/lifestyle/psycho
Navigation

Le «Blue Monday», une journée ordinaire pour parler de dépression saisonnière

The railroad
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Selon une formule pseudoscientifique, le troisième lundi de janvier, appelé le « Blue Monday », serait la journée la plus déprimante de l’année. Rassurez-vous : il s’agit d’un canular, dénoncé par les professionnels depuis longtemps, et ce lundi 21 janvier risque d’être une journée bien ordinaire !

Quand les attentes deviennent réalité

Vous êtes persuadé que le Blue Monday existe et que cette journée est particulièrement éprouvante ? Si votre croyance est inébranlable, la prophétie peut effectivement se réaliser et vous passerez une mauvaise journée. Vous serez alors plus attentif aux événements malheureux et vous serez plus sensible à la déprime. Le phénomène, tiré de l’effet Pygmalion en psychologie sociale et de l’éducation, est bien documenté : à force de croire en quelque chose, on finit par provoquer ces effets et à les ressentir réellement.

Déprime normale ou dépression saisonnière ?

Il est normal à ce temps de l’année de sentir un manque d’énergie et une humeur plus maussade qu’à l’habitude. Notre humeur est influencée par la sérotonine, « l’hormone du bonheur » que sécrète notre cerveau. Le manque de lumière entre les mois d’octobre et de mars affecte inévitablement notre niveau de sérotonine. L’automne et l’hiver entraînent aussi leur lot de défis quotidiens, comme le déneigement, les problèmes de circulation, le rythme des activités de week-end, les devoirs des enfants, qui accentuent notre fatigue. Pour certaines personnes, ce temps de l’année entraîne non seulement une légère déprime, mais une réelle dépression. Les principaux signes de celle-ci sont :

  • une humeur triste ;
  • une irritabilité et/ou une impatience ;
  • un changement d’appétit (craving) ;
  • des problèmes de sommeil ;
  • une baisse d’énergie importante ;
  • une perte d’intérêt pour nos activités ;
  • une tendance à s’isoler.

Lorsque l’on vit une dépression à un même moment de l’année pendant deux années consécutives, on parle alors de dépression saisonnière. On rapporte que 4 à 6 % de la population en souffrirait. Une évaluation clinique effectuée par un psychologue ou par un médecin peut s’avérer nécessaire pour confirmer la présence d’une dépression (saisonnière ou non) et pour proposer le bon traitement. La psychothérapie et les antidépresseurs sont reconnus comme étant des traitements efficaces.

6 conseils pour combattre la déprime hivernale

1• Exposez-vous à la lumière.

Puisque votre cerveau a besoin de sérotonine, exposez-vous à la lumière du jour dès que cela est possible.

2• Dormez. Soignez votre sommeil !
 
Le manque de sommeil influence grandement l’humeur. La routine de sommeil devient alors un facteur de protection.
 
3• Favorisez l’activité physique.
 
En bougeant et en vous activant, vous augmenterez aussi votre niveau de sérotonine.

4• Soyez sélectif.

Voyez des gens que vous aimez. Faites des activités qui vous procurent un bien-être !

5• Prenez soin de vous.
 
Pratiquez ce que j’appelle « l’auto-indulgence ». Quand on a une mauvaise journée, on a besoin de réconfort. Prendre soin de soi, c’est aussi de s’accorder des petits bonheurs, sans culpabilité, en plein milieu de la semaine. Qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Prendre un bain ? Regarder un film ? Faire un détour en rentrant du travail pour aller chercher une pâtisserie ? Il ne faut pas avoir peur de se faire plaisir... Prendre soin de soi, c’est bon pour la santé mentale !
 
6• Soyez vigilant.
 
Si vous ou un proche ressentez une grande déprime et que les symptômes persistent, n’hésitez pas à consulter.