/sports/others
Navigation

Le planchiste québécois Maxence Parrot frappé par le cancer

Coup d'oeil sur cet article

Réel pionnier dans le monde du snowboard, capable des pirouettes les plus audacieuses sur les pistes enneigées, le Québécois Maxence Parrot aura un nouveau défi à relever: il devra lutter contre le cancer.

L’athlète de 24 ans originaire de Bromont a lui-même annoncé, lors d'un point de presse tenu hier à Montréal, qu'il avait reçu un diagnostic de lymphome de Hodgkin de stade IIA. Le même cancer qui a frappé Mario Lemieux.

Entouré de son psychologue sportif Jean François Ménard et de sa copine Alysson Gendron-Gallant, il a indiqué qu'il devait mettre fin à sa saison.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«J’ai malheureusement reçu un diagnostic de cancer quelques jours avant Noël, le 21 décembre. Ça n’a pas été une nouvelle facile à digérer, autant pour moi que pour ma famille, a dit Parrot, qui doit subir une douzaine de traitements de chimiothérapie d’ici le mois de juin. Ça me fait peur, c’est un nouveau challenge pour moi. Mais heureusement, je suis bien entouré.»

Remonter sur sa planche

Téméraire de nature, le médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018 semble prêt à tout pour remporter ce nouveau combat et retourner rapidement dans les remonte-pentes. Dès qu’il a su qu’il devrait subir des traitements, il a d’ailleurs demandé à ce qu’ils soient reportés à la fin de la présente saison hivernale. Une demande qu’il a vite retirée après une bonne discussion avec le médecin.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Quand on m’a annoncé que j’avais le cancer, ma première réaction, ç’a été de dire: "Est-ce qu’on peut pousser les traitements au moins jusqu’après les X Games?"»

«J’aurais été capable de compétitionner, mais j’étais un peu innocent face à ce qu’est le cancer. Après plusieurs explications, j’ai compris qu’un cancer, si on ne le traite pas, on finit par en mourir. J’ai pris cela beaucoup plus au sérieux par la suite.»

Rester actif

C’est au mois de novembre que Parrot a su que quelque chose clochait, lorsqu’il a senti une bosse dans son cou. Accompagnée de quelques symptômes, dont des démangeaisons, cette anomalie l’a poussé à consulter son médecin de famille.

Cette dernière lui a rapidement demandé de subir une biopsie.

Lors de cette biopsie, il avait d’ailleurs publié une photo sur son compte Instagram, sans révéler de détails, pour expliquer son absence du Dew Tour.

Parrot compte maintenant poursuivre les traitements qu’il a déjà commencé à suivre. Heureusement pour lui, il pourra continuer à bouger au cours des prochains mois, qui seront décisifs pour son avenir.

«La bonne nouvelle, c’est que je dois rester actif le plus possible, a-t-il expliqué. Je ne suis pas une personne qui aime rester au lit longtemps! Au moins, je vais pouvoir sortir dehors et faire des sports. Peut-être pas des “triple corks”, mais je vais quand même faire du snowboard. C’est une bonne chose, parce que plus je serai actif, plus le retour sera facile.»

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

«Je vais essayer de rester le plus positif possible. Ce sera un long processus, mais j’ai une bonne équipe autour de moi, et je suis très motivé et déterminé. Ça sera ma compétition cette année», a mis en perspective Parrot, qui compte bien participer aux Jeux olympiques de Pékin en 2022.

Au micro de Mario Dumont sur QUB radio, Maxence Parrot a confié que le moment fatidique est survenu au début du mois de décembre, lorsque son médecin lui a dit que trois scénarios étaient possibles, l'un d'entre eux étant qu'il avait un cancer. «C'est la première fois que j'en ai pleuré. J'ai couru dans mon char et je me disais que ça se pouvait pas», a-t-il dit. 

En bref

  • Médaille d’argent aux JO de Pyeongchang en 2018
  • Quatre médailles d’or en Big Air aux X Games (2014, 2016, 2017 et 2018)
  • Une médaille d’or en slopestyle aux X Games (2014)           

Inspiré par son meilleur ami   

Cette triste nouvelle concernant Parrot survient alors qu’il a récemment vécu de près une autre bataille contre le cancer, celle de son meilleur ami Jean-David Lessard.           

Les deux grands copains avaient d’ailleurs fait un pacte vers la fin de l’année 2016. Pendant que Jean-David s'efforçait de vaincre le cancer, Maxence avait pour mission de lui ramener des médailles. Jean-David Lessard était également aux prises avec un lymphome hodgkinien.   

