/misc
Navigation

Les jeunes, l’astrologie et la Terre plate

Flat Earth
Photo stock.adobe.com, Elena Schweitzer

Coup d'oeil sur cet article

 

C’est une évidence pour quiconque ayant la moindre parcelle de jugement: l’astrologie est une arnaque qui a lamentablement échoué tous les tests visant à vérifier son pouvoir de prédiction. Ça fait des années qu’on le sait. En effet, comment un simple agencement d’étoiles situées à des années lumières de nous pourrait-elle avoir le moindre impact sur la personnalité d’une personne et sur ce qui l’attend dans son futur? D’autant plus que la forme de ces agencements d’étoiles dépend seulement de notre position dans l’univers (en regardant ces mêmes étoiles, mais d’un autre angle, on aurait des formes complètement différentes).  

On pourrait donc s’attendre à ce que la croyance en l’astrologie diminue de génération en génération, les jeunes étant plus éduqués que jamais. Et pourtant, une étude de PEW nous apprenait que les jeunes générations aux États-Unis sont nettement plus enclines à croire à ce genre d’inepties. On parle de 30% pour la génération née dans les années 80 qui croit à l’astrologie, contre 18% pour celles nés avant 1945.  

Dans le même ordre d’idée, ça fait des siècles qu’on sait que la Terre est à peu près sphérique. Les évidences sont tellement nombreuses que je crois que ça ne vaut même pas la peine d’élaborer. Et pourtant, un récent sondage nous apprenait que chez les 18-24 ans (toujours aux États-Unis), 34% en doutent (contre seulement 6% chez les 55 ans et plus). Un jeune sur trois! Ça en fait des zozos!   

C’est bien d’enseigner aux jeunes de douter et d’être ouvert d’esprit, mais il faut d’abord leur enseigner la pensée rationnelle. Visiblement, il y a lacune à cet égard. J’ose espérer que la situation est différente au Québec, mais j’en doute.  

Peut-être que tout ça est un effet d’âge et non de génération, mais quoi qu’il en soit, la prochaine qu’on vous présentera l’opinion des jeunes comme étant moderne, sage et éclairée comparée à celle des «vieux» qui serait rétrograde, repensez-y bien.