/opinion/columnists
Navigation

Le racisme antiblanc se porte bien

Zach Poitras
Photo tirée de Facebook Zach Poitras

Coup d'oeil sur cet article

En début de semaine, on apprenait que Zach Poitras, un humoriste « blanc » était interdit de spectacle dans un bar près de l’UQAM parce qu’il portait des dreads.

Appropriation culturelle

Il se serait ainsi rendu coupable « d’appropriation culturelle ». Accusés de discrimination, les responsables du bar ont justifié leur décision. Leur argument ? Ils veulent construire un environnement inclusif, favorable aux minorités. Mais pour cela, il faut proscrire le racisme de la majorité. Autrement dit, exclure l’humoriste blanc qui porte des dreads.

Jeudi, le dénommé Poitras a cherché à mettre un terme à la controverse en disant que rien de cela n’était grave. Un peu plus et il s’excusait d’avoir causé du trouble. Il représente bien ce qu’on appellera le parfait soumis.

Voyons-y une preuve de la puissance idéologique du racisme antiblanc qui s’alimente au rejet de l’Occident. Ceux qui en sont victimes applaudissent néanmoins ses principes et dédramatisent les injustices qu’ils subissent.

Mais aussi débile soit-elle, cette histoire n’a rien d’anecdotique. L’accusation « d’appropriation culturelle » empoisonne notre temps.

Il suffit de se rappeler la controverse entourant SLĀV. Ou quand un cours de yoga est suspendu parce qu’il est donné par un Blanc. Ou quand des déguisements d’Halloween sont interdits pour de semblables raisons.

À travers tout cela, l’histoire est terriblement déformée et le Québec, victime d’américanisation mentale. Alors, rappelons quelques vérités élémentaires.

Américanisation

Le Québec n’est pas l’Alabama. La communauté noire québécoise n’est pas issue de l’esclavage.

Cette communauté s’est formée au fil des dernières décennies parce que ses membres étaient à la recherche d’une société libre et prospère où s’établir pour mieux vivre. Le Québec leur a tendu la main.

Lorsque certains de ses leaders les plus radicaux, qui ne sont probablement pas les plus représentatifs, prétendent se définir par la mémoire de l’esclavage en la transposant au Québec, on pourrait presque les accuser... d’appropriation historique !