/entertainment/music
Navigation

Un «beau défi» pour Alexandre Da Costa

Le violoniste sera le nouveau maestro de l’Orchestre symphonique de Longueuil

Un «beau défi» pour Alexandre Da Costa
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Après 20 ans à se sentir « comme un expatrié », Alexandre Da Costa s’ancre finalement, et fermement, chez lui, au Québec. Le violoniste deviendra directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Longueuil dès la prochaine saison, a appris Le Journal.

« Il y a des musiciens qui sont expatriés toute leur vie. J’ai habité quatre ans en Australie, 14 ans en Espagne... Aujourd’hui, on m’offre une chance en or de revenir chez moi, de pouvoir rentrer à la maison après chaque concert et dormir dans mon lit. C’est la première fois que j’ai une “job” chez moi, près de ma famille, et c’est un joyau que je vais chérir. Je sais ce que ça vaut », confie Alexandre Da Costa en entrevue au Journal.

Dès octobre, il dirigera les musiciens de l’Orchestre symphonique de Longueuil, succédant ainsi à son ami Marc David, le présent maestro qui quittera bientôt son poste après 25 années. Un « beau défi » qu’il entamera à quelques semaines seulement de son 40e anniversaire.

Plusieurs Québécois seront toutefois surpris d’apprendre qu’Alexandre Da Costa sait manier la baguette autant que l’archet. Et c’est, en quelque sorte, voulu.

« Ici, je suis connu comme violoniste soliste seulement. C’est important dans ce métier d’avoir un angle précis quand on se présente au public, et c’est l’angle que j’ai choisi au début de ma carrière. Mais ça fait une dizaine d’années que j’ai commencé à me familiariser avec la direction d’orchestre. Ça a toujours été dans mon plan de carrière », explique-t-il.

Démocratiser le classique

Grâce à ses nouvelles fonctions, Alexandre Da Costa entend poursuivre la mission qu’il s’est donnée en début de carrière : démocratiser la musique classique. Il le reconnaît, il s’agit d’un travail de longue haleine. Mais il n’a pas l’intention de baisser les bras.

« J’ai essayé de le faire avec tous les événements auxquels j’ai participé. Ça a toujours été ma stratégie. Et avec l’Orchestre symphonique de Longueuil, je peux aller encore plus loin en ce sens. On peut utiliser cette plateforme pour initier les gens à ce genre de musique et leur montrer ce que le classique peut être », explique-t-il.

L’OSDL à l’étranger ?

Ce nouveau poste au sein de l’OSDL occupera évidemment une bonne partie de son temps. Mais Alexandre Da Costa a l’intention de continuer à se produire à titre de violoniste soliste invité, tant ici qu’ailleurs. Et qui sait, il ne sera peut-être pas le seul à voyager...

« J’ai fait beaucoup de spectacles à l’étranger, et ça m’a permis de me créer un réseau de contacts. J’ai envie de prendre ces contacts-là et de voir ce qu’on pourrait faire avec les musiciens de l’OSDL. Je veux les faire voyager. Ça peut être en Chine, en Australie, en Argentine... The sky’s the limit », conclut Alexandre Da Costa.

La saison 2019-2020 de l’Orchestre symphonique de Longueuil s’amorcera à l’automne. D’ici là, Alexandre Da Costa lancera son album Stradivarius à l’opéra II : Wagner le 8 février.