/sports/hockey
Navigation

L’Océanic blanchi par le gardien des Tigres

Tristan Côté-Cazenave bloque les 42 tirs de Rimouski qui s’incline 2 à 0

Océanic
Photo Iften Redjah-Folio Photo Le gardien des Tigres de Victoriaville, Tristan Côté-Cazenave, a réussi son premier blanchissage de la saison en bloquant 42 tirs, dont 23 en troisième période contre l’Océanic.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | Tristan Côté-Cazenave a littéralement volé le spectacle, samedi après-midi, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.

Disputant un deuxième match en moins de 24 heures, le gardien des Tigres de Victoriaville a été étincelant en bloquant 42 tirs, dont plus de la moitié en troisième période, pour permettre à son équipe de l’emporter 2-0 sur l’Océanic.

Première étoile

Malgré son revers subi vendredi au Centre Vidéotron contre les Remparts, Côté-Cazenave a montré de quel bois il se chauffe devant les Bas-Laurentiens. Il a d’ailleurs récolté la première étoile en réservant ses plus beaux arrêts contre Anthony Gagnon, Olivier Garneau et Carson MacKinnon au dernier engagement.

Heureusement que le portier de 19 ans était en grande forme, puisque ses coéquipiers n’ont dirigé que 15 tirs sur son vis-à-vis, Tristan Bérubé. L’Océanic subissait un premier blanchissage en 81 matchs.

« Côté-Cazenave a été intraitable. J’ai l’impression qu’on lui a lancé dans le plastron tout l’après-midi », a analysé le directeur-gérant et entraîneur-chef Serge Beausoleil. « Les Tigres nous attendaient parfois à quatre, même à cinq sur la ligne bleue. Ils ont joué un jeu de patience qu’ils ont remporté ».

Victoriaville a brisé l’égalité en deuxième période lorsqu’Olivier Mathieu profita d’une séquence à deux contre un pour inscrire son 15e but de la saison. Egor Serdyuk a confirmé le gain de son équipe avec moins de sept minutes à jouer au temps régulier.

L’avantage numérique fait défaut

L’Océanic a surtout a été incapable de s’inscrire au pointage malgré ses 23 lancers et trois supériorités numériques successives en troisième période. D’ailleurs, les Rimouskois arrivent difficilement à marquer avec l’avantage d’un homme. Ils ne comptent qu’un seul but à leurs 12 dernières occasions.

« Notre première unité fait du surplace en ce moment. On ne met pas assez de trafic devant le filet et on joue plus en périphérie. Ce sont des choses qu’on va ajuster. Sans les avoir sous-estimés, je ne suis pas sûr qu’on a joué au niveau qu’on devait le faire pour dominer ce match-là », estime Beausoleil.

L’Océanic tentera de venger ce revers mercredi alors qu’il entamera une éreintante séquence de quatre parties en cinq jours sur la route contre les Tigres à Victoriaville. Le voyage se poursuivra ensuite à Boisbriand avant un programme double prévu samedi et dimanche contre Gatineau.