors qu’il travaillait comme livreur d’épicerie. Mécontent d’être payé au noir, il s’était mis en tête de plaider sa cause en appelant une ministre du gouvernement de Jean Charest. 

 « [En trois jours] il aurait laissé plus de 125 messages sur la boîte vocale de la ministre [son identité ne peut être révélée sur ordre de la cour], plusieurs de ces messages auraient eu des propos menaçants, harassants et obscènes », peut-on lire dans une décision du Tribunal administratif. 

 Mécontent de ne pas recevoir de retour d’appel, Arsenault a laissé un ultime message, ce qui lui a valu d’être arrêté. 

 « Je vais aller vous rencontrer à Québec, ce ne sera pas long, on va se parler dans le blanc des yeux », a dit Arsenault. 

 Trouble mental 

 Au terme du processus judiciaire, Arsenault a été déclaré non criminellement responsable pour cause de trouble mental, ce qui lui a valu d’être interné dans un hôpital psychiatrique. 

 Durant trois ans, Arsenault a catégoriquement refusé de prendre des médicaments. Et il a toujours nié avoir commis un crime. 

 « L’accusé affirme que ses appels [à la ministre] se voulaient informatifs et, à la limite, drôles », indique le document de cour. 

 Le Tribunal administratif a conclu qu’Arsenault présente « de la persévération et quelques délirants, sans plus », si bien qu’il a pu obtenir une libération totale. 

 Dans le dossier de la sœur d’Eugenie Bouchard, si Arsenault est déclaré coupable, il risque un maximum de 10 ans de pénitencier. 

 Charlotte Bouchard a mis en ligne une déclaration où elle remercie le public pour le soutien qu’elle a reçu.