/24m
Navigation

Projet Royalmount: le promoteur est prêt à discuter

Projet Royalmount: le promoteur est prêt à discuter
Photo courtoisie, Carbonleo

Coup d'oeil sur cet article

MONT-ROYAL | Le promoteur du Royalmount promet une navette électrique gratuite à haute fréquence vers le Réseau express métropolitain (REM) et de s’asseoir avec les maires des villes et des arrondissements à proximité de son futur complexe pour discuter de la planification et des irritants entourant le projet.

Les équipes derrière les autres développements prévus le long du boulevard Décarie – notamment ceux sur l’ancien terrain de l’hippodrome et du secteur Le Triangle – sont également conviées à cette table de concertation, une recommandation faite par la Ville de Côte-Saint-Luc dans son mémoire présenté en consultation publique cette semaine.

«C’est une excellente idée, il y a beaucoup de projets dans le secteur», a souligné le vice-président de Carbonleo Claude Marcotte, en affirmant qu’il considérerait partager les études réalisées par sa compagnie (qui gère notamment le DIX30) avec les autres promoteurs pour «identifier les problèmes et trouver les solutions».

Quelque 70 mémoires ont été présentés lors des cinq séances de la consultation publique sur les impacts du projet Royalmount, un grand centre commercial et de divertissement qui devrait voir le jour au coin des autoroutes 15 et 40.

Mont-Royal n’a rien à se reprocher

Le terrain sur lequel le centre s’installera est situé dans la ville liée de Mont-Royal.

Le maire Philippe Roy a reconnu jeudi ne pas avoir sollicité l’avis des municipalités et des arrondissements avoisinants au moment d’approuver ce projet sur son territoire, en rappelant que le développement respectait «les règles du jeu», soit le Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Montréal (SADM) et le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD).

Navette électrique gratuite à haute fréquence

M. Roy a aussi annoncé que Carbonleo lui avait accordé une navette électrique gratuite, à haute fréquence, qui relierait le Royalmount à la gare de Mont-Royal pour que le centre soit lié au REM.

Il a ajouté que parfois les décideurs ne sont «pas contents» de ce que font leurs voisins, mais qu’il s’agissait d’une compétition normale entre les villes et les arrondissements, et qu’au bout du compte tous les Montréalais bénéficieront du Royalmount.

Questionné par la commission à savoir s’il serait ouvert à ce que le projet soit mis sur pause le temps qu’une concertation ait lieu, le maire a répondu: «mon premier réflexe, c’est le côté avocat chez moi, mais je pense que le promoteur aurait à ce moment-là un très très grand droit de demander une compensation et de poursuite parce que lui, techniquement, il investit énormément d’argent».

De son côté, M. Marcotte a affirmé qu’il ne croyait pas que Québec s’ingérerait dans le dossier et il a confirmé qu’il n’avait pas été question d’une action judiciaire.

Le projet Royalmount représente un investissement de 2 milliards $ – une somme qui monterait jusqu’à 5 ou 6 milliards $ si la partie résidentielle se concrétisait. Le centre ouvrirait en août 2022. La première portion des travaux sur le terrain est déjà commencée et ira en s’accentuant dès le printemps.

Montréal ne veut pas bloquer le projet

En réponse à des inquiétudes exprimées par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, la mairesse de Montréal Valérie Plante a par ailleurs souligné qu’elle n’avait «jamais voulu bloquer ce projet-là», mais qu’il était important pour elle de prendre en considération toutes les préoccupations soulevées avant de pouvoir «clarifier sa position» par rapport à ce dossier.

La commission remettra ses recommandations la semaine prochaine.

Les préoccupations

Le trafic

Le secteur où s’implanterait le Royalmount fait face à des enjeux de congestion majeurs, et la situation est déjà intenable, ont soutenu les élus des communautés avoisinantes. La municipalité de Côte-Saint-Luc ainsi que les arrondissements de Saint-Laurent et de Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce ont plaidé en consultation publique pour d’importantes réformes dans la configuration du transport dans le secteur, ne croyant pas que les mesures de mitigation proposées par le promoteur suffiraient. Plusieurs Montréalais spécialisés dans le domaine de l’urbanisme ont aussi témoigné à titre personnel de préoccupations semblables. Parmi les mesures suggérées, on retrouve le prolongement de la ligne orange jusqu'à la gare Bois-Francs - pour assurer l'intermodalité avec le REM -, on multiplie les scénarios d’implantation de tramways et de voies réservées pour des autobus ainsi que le prolongement du boulevard Cavendish.

La compétition commerciale et culturelle

Avec plus de 200 boutiques, une centaine de restaurants et deux grandes salles de spectacles, le Royalmount modifierait le paysage commercial de la métropole. Le promoteur soutient que l’offre prévue – surtout des boutiques haut de gamme – serait «complémentaire» à ce qu’on retrouve ailleurs sur l’île, mais l’Association des Sociétés de développement commercial de Montréal n’est pas rassurée. Selon la Ville, des pertes allant jusqu’à 15 % pourraient être ressenties dans les magasins selon le secteur où ils se trouvent. De la même façon, le Partenariat du Quartier des spectacles craint que l’offre culturelle au centre-ville se trouve fragilisée si le Royalmount draine le public avec des productions de grande ampleur.

Le logement social

Si la phase résidentielle du Royalmount voit le jour, plus de 5000 logements pourraient être construits sur le site (le promoteur aimerait offrir 350 unités lors de l’ouverture en 2022). Tout au long des consultations publiques, des organismes, dont Projet Genèse et la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges, ont affirmé être préoccupés par le manque de logements abordables pour les ménages du secteur, et craindre que les unités proposées par le promoteur ne répondent pas à ces besoins. La partie résidentielle du projet demandera un changement de zonage de la part de l’agglomération, qui n’est pas encore à l’étude; la Ville de Mont-Royal a reçu la demande il y a seulement quelques jours.