/entertainment/music
Navigation

«J’ai fait des attaques de panique tous les jours pendant 2 ans»

Coup d'oeil sur cet article

Le chanteur Stefie Shock a souffert en silence pendant de longues années, accablé par des attaques de panique récurrentes, «sorties de nulle part».

Il se souvient clairement de la première fois que cela lui est arrivé, alors qu’il avait 22 ans et qu’il était «relax» l’instant d’avant. «Soudainement, j’ai eu un sentiment de mort imminente», a-t-il raconté en entrevue à Deux filles le matin. Hyperventilation, extrémités engourdies, bouche sèche: voilà quelques-uns des symptômes inexplicables qui apparaissaient, et qui l’empêchaient de fonctionner normalement.   

Après cette première crise, «j’en ai fait tous les jours pendant deux ans sans savoir de quoi il s’agissait», a-t-il relaté. Et jamais à la même heure; ces attaques survenaient chaque fois comme une mauvaise surprise. «Quand je commençais une journée, je me demandais à quel moment c’était pour survenir.»   

Elles étaient de durée variable, des fois cinq minutes, d’autres fois une heure... «Ça a déjà duré 12 heures», a lancé le musicien, suscitant les réactions empathiques des autres invités sur le plateau. Cette fois-là, d'ailleurs, il s’était rendu à l’hôpital, certain qu’il faisait un infarctus.   

Aussi souffrant ait-il pu être, il a vécu ça dans le plus grand secret, famille et amis n’étant pas conscients de ce qui était devenu son lot quotidien.   

Petit à petit, il s’est mis à éviter des situations anxiogènes. «Je ne prenais plus le métro, je ne prenais plus l’autobus, je ne prenais pas l’ascenseur, a-t-il confié. Parfois, je sortais des événements où il y avait des gens, je pouvais me sentir très mal.»   

Il a réussi à garder ça pour lui sans trop de difficulté... jusqu’en 2003, année où il a cessé d’être fonctionnel. Alors qu’il terminait son deuxième album, il s’est mis à subir des attaques nocturnes, du jamais-vu pour lui. Il se réveillait en panique, puis se rendormait, avant de se réveiller encore... «Ça pouvait arriver 10 fois dans une nuit [...] je ne voulais plus dormir jamais», se remémore-t-il.   

Lorsqu'il s'est décidé à consulter pour ce problème envahissant, son médecin lui a dit que ce n’était pas dangereux. «Il n’avait pas tort de me dire que ce n’était pas dangereux, parce que je ne pense pas qu’on puisse mourir d’une attaque de panique, mais on peut arrêter de fonctionner normalement, et ça, ça peut être grave», reconnaît-il.   

Malgré une période d’«essai-erreur» éprouvante, la médication a permis au chanteur de retrouver l’équilibre.   

Voyez ci-dessus l’entrevue intégrale de Stefie Shock.