«Il va très bien, maintenant», a rapidement lancé Parrot, hier, en conférence de presse pour annoncer sa maladie.
«C'est drôle que mon meilleur ami ait subi le même cancer que moi, il y a juste deux ou trois ans. Maintenant, c’est à mon tour de combattre ça. J’ai la chance de voir le parcours qu’il a suivi et il me soutient là-dedans chaque jour.

«Probablement toutes les chirurgies que j’ai subies, il les a vécues avant moi. Donc, avant [ces opérations], il me dit: "Inquiète-toi pas, ils vont faire ceci et cela..." Donc, il est capable de me rassurer. Je suis content qu’il soit là pour moi tous les jours. Il est capable de me mettre sur le bon chemin, alors je suis entre de bonnes mains avec lui.»       

Réactions

Plusieurs personnes issues de différents milieux ont adressé des mots de soutien et d’encouragement à l’athlète Maxence Parrot, aux prises avec le cancer.

«Courage, Maxence, nous pensons à toi.»
– François Legault, premier ministre du Québec

«F*** cancer. S’il vous plaît, envoyez des ondes positives à Maxence pour qu’il puisse revenir faire ce que nous aimons tous tellement. Tu vas y arriver, mon frère.»
– Mark McMorris, coéquipier de Parrot et double médaillé olympique

«Je suis triste d’apprendre que le planchiste olympique Maxence Parrot est atteint d’un cancer. Max, je te souhaite du courage durant cette épreuve. Mes pensées sont avec toi dans un combat beaucoup plus important que les médailles.»
– Isabelle Charest, chef de mission aux Jeux olympiques de Pyeongchang et ministre déléguée à l’Éducation

«En compétition ce matin, mais avec Max Parrot en pensée! Envoyez des ondes positives pour qu’il puisse revenir sur son board le plus vite possible.»
– Mikaël Kingsbury, skieur acrobatique

«Ça fait quatre ans maintenant qu’on travaille ensemble. Il a vécu beaucoup, beaucoup de défis avec ses compétitions, soit les X Games et les Jeux olympiques. Maxence fait preuve de résilience et il est très courageux. Il faut se rappeler qu’on parle de quelqu’un qui va sauter 40 pieds dans les airs, voyager 100 pieds et atterrir sur une pente à 40 degrés. Ce n’est pas tout le monde qui est capable de faire ça [...] Je suis un grand croyant que la peur peut nous aider. Il avait aussi peur avant les Jeux olympiques et il a réussi à avoir du succès. Il a montré qu’il est capable de combattre ça.»
– Jean François Ménard, psychologue sportif

«Au début, avant qu’on obtienne les résultats de la biopsie, on était quand même dans le déni. On vivait le quotidien comme si de rien n’était. Mais quand on s’est assis dans le bureau du médecin, c’est là que ça nous a frappés le plus. À partir de là, le fait de passer du temps en famille, ça nous a donné de l’énergie et ça nous a permis d’être optimistes face aux mois qui viennent.»
– Alysson Gendron-Gallant, copine de Maxence

Le même cancer que Mario Lemieux      

Le cancer dont souffre le planchiste québécois Maxence Parrot, le lymphome de Hodgkin, est une maladie plutôt rare ayant aussi touché le hockeyeur Mario Lemieux.  

AFP

«De manière générale, il représente environ 0,5 % des cancers et 15 % des lymphomes diagnostiqués, a-t-on précisé hier en marge de l’annonce sur l’état de santé de l’athlète. Chaque année au Canada, on diagnostique le lymphome de Hodgkin chez environ 900 personnes.»      

«Maxence est atteint d’un lymphome de Hodgkin classique de stade 2A, ou stade précoce, a pour sa part précisé Joelle Duchesne, oncologue au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke. Le plan de traitement est la chimiothérapie pendant une période de six mois, et le pronostic de guérison est excellent.»      

Parmi les autres sportifs ayant combattu le lymphome de Hodgkin, le cas de Lemieux demeure dans la mémoire collective. Son cancer avait été annoncé en janvier 1993, lorsque le joueur des Penguins était âgé de 27 ans. Il avait effectué un retour au jeu moins de deux mois plus tard, soit le 2 mars.      

Par ailleurs, l’ancien capitaine du Canadien de Montréal Saku Koivu avait plutôt reçu un diagnostic de lymphome non hodgkinien, soit le lymphome de Burkitt, en 2001.