/finance/news
Navigation

Maximiser son investissement dans le CELI

Maximiser son investissement dans le CELI
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Le compte d’épargne libre d’impôt existe depuis maintenant 10 ans. Selon un récent sondage réalisé par la BMO, ce sont maintenant 69 % des Canadiens qui profitent de cet outil d’épargne. Toutefois, une grande part des épargnants demeurent mal informés. Voici donc 10 choses à savoir sur le CELI.

1. Vos rendements ne sont pas imposables

C’est le principal avantage du CELI. Tout rendement sur l’argent que vous y investissez est libre d’impôt. Vous investissez 1000 $ et voyez cette somme doubler ? Vous pourrez retirer l’ensemble de vos 2000 $ sans payer un sou d’impôt.

2. Les droits de cotisation varient chaque année

Le plafond annuel des cotisations permises varie depuis la création du CELI. En 2019, celui-ci sera à 6000 $, une hausse de 500 $ par rapport à 2018. Prenez le temps de vous informer si vous craignez de dépasser vos limites de cotisation.

3. La cotisation maximale dépend de votre âge

Au cours de votre vie, vous pouvez cotiser pour la somme totale des plafonds annuels depuis vos 18 ans. Ainsi, une personne ayant atteint la majorité avant, ou pendant l’année 2009 pourra cotiser pour un maximum de 63 500 $ d’ici la fin 2019.

4. Les cotisations se calculent en années complètes

Vous n’avez eu vos 18 ans qu’en décembre ? Vous avez tout de même droit à vos cotisations pour l’ensemble de l’année de votre majorité. Vous souhaitez investir en début d’année ? Vous pouvez déjà profiter de l’ensemble de votre cotisation pour l’année qui commence.

5. Vous pouvez rattraper les cotisations passées en tout temps.

Vous n’avez jamais utilisé votre CELI ? Il vous est possible de rattraper les cotisations passées à tout moment. Si vous étiez majeur à la création du CELI, mais que vous ne l’avez jamais utilisé, il sera possible d’y cotiser pour 63 500 $ d’un seul coup en 2019. C’est à vous d’adapter vos versements selon la variation de votre situation financière.

6. Vos cotisations excédentaires sont imposables

Attention de ne pas dépasser vos cotisations maximales. Toute cotisation excédentaire sera imposable à un taux de 1 % pour chaque mois où un excédent figure à votre CELI. Cette pénalité affecte principalement les épargnants dans le cas d’erreurs de calcul en réinvestissant des sommes préalablement retirées.

7. Ne réinvestissez que l’année suivant un retrait

Il est possible de retirer de l’argent de votre CELI en tout temps. Ces sommes pourront ensuite être réinvesties, le montant de votre retrait s’ajoutant à votre plafond de cotisation à partir de l’année suivante.

8. Un CELI légué à un conjoint n’est pas imposable

Inutile de vider votre CELI en fin de vie, bien au contraire ! Celui-ci peut être légué à un conjoint à l’abri de l’impôt. Par ailleurs, le montant n’affectera pas les cotisations maximales du bénéficiaire.

9. Le CELI ne peut pas servir aux investissements spéculatifs

Si vous effectuez un grand volume de transactions agressives dans votre CELI, le fisc pourrait penser qu’il s’agit de spéculation boursière et considérer celle-ci comme une activité d’entreprise. Le CELI est conçu pour le contribuable, non pour les investisseurs professionnels. Privilégiez l’investissement à moyen ou à long terme.

10. Il existe plusieurs produits permettant de maximiser votre CELI

Vous pouvez investir dans divers produits à travers votre CELI. Ceux-ci incluent les fonds communs de placement, les actions boursières et les indices.

Vos investissements peuvent par ailleurs se faire via des comptes de courtage direct ou par le biais de votre conseiller financier. Informez-vous auprès de ce dernier pour choisir l’option qui vous convient.