/finance/business
Navigation

Cogeco tourne la page sur une dure année

L’entreprise a perdu des dizaines de milliers de clients

Patrice Ouimet, chef de la direction financière, et Philippe Jetté, PDG de Cogeco, hier, à Montréal, avant la tenue de l’assemblée des actionnaires de l’entreprise.
Photo Sylvain Larocque Patrice Ouimet, chef de la direction financière, et Philippe Jetté, PDG de Cogeco, hier, à Montréal, avant la tenue de l’assemblée des actionnaires de l’entreprise.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir perdu des dizaines de milliers d’abonnés et des millions de dollars à cause d’un changement de système informatique chaotique, le câblodistributeur Cogeco assure que l’hémorragie est terminée.

« Nos ventes et nos activités dans les centres d’appels sont déjà revenues à la normale », a martelé hier le PDG Philippe Jetté, qui a succédé à Louis Audet en septembre, alors que la tempête faisait rage.

« Ç’a été un peu plus difficile qu’on pensait, ç’a duré beaucoup plus longtemps qu’on pensait, mais on s’est accrochés et on s’est relevés, a-t-il ajouté. Maintenant, c’est derrière nous et tous les bénéfices de cette nouvelle plateforme-là sont à notre portée, mais surtout à la portée de nos clients. »

Plus efficace, le nouveau système a permis à Cogeco de réduire sa main-d’œuvre de 125 personnes, soit 5 % du total. La facture a toutefois été salée pour l’entreprise.

Pour répondre aux clients insatisfaits qui appelaient massivement pour se désabonner, l’entreprise a dû embaucher jusqu’à 600 employés temporaires pendant l’été et l’automne, ce qui lui a coûté 11 millions $.

70 000 clients en moins

Mais ce qui a été encore plus fâcheux pour Cogeco, ce sont les quelque 70 000 clients québécois et ontariens qui ont pris la poudre d’escampette en six mois, notamment pour Bell, soit près de 4 % du total. Résultat : les revenus et les profits des activités canadiennes ont reculé.

Cogeco connaît aussi des difficultés avec sa division de serveurs informatiques pour les entreprises, dont les revenus ont fléchi de 3 % pendant l’automne.