/lifestyle/family
Navigation

À la mémoire de Marshall

À la mémoire  de Marshall
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques semaines, Silvi Tourigny parlait avec enthousiasme de son beau grand Marshall, un chien bull mastiff croisé Saint-Bernard de 8 ½ ans. Une boule d’amour de 120 livres ! Malheureusement, il a dû être euthanasié, juste avant les Fêtes, en raison d’un problème de santé soudain, imprévu et intraitable. Silvi et moi tenions à lui rendre hommage en publiant notre entrevue à son propos.

1. Quelle est la raison qui vous a poussé à avoir Marshall chez vous ?

Je m’étais beaucoup attachée au chien de mon conjoint. Celui-ci en avait eu la garde lorsqu’il s’est séparé, un ou deux ans avant notre rencontre, mais son ex l’a finalement repris. Il y a eu un vide, un manque, pour mon conjoint et moi. J’ai un besoin presque vital d’avoir un chien, de me faire accueillir par lui à mon retour. Mon conjoint a trouvé Marshall sur les réseaux sociaux. Il restait quatre chiots dans la portée. On est allés les voir et on est tombés amoureux de lui. Il avait deux mois et était tout juste gros comme sa tête actuelle. Une petite boule d’amour !

2. Êtes-vous plus « chat » ou « chien » ?

J’ai toujours eu des animaux. J’adore les deux espèces, mais je pense que je suis plus chien. J’aime l’interaction avec les chiens. Ils sont très démonstratifs, expressifs, toujours heureux et ils vous accueillent à votre retour. Ça me fait du bien.

3. Comment décrire en quelques phrases la personnalité de Marshall ?

En photo, il a l’air un peu dépressif à cause de sa face de « baboune », mais, en vrai, il est très actif et enjoué. C’est une boule d’amour et une grosse bête relaxe ! Dans sa tête, ce grand chien de 120 livres pense qu’il est un chihuahua ! Côté éducation, je l’ai échappé un peu et je prends le blâme. En fait, quand il était petit, on ne lui a pas appris à avoir une bulle et à nous laisser la nôtre. Il s’assoyait sur nous et on le laissait faire. Il se croit donc petit et pense qu’il ne prend pas de place.

4. Racontez-nous un fait cocasse, inusité ou particulier concernant votre animal.

Lorsqu’on lui a appris à ne plus embarquer sur le divan, pendant un bout de temps, il avait encore le droit d’appuyer ses fesses dessus. Il était drôle à voir, avec ses petites fesses appuyées sur le coussin et ses quatre pattes touchant le sol. Avec le temps, il a perdu son intérêt pour le divan.

5. Parlez-nous d’un de ses petits défauts.

Pour accueillir les gens à la maison, c’est un « fourcheur professionnel » ! C’est-à-dire qu’il donne des coups de museau dans la fourche du monde. Je tente de régler cela en lui donnant un os à chiquer. Ça l’occupe au moins une bonne heure !

6. Quelle est son activité préférée ?

En fait, il aime être dehors. Il se transforme en chiot et court partout, comme un fou. Il gruge l’équivalent de deux bouleaux en petites branches. C’est fou, car à l’intérieur, c’est un chien de divan, un chien calme.

7. En quoi est-il une source d’inspiration ?

Avec sa face de « baboune », Marshall incarne un peu le côté « baboune » et le côté « beige » de Carole, un de mes personnages.

À propos de Silvi Tourigny :

  • Humoriste, elle s’est fait connaître avec deux saisons de la websérie Carole aide son prochain.
  • Elle est en écriture et en période de rodage pour la première partie du spectacle de Cathy Gauthier qui aura lieu ce printemps. (silvitourigny.ca)
  • Elle anime une soirée d’humour une fois par mois au Café centre d’art à Boucherville.