/sports/fighting
Navigation

Oscar Rivas: la victoire de la persévérance

Oscar Rivas a surmonté plusieurs obstacles sur sa route avant de vaincre Jennings

Combat Rivas c. Jennings
Photo courtoisie, Matt Heasley Photography LLC Oscar Rivas tout souriant au moment d’ajouter une ceinture à son impressionnante collection vendredi soir à Verona.

Coup d'oeil sur cet article

VERONA, New York | En l’emportant contre Bryant Jennings de façon décisive vendredi soir, Oscar Rivas a fait un pas de géant dans sa carrière. Une route qui n’a pas toujours été facile pour celui qui a choisi le Québec comme terre d’adoption en 2009.

Au cours de sa carrière, Rivas a été ennuyé par de multiples blessures qui ont ralenti son ascension. Vendredi, c’était une épaule qui préoccupait ses médecins. Une blessure mineure qu’il s’est infligée lors de son combat à Québec, le 1er décembre dernier.

Malgré tout, le Montréalais d’origine colombienne a livré l’une de ses meilleures performances en carrière et il l’a réalisée au bon moment.

« J’attendais une opportunité comme celle-là depuis cinq ans, a indiqué Oscar Rivas. C’est maintenant le temps de mettre le passé derrière moi et de regarder devant.

Depuis que j’ai mis les pieds au Québec, mon objectif est de devenir champion du monde. Avec ce triomphe, je vais m’en approcher un peu plus. »

Comme c’est toujours le cas dans les victoires importantes, l’équipe du boxeur a aussi eu son mot à dire.

« Mon équipe est incroyable, a-t-il souligné. Mes entraîneurs me poussent à l’entraînement, car ils connaissent mon potentiel. »

Une stratégie parfaite

Contre Jennings, Rivas a été brillant. On lui avait demandé la perfection et il l’a presque atteinte. Il a exécuté le plan de match de Marc Ramsay presque à la lettre.

« Ça n’a pas été un combat très violent et les deux ont voulu remporter la guerre du jab, a expliqué Ramsay. Les deux boxeurs ont été patients. Parfois, tu veux faire plaisir à la foule, mais on avait un combat à gagner.

Il y a certains rounds où j’ai trouvé qu’Oscar n’était pas assez actif. »

De la première à la dernière cloche, Ramsay a crié à plusieurs reprises à son boxeur d’utiliser son jab et d’être toujours le premier à le lancer. Cette tactique avait un objectif bien précis.

« On voulait que Jennings soit inconfortable, a précisé l’entraîneur. On a réussi notre objectif parce qu’il n’a jamais pu s’installer comme il le fait habituellement. »

Après la brillante victoire d’Eleider Alvarez, Ramsay avait indiqué que le vrai travail de son boxeur commençait dès la fin du combat. Il a eu un message similaire pour Rivas.

« Je lui ai dit que sa prochaine victoire commençait maintenant, et pas dans les prochains jours », a-t-il raconté.

Son poulain a compris le message de son entraîneur. Rivas n’a pas bu une goutte d’alcool lors de la fête d’après-gala organisée par Top Rank. On en a été témoin.

Des victoires sur la route

Au cours des deux dernières années, les boxeurs de Ramsay ont remporté plusieurs victoires à l’extérieur du Québec. On pense à celles de David Lemieux, Eleider Alvarez et maintenant Rivas.

Les boxeurs ne semblent plus avoir de complexes lorsqu’ils montent sur le ring, à l’étranger.

« On s’arrange pour ne pas que nos boxeurs tombent dans un certain confort, a expliqué le Trifluvien de souche. Par exemple, si je veux donner du sparring à un de mes boxeurs, je n’hésite pas à me rendre dans le gymnase de l’autre boxeur.

Ça paraît niaiseux, mais c’est important. On le voit avec les parcours d’Alvarez et de Rivas, qui ont boxé plus souvent à l’extérieur de la Colombie que dans leur pays. »

Face à Pulev ?

Après son revers contre Oscar Rivas, Bryant Jennings a mentionné qu’il voulait réfléchir à son avenir. Il ne sait pas encore s’il voudra se prévaloir de la revanche prévue à son contrat.

Selon les informations glanées ici et là après le duel, l’Américain envisagerait de prendre sa retraite. Ce qui veut donc dire que Rivas pourrait avoir le champ libre pour son prochain combat en 2019. Une bonne nouvelle.

Rivas est assuré de faire un bond de géant lors de la publication des prochains classements de l’IBF, du WBO et du WBC. Parmi les trois associations, c’est à l’IBF que le scénario semble le plus intéressant.

Avec sa victoire enregistrée vendredi, le protégé de GYM devrait grimper au deuxième rang de ce classement, alors qu’il possède maintenant deux ceintures de cette association (NABF et IBF international).

Celui qui est classé numéro 1 est Kubrat Pulev (26-1, 13 K.-O.). Le Bulgare est sous contrat avec Top Rank qui aurait des plans intéressants pour Rivas. « Ça pourrait devenir un combat pour le titre d’aspirant obligatoire IBF, a indiqué le promoteur Yvon Michel. Il y aurait un intérêt supplémentaire en raison de l’historique entre Oscar et Pulev. »

Rivalité

Aux Jeux de Pékin, en 2008, Rivas avait causé une surprise de taille en éliminant Pulev au premier tour. À cette époque, le poids lourd était le grand favori pour rafler les grands honneurs. Depuis cette journée, il aimerait obtenir une revanche avec Rivas pour remettre les pendules à l’heure. D’ailleurs, il aurait déjà signifié à ses promoteurs qu’il souhaiterait croiser le fer avec Rivas.

« Je suis prêt pour n’importe qui que ce soit : Pulev, Anthony Joshua, Deontay Wilder ou Manuel Char, a affirmé Rivas. Je vais continuer de me préparer en attendant de connaître mon prochain adversaire. Je veux être prêt pour me battre avec les meilleurs au monde. »