/weekend
Navigation

Un homme à (voix de) femmes

Greg Tudeski
Photo courtoisie, Félix Renaud Greg Tudeski

Coup d'oeil sur cet article

Les voix de Dalida, Lady Gaga, Jennifer Lopez, Adele, Ginette Reno et autres Cœur de pirate résonneront au Club Soda cette semaine. Mais aucune de ces stars n’aura à monter sur scène. L’imitateur Greg Tudeski compte emprunter l’identité vocale de plus de 80 artistes d’ici et d’ailleurs avec son nouveau spectacle, Pop Machine.

Ils ont été près de 15 000 à assister à une version condensée de son Pop Machine, l’été dernier, au festival Juste pour rire. Mais après avoir constaté l’engouement provoqué par ses prestations de 60 minutes sur la place des Festivals, Greg Tudeski rapplique avec un spectacle de plus de deux heures où il enchaînera pas moins d’une centaine de chansons, appuyé par une troupe de danseurs et des projections vidéo.

Fidèle à son habitude, il a bâti le programme de la soirée avec une majorité d’imitations d’artistes féminines. Mais quelques voix masculines telles que James Blunt, Elton John et Roch Voisine feront également leur apparition.

« Je fais surtout des voix de femmes. On est en 2018, je crois qu’il est temps qu’on puisse assumer les deux côtés », déclare Greg Tudeski.

De Tina Turner à Patricia Kaas

Greg Tudeski n’était qu’un gamin lorsqu’il a découvert ses aptitudes d’imitateur. Habitué à chanter, il a bien vite réalisé qu’il reproduisait fidèlement les tics vocaux de chacun des différents chanteurs dont il empruntait les succès.

Après avoir maîtrisé la voix de Tina Turner, puis celle de Patricia Kaas, il s’est mis à se bâtir sa « boîte à musique » contenant aujourd’hui celles de plusieurs dizaines d’artistes. Et avant même de lui permettre de gagner sa vie, elles lui ont été d’une aide précieuse pour tisser son réseau social.

« Au secondaire et au cégep, quand je me sentais moins à ma place et j’étais plus réservé, les imitations m’ont permis de créer des ponts, puis des relations, avec les autres. C’est un bon moyen de casser la glace », confie-t-il.

Puis, les imitations ont été mises de côté au profit du chant, les soirées de type piano-bar lui ayant permis de payer ses études. Mais ses dons de caméléon n’étaient jamais cachés bien loin... et ils ont tôt fait de reprendre le dessus.

« En fin de soirée, je me permettais quelques imitations. Et les gens me disaient qu’ils avaient aimé mon spectacle, mais que les imitations, elles, étaient vraiment spéciales. C’est la portion de la soirée dont on me parlait le plus. Alors j’ai décidé de miser là-dessus », se souvient Greg Tudeski.

Établi à Montréal depuis 15 ans, l’imitateur retournera bientôt dans sa France natale pour sa première tournée outre-Atlantique, comprenant également un saut en Suisse. Greg Tudeski y présentera une version modifiée de Pop Machine, conçue spécialement pour l’Europe francophone.


Le spectacle Pop Machine sera présenté jeudi soir au Club Soda de Montréal. Une supplémentaire aura lieu au même endroit, le 4 avril.