/news/currentevents
Navigation

Temps froid: attention au monoxyde de carbone

Coup d'oeil sur cet article

Les températures glaciales que l'on connaît actuellement donnent le goût de s'installer au chaud auprès d'un bon feu de foyer. Cependant, il ne faut pas oublier de se méfier du monoxyde de carbone, qui a provoqué près de 10 cas d’intoxication au Bas-Saint-Laurent cet hiver.

D'abord, précisons que tous les appareils de chauffage d'appoint par combustion produisent du monoxyde de carbone, qu'on les chauffe intensément ou pas. 

Et il en faut de très faibles quantités pour être intoxiqué. Pire, le monoxyde de carbone peut être rapidement mortel. Il n'y a donc aucun risque à prendre. 

C'est pourquoi le Directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent invite à la vigilance, d'autant plus que depuis la mi-novembre, neuf cas d'intoxication ont été répertoriés dans la région et il reste encore de longues semaines d'hiver. 

Pourtant, la solution est simple: il suffit de se munir d'un avertisseur de monoxyde de carbone autant dans les résidences où on trouve un poêle à bois, aux granules ou au propane, mais aussi dans les garages où il y a des véhicules qui émettent également du monoxyde de carbone. 

«C'est inquiétant parce que le monoxyde de carbone, c'est un gaz qui est toxique et les gens le connaissent peu. C'est un gaz qui ne sent rien, qui ne se voit pas et qui n'irrite pas les yeux et les voies respiratoires» a expliqué le Dr Sylvain Leduc, le Directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent. 

Selon les pompiers, il n’est pas nécessaire de payer une fortune pour se doter d’un avertisseur de monoxyde de carbone. Un bon appareil homologué ne devrait pas coûter plus de 50 $ et permettra ensuite de se réchauffer près du poêle à bois en toute sécurité.