/finance/pme
Navigation

Quand un projet d’affaires devient une histoire de famille

Une ex-directrice des boutiques BCBG Azria s’est lancée en affaires en conciliant travail et famille

Natasha Dubreuil, propriétaire de Tic Tac Gym, offre des cours aux enfants pour développer motricité et habileté en sport. Sur la photo : Natasha avec ses filles Érika, Alessia et Gabriella.
Photo Agence QMi, Joël Lemay Natasha Dubreuil, propriétaire de Tic Tac Gym, offre des cours aux enfants pour développer motricité et habileté en sport. Sur la photo : Natasha avec ses filles Érika, Alessia et Gabriella.

Coup d'oeil sur cet article

Après la naissance de son premier enfant, Natasha Dubreuil a décidé de se lancer en affaires pour être plus disponible pour sa famille.

« J’ai un côté entrepreneur. J’ai toujours su que j’aurais ma propre entreprise un jour », explique l’ancienne directrice des ressources humaines pour les boutiques de vêtements BCBG Max Azria.

Plutôt que de fonder sa firme de consultation (une idée qu’elle entretenait depuis des années), elle a décidé d’ouvrir un studio de gymnastique pour enfants, le Tic Tac Gym.

« Il fallait que mon projet d’affaires me permette de faire participer mes enfants dans mon travail, explique-t-elle. Je voulais aussi contribuer au bon développement des tout-petits. »

Un concept unique

Elle a d’abord pensé acheter une franchise d’une entreprise américaine pour ensuite décider de créer son propre concept de gym pour les enfants de 6 mois à 12 ans.

« Le modèle financier était trop risqué, raconte Natasha Dubreuil. Je voulais aussi faire les choses différemment en créant un programme d’activités axées sur le plaisir, plutôt que sur la performance. L’objectif est d’aider les enfants à développer leurs capacités physiques et leur confiance en eux. »

Natasha Dubreuil, propriétaire de Tic Tac Gym, offre des cours aux enfants pour développer motricité et habileté en sport. Sur la photo : Natasha avec ses filles Érika, Alessia et Gabriella.
Photo Agence QMi, Joël Lemay

Entre la recherche d’un local, les travaux d’aménagement, les programmes d’activités à bâtir, il lui a fallu plus d’un an pour concrétiser son projet. Tic Tac Gym a ouvert ses portes en mars 2014. Natasha Dubreuil était alors enceinte de son troisième enfant.

L’investissement de 250 000 $ a été financé à même ses fonds propres. Elle a aussi pu compter sur l’aide de sa famille, en plus de quelques bourses reçues dans le cadre de concours reliés à l’entrepreneuriat.

Après quatre ans, elle peut compter sur une clientèle bien établie. La phase de démarrage n’a toutefois pas été facile.

« J’ai choisi de m’installer dans un secteur moins commercial pour économiser sur le coût du loyer. J’ai dû par contre déployer des efforts supplémentaires pour me faire connaître. »

Elle a également eu son lot d’ennuis avec son local : dégâts d’eau, système électrique défaillant, incendie... Elle a dû entreprendre des procédures contre son propriétaire qui ont grugé beaucoup de son temps et de son énergie. Un épisode qui lui a toutefois permis de découvrir à quel point elle était une battante.

« J’ai toujours eu confiance en moi, mais je ne savais pas que j’étais capable de livrer une telle bataille et d’aller jusqu’au bout. »

Projets de développement

Tic Tac Gym, qui emploie aujourd’hui cinq personnes, entre dans une importante phase de développement. D’ici quelques semaines, Natasha Dubreuil veut vendre ses programmes d’activités sous licence à différents organismes (garderie, camp de jour, etc.). Sur un horizon de deux ans, elle projette également d’ouvrir un deuxième studio en banlieue de Montréal, en plus de se lancer dans le franchisage.

« J’avais hâte d’arriver à cette étape, raconte-t-elle. Contrairement à d’autres entrepreneurs qui se lancent dans leur domaine d’expertise, j’ai choisi d’opérer un gym alors que je n’y connaissais rien. Au démarrage, ma courbe d’apprentissage a été abrupte. Dans ma carrière en ressources humaines, j’ai contribué à la croissance de plusieurs entreprises. Je me sens aujourd’hui beaucoup plus dans mon élément. » Elle qui voulait que ses enfants s’intègrent à son projet d’entreprise peut dire mission accomplie. « Ils m’accompagnent au travail le soir et les week-ends. Ils ont souvent assisté à mes réunions, que ce soit avec des employés, des fournisseurs. Mon aînée, qui a sept ans, aimerait déjà donner des cours ! »

« Au-delà de faciliter la conciliation travail et famille, c’est un bel exemple à donner à mes enfants. Je leur montre qu’il est possible de créer la vie que l’on veut. »

Son parcours

  • Natasha Dubreuil, 37 ans
  • Baccalauréat en ressources humaines, HEC Montréal, 2003
  • Baccalauréat en finance, HEC Montréal, 2002
  • Directrice des ressources humaines, BCBG Max Azria, 2010-2012
  • Fondatrice de Tic Tac Gym, 2014

UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

  • « De m’avoir fait confiance pour créer mon propre concept de gym plutôt que de m’associer à une franchise. »

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

  • « D’avoir choisi un local dans une zone plus industrielle que commerciale. J’ai peut-être économisé sur le coût de location, mais j’ai mis plus de temps pour bâtir ma clientèle. » 

Vous avez vécu la même expérience. Écrivez-nous : pmeinc@quebecormedia.